Un avenir sans faim

Publié le 20 octobre 2017

Impunité des multinationales : les victimes de ProSavana au Mozambique représentées à l’Onu

Traité de l'Onu contre l’impunité des multinationales (série : 2/3)

Au Mozambique, des entreprises de l’agrobusiness, impliquées dans le projet ProSavana, font passer leurs intérêts avant ceux des communautés. Erika Mendes, chargée de plaidoyer à Justiça Ambiental, organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire, était présente à Genève du 23 au 27 octobre 2017 pour défendre un traité onusien contre l’impunité des multinationales. Elle nous livre son témoignage.

Du 23 au 27 octobre 2017, ont eu lieu à l’Onu à Genève les négociations pour l’adoption d’un traité international contraignant sur les multinationales et les droits humains. Le CCFD-Terre Solidaire y était présent aux côtés de plusieurs associations partenaires d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

Erika Mendes, est chargée de plaidoyer à Justiça Ambiental au Mozambique, organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire. Elle était présente à Genève du 23 au 27 octobre 2017 pour défendre un traité onusien contre l’impunité des multinationales. Elle suit de près le projet ProSavana et nous livre son témoignage en avant-première.

Le projet ProSavana a été lancé en 2009 par les gouvernements du Mozambique, du Brésil et du Japon. Il a été présenté comme un moyen de moderniser l’agriculture au Mozambique. Pourtant, quelques années plus tard, les violations des droits humains sont nombreuses.

Expropriations et pollution

Financé par le Brésil et le Japon, ce projet doit se déployer le long du « Corridor de Nacala » dans le centre et le nord du pays. Dans cette région vivent de nombreuses communautés de paysans, soit 4 millions de familles, qui pratiquent l’agriculture familiale. L’arrivée d’investisseurs souhaitant développer l’agriculture industrielle suscite de nombreuses craintes. Les paysans ont peur d’être expropriés au profit de la mise en culture de parcelles dédiées à la monoculture. Pour la plupart d’entre eux, une expropriation les priverait de moyens d’existence.

Le processus a déjà commencé dans la province de Nampula. L’usage intensif des pesticides et fertilisants chimiques a parallèlement entraîné la pollution des ressources en eau et une dégradation des sols.

Opacité et absence de concertation

Face à ce problème, nous sommes confrontés au secret. Les gouvernements, ministère de l’agriculture du Mozambique en tête, ne donnent aucune information sur l’avenir des communautés ni sur la manière dont la production va être aménagée.

Il n’y a eu aucune concertation avec les paysans. Les entreprises n’hésitent pas à discréditer les ONG auprès d’eux.

En août 2017, nous avons donc soumis le cas de ce projet ProSavana devant le Tribunal permanent des peuples qui s’est tenu en Afrique du Sud.

L’objectif était de :

mettre en évidence les violations aux droits de l’homme.
attirer l’attention sur le comportement des entreprises du secteur de l’agrobusiness impliquées dans ProSavana qui font passer leurs intérêts avant ceux des communautés.

Sensibiliser les médias et mener des actions concertées

Le Tribunal n’ayant pas la possibilité de faire condamner les entreprises coupables, cette présentation nous a surtout permis de sensibiliser les médias et d’étudier avec d’autres organisations la façon de poursuivre notre action.

Car au cours de ces dernières années, nous nous sommes rapprochés d’organisations de la société civile japonaises et brésiliennes. Ensemble nous échangeons nos informations et étudions comment bâtir des alternatives.

Nous avons par exemple encouragé les paysans à déposer une plainte devant un comité indépendant chargé d’évaluer les demandes auprès de l’agence japonaise de coopération. Suite à des actions concertées avec des organisations partenaires, le procureur général du Brésil a ouvert une enquête. Elle vise la violation des droits des communautés par des entités nationales opérant hors des frontières et qui ne respectent pas la convention de l’OIT (Organisation internationale du travail) signé par le pays.

Pourquoi un Traité international contre les agissements des multinationales ?

Un traité international contraignant permettra de :

• faire condamner les entreprises
• et faire reconnaître le droit des victimes !

Ce serait enfin une lumière tout au bout du tunnel avec la possibilité de poursuivre les auteurs de ces violations en nous appuyant sur le droit.

Ce serait aussi un signe pour montrer aux multinationales qu’elles ne peuvent pas être au-dessus des lois. Nous sommes d’ailleurs satisfaits car dans le projet de texte soumis à Genève, les rédacteurs ont bien fait référence à la responsabilité des sociétés mères concernant les actions de leurs filiales ou de leurs sous-traitants.

Lire notre dossier : La nouvelle loi française sur le devoir de vigilance des entreprises en neuf questions

Il est temps que les multinationales rendent des comptes !

Propos recueillis par Laurence Estival

Lire également :

Décryptage : Droits humains, vers un règlement contraignant pour les multinationales ?

Pourquoi le CCFD-Terre Solidaire s’engage pour un traité contre l’impunité des multinationales

Nos projets

11 juillet 2016 Centre Bartolomé de las Casas , CooperAcción

Au Pérou, la résistance à l’industrie minière des communautés indiennes, en images

Un documentaire de vingt minutes nous plonge au cœur des conséquences de l’exploitation minière sur les communautés paysannes et indiennes (...)

11 mars 2016 CAAAP

Les peuples indigènes d’Amazonie luttent pour leurs droits

Chercheur au sein du Centre Amazonien d’Anthropologie et d’Application Pratique (CAAAP) – soutenu par le CCFD-Terre Solidaire – Manuel (...)

2 février 2015 Conférence épiscopale de Madagascar

Un projet de gouvernance minière pour Madagascar

Améliorer la gouvernance dans l’exploitation des mines, gérer les recettes de manière plus transparente et veiller à ce qu’elles servent au (...)

S’informer

3 novembre 2017

Dix ans après le premier iPhone, des conditions de travail toujours inacceptables dans les usines

A l’occasion de la sortie du nouvel iPhone, un groupe d’étudiants et de chercheurs basés à Hong Kong lancent une campagne de sensibilisation (...)

12 octobre 2017

Madagascar : le militant écologiste Raleva écope de deux ans de prison avec sursis

M. Raleva, défenseur des droits environnementaux à Madagascar, a été condamné le 26 octobre 2017 à deux ans de prison avec sursis. Son tort : (...)

30 août 2017

Une étape importante dans la prévention des atteintes au droits humains et à l’environnement par les multinationales ?

Dossier : Neuf questions sur la nouvelle loi française sur le devoir de vigilance des entreprises

La loi française relative au devoir de vigilance des multinationales crée une obligation juridiquement contraignante pour les sociétés (...)