Publié le 19.05.2010 • Mis à jour le 03.09.2012

La position du CCFD- Terre Solidaire sur les paradis fiscaux

Changer les choses en profondeur

La raison d’être du CCFD– Terre Solidaire est le développement des populations du Sud et de l’Est. En soutenant, depuis des décennies, nos partenaires dans la mise en œuvre de leurs projets de développement, notre analyse des causes du mal-développement nous a amené vers les problématiques structurelles de la répartition des richesses : entre le Nord et le Sud, entre les travailleurs vulnérables et les structures organisées pour profiter des failles du système…

C’est pourquoi le CCFD– Terre Solidaire s’est tourné, il y a une dizaine d’année déjà, vers des activités d’influence auprès des décideurs du Nord, et dès 2004, s’est intéressé au rôle des multinationales et des paradis fiscaux dans la (mal) répartition des richesses globales.

L’émergence des problématiques de la finance offshore

Le CCFD– Terre Solidaire a véritablement abordé la problématique des paradis fiscaux lors de la campagne 2005 : Plus d’Excuses, menée par le CCFD– Terre Solidaire et les grandes organisations de solidarité internationale françaises. Cette campagne visait à pousser les Etats à honorer leurs engagements de réduction de moitié de la pauvreté dans le monde d’ici 2015, c’est-à-dire à mobiliser les financements nécessaires pour l’accomplissement des Objectifs du Millénaire pour le développement. Ces financements, plaidions-nous, devaient provenir d’une Aide Publique au Développement (APD) accrue et plus efficace, des annulations de dette, de règles commerciales plus justes et… de la lutte contre l’évasion fiscale.

Ainsi, une expertise nouvelle des problématiques du financement du développement s’est développée dans le cadre de cette coalition d’ONG et, le CCFD-Terre Solidaire a acquis, avec d’autres, une compréhension avancée du rôle des multinationales dans la répartition des richesses et de la fuite des capitaux du Sud dans les paradis fiscaux.

Dans toute société, la mobilisation des ressources internes, en particulier par le biais de l’impôt, forme une source fondamentale du processus de développement. Or aujourd’hui, les pays du Sud ne recueillent que des ressources trop marginales comparées aux richesses qui se créent sur leurs territoires : approximativement, 600 à 800 Milliards de dollars fuient illégalement les pays du Sud, chaque année, pour s’accumuler dans des paradis fiscaux, soit 10 fois le montant de l’Aide Publique au Développement cumulée provenant des pays du Nord [1].

Par les paradis fiscaux, de trop nombreuses entreprises multinationales, entre autres acteurs, échappent à tout impôt dans les pays du Sud et de l’Est, privant ainsi les gouvernements de ces pays de 125 Milliards d’Euros annuel qui pourraient servir à développer des politiques publiques en faveur de l’agriculture locale, ainsi que des services publics en réponse aux besoins d’éducation, de santé… Ce montant est décisif pour des budgets publics déjà fragiles et des gouvernements faisant face à d’immenses besoins. Ce montant annuel représente cinq fois la somme jugée nécessaire par les Nations Unies pour éradiquer la faim dans le monde…

[1Selon le chercheur Raymond Baker, 600 à 800 Milliards de dollars fuient chaque année les pays du Sud alors que ceux-ci reçoivent globalement 80 Milliards de dollars d’Aide Public au Développement cumulée. Ces chiffres sont repris par l’ONU et le FMI. Raymond W. Baker, Le Talon D’Achille Du Capitalisme, Alter Editions, 2007.

S’informer

19 octobre 2018

Traité ONU sur les multinationales et les droits humains : des avancées majeures et le silence assourdissant de l’UE (Communiqué)

Communiqué conjoint : ActionAid - AITEC - Amis de la Terre France - ATTAC - CCFD-Terre Solidaire - Collectif Ethique sur l’Etiquette - (...)

19 October 2018

Brésil, une démocratie en péril

15 ans seulement après l’espoir suscité par l’élection de Lula, le Brésil est sur le point d’élire Jair Bolsonaro à la tête du pays. Un (...)

15 octobre 2018

Les pistes inexplorées pour ne pas dépasser les 1,5°C (Rapport)

Le rapport du GIEC paru la semaine dernière nous confirme qu’il est possible de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C et respecter (...)

Nos projets

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

21 août 2018

Egypte : une pépinière théâtrale au Caire

FDM n°305

Alors que la libre parole se réduit à peau de chagrin depuis la prise de pouvoir du président Sissi en 2013, un centre de formation au (...)

26 juillet 2018

Le niébé, un haricot au coeur de la bataille pour les semences paysannes

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Pour le promouvoir et le protéger, l’AOPP, une (...)