Noël contre la faim

Publié le 26.09.2013 • Mis à jour le 26.09.2013

Quel rôle pour le secteur privé dans le développement ?

Pour que la communauté internationale se donne les moyens d’un développement durable au service de l’éradication de la pauvreté, un meilleur équilibre est nécessaire entre les différents « partenaires ».

Ce 25 septembre, les Nations unies débattent des priorités du nouveau programme de développement qui fera suite, en 2015, aux Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

D’ores et déjà émerge fortement dans le rapport du Secrétaire général de l’ONU, l’idée de se doter d’un « agenda de développement universel ». On ne peut qu’applaudir cette volonté d’articuler, dans une approche cohérente, lutte contre la pauvreté dans les pays du Sud, et remise en question du mode de développement du Nord dont l’« empreinte » sociale, économique et environnementale sur le reste du monde aggrave la pauvreté et les inégalités.

En reprenant à son compte cette exigence, Ban Ki-moon répond à une demande de longue date de la société civile. Mais sa proposition de futur partenariat s’appuie sur une notion de croissance économique et nécessiterait de s’interroger sur le rôle des acteurs économiques, appelés à prendre de plus en plus de place.

Si la notion de « responsabilité » des entreprises est évoquée à plusieurs reprises, rien ne vient en préciser les contours. L’apport de ces acteurs est toujours présenté positivement dans ce document, sans prendre en compte les impacts parfois négatifs que leurs activités ont sur le développement et sur les populations, au point de ralentir, voire d’empêcher la réalisation des OMD dans certains pays. (...)

Tribune publiée le 25/09/2013 sur le site Slate.fr, signée par :

Nathalie Péré-Marzano, Coordinatrice de l’AMCP (Action Mondiale contre la Pauvreté)
Bernard Pinaud, Délégué général du CCFD-Terre solidaire
Laurent Berger, Secrétaire général de la CFDT
Thierry Lepaon, Secrétaire général de la CGT
François Soulage, Président du Secours catholique
Pierre Radanne, Président de 4D
Janine Forestier, Présidente de Terre des Hommes France pour la plateforme DESC

Lire l’intégralité sur le site de Slate.fr

S’informer

7 novembre 2017

Paradise papers : les paradis fiscaux, comme l’île Maurice, sont une entrave aux droits humains (témoignage)

Dossier : Vers un traité Onu contre l’impunité des multinationales

Chaque année, l’Ile Maurice, véritable paradis fiscal, doit renoncer à des investissements dans le secteur de la santé et de l’éducation. (...)

20 octobre 2017

Birmanie : l’UE privilégie ses intérêts financiers à l’instauration de la paix

Un collectif d’organisations birmanes et européennes, dont le CCFD-Terre Solidaire, publie, le 4 octobre 2017, un rapport intitulé « (...)

4 juillet 2017

Reporting pays par pays public : le Parlement européen adopte une mesure limitée pour lutter contre l’évasion fiscale

Le Parlement européen a voté aujourd’hui pour plus de transparence des multinationales, en se prononçant en faveur du reporting pays par (...)

Nos projets

20 novembre 2014 Banco Palmas

Brésil, une banque communautaire prospère

Créée en 1998 dans une favela de Fortaleza, au nord-est du Brésil, la banque communautaire Palmas soutenue par le CCFD-Terre Solidaire est (...)

12 mai 2014 Bénédicte Fiquet

Inde : Le coût du développement, l’exemple du Tamil Nadu

FDM n°277

Classé dans le pool des États les plus puissants économiquement du pays, le Tamil Nadu est un laboratoire du développement à l’indienne : (...)

19 octobre 2012 Focus on the Global South

Pour qu’émerge en Asie un autre modèle de développement économique

Fondée par Walden Bello, à qui l’on doit le concept de "démondialisation", Focus on the Global South agit au niveau de l’ensemble du (...)