Publié le 12.06.2018 • Mis à jour le 13.07.2018

Mondial de foot 2018 : Travailleurs et travailleuses sur le banc de touche

Le Collectif Ethique sur l’étiquette se mobilise pendant le Mondial 2018 pour exiger des grands équipementiers sportifs (Nike, Adidas...) le versement d’un salaire vital aux ouvriers. Car pour le moment, la rémunération des actionnaires prime sur les droits fondamentaux des travailleurs et travailleuses…

Deux ans après le premier rapport publié à l’occasion de l’Euro 2016, le Collectif Ethique sur l’étiquette publie un nouveau rapport Anti-jeu. Les sponsors laissent les travailleurs sur la touche .

Ce document montre que les choix économiques des équipementiers leaders, Nike et Adidas, sont avant tout tournés vers la performance financière et la rémunération des actionnaires au détriment des droits fondamentaux des travailleurs et travailleuses.

Pour comprendre, nous vous proposons quelques chiffres :

65

millions d’euros

C’est le contrat record de sponsoring négocié par Adidas avec l’équipe nationale d’Allemagne…

25

millions de dollars par an

C’est le montant du premier contrat de sponsoring, à vie, signé par Nike en 2016 avec le joueur de foot Cristiano Ronaldo. Soit un montant total d’un milliard de dollars...

70 %

au-dessus de la moyenne du Dow Jones

C’est la performance financière de Nike.

17

milliards d’euros par an

C’est le marché des articles et vêtements de sport qui pèse aujourd’hui deux fois plus qu’en 2007. Nike et Adidas se partagent près de 60 % du marché européen. Les deux géants affichent des performances financières presque indécentes. Nike enregistre depuis dix ans la 5ème plus forte progression de Wall Street, devant Google ou Coca Cola.

Dans le même temps...

45 à 65 %

de décôte par rapport au salaire vital

Ce sont les salaires moyens payés par Nike et Adidas en Indonésie, au Cambodge ou au Vietnam. Les deux marques continuent leur désengagement de la Chine, où les salaires tutoient des niveaux proches du salaire vital.

0,8

euro

C’est ce que touchent les travailleurs et travailleurses sur un maillot Adidas de la coupe du Monde vendu 90 euros. Adidas empoche 18 euros de bénéfice net.

30 %

entre 1995 et 2017

C’est la baisse de la part revenant aux travailleurs et travailleuses sur le prix d’une paire de chaussures Nike ou Adidas.

Ces chiffres vous interpellent, vous souhaitez en savoir plus :
Mondial de football 2018 : Nouveau rapport "Anti-jeu. Les sponsors laissent les travailleurs sur la touche"
Les sponsors laissent (encore) les travailleurs sur la touche

Le Collectif Ethique sur l’étiquette rappelle que, plus de 20 ans après le premier scandale survenu dans l’industrie du textile (Nike et le travail des enfants pakistanais en 1996), laisser aux seules multinationales la tâche de réguler leur activité est totalement illusoire.

Ce rapport montre à quel point

sont nécessaires pour responsabiliser les acteurs les plus puissants de la mondialisation.

Auteur(s): Collectif Ethique sur l'étiquette

S’informer

5 novembre 2018

1 an après les Paradise Papers : Où en est la lutte contre l’évasion fiscale ? (communiqué)

Les Paradise Papers, révélés le 5 novembre 2017 par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), ont porté à la (...)

5 novembre 2018

Un an après les Paradise Papers, où en est la lutte contre l’évasion fiscale ? (vidéo)

Le 5 novembre 2017, éclatait un nouveau scandale fiscal : les Paradise papers. En quoi consistaient ces nouvelles révélations ? Quelle a (...)

19 octobre 2018

Traité ONU sur les multinationales et les droits humains : des avancées majeures et le silence assourdissant de l’UE (Communiqué)

Communiqué conjoint : ActionAid - AITEC - Amis de la Terre France - ATTAC - CCFD-Terre Solidaire - Collectif Ethique sur l’Etiquette - (...)

Nos projets

7 janvier 2016

Enfants et adolescents travailleurs au Pérou : des citoyens à part entière

Au Pérou, près de trois millions d’enfants et adolescents travaillent pour subvenir aux besoins de la famille, voire même pour financer (...)

13 février 2015

Au Brésil, l’impunité perdure dix ans après l’assassinat de soeur Dorothy Stang

Dix ans après sa mort, le souvenir de la religieuse, symbole de la lutte pour la Terre et pour la défense de l’Environnement, est encore (...)

20 novembre 2014

Brésil, une banque communautaire prospère

Créée en 1998 dans une favela de Fortaleza, au nord-est du Brésil, la banque communautaire Palmas soutenue par le CCFD-Terre Solidaire est (...)