Publié le 12.09.2008 • Mis à jour le 29.06.2012

Les agrocarburants dans l’Union européenne :
Le CCFD, Oxfam France et les Amis de la Terre réagissent à la décision du Parlement.

Après la Commission Environnement, c’est au tour de la Commission Industrie et Energie du Parlement européen de réviser à la baisse les objectifs d’incorporation d’agrocarburants dans les transports (1). Le Comité catholique contre la Faim et pour le Développement, Oxfam France et les Amis de la Terre considèrent cette décision comme un pas dans la bonne direction, mais demandent qu’aucun objectif chiffré ne soit contraignant.
 
Les parlementaires européens ont voté hier une proposition qui conduirait à incorporer 5% d’énergies renouvelables dans les transports en 2015 (principalement des agrocarburants), objectif suivi d’une analyse approfondie des impacts avant toute nouvelle hausse vers les 10% souhaités par la Commission européenne. La proposition demande en outre que sur ces 5%, 1% proviennent de nouvelles alternatives n’utilisant pas de plantes alimentaires pour faire du carburant.
 
Ambroise Mazal, responsable souveraineté alimentaire au CCFD-Terre Solidaire, estime : « Le vote du Parlement européen est la reconnaissance des impacts graves des agrocarburants sur la souveraineté alimentaire et les prix des produits agricoles. Il tient compte des problèmes cruciaux mis en évidence par nos partenaires du Sud, mobilisés dans la lutte contre la faim et contre la pauvreté ».
 
Jean-Denis Crola, responsable de plaidoyer d’Oxfam France ajoute : « C’est un pas dans la bonne direction mais il est insuffisant : cultiver des plantes non alimentaires pour produire des agrocarburants nécessite toujours des terres et de l’eau. La pression foncière, les menaces sur l’agriculture vivrière et l’éviction des communautés locales vont se poursuivre ».
 
Sébastien Godinot, coordinateur des campagnes aux Amis de la Terre, précise : « Les critères de durabilité que durcit le Parlement en parallèle sont une fausse solution : ils ne répondent en rien au problème clé de la surconsommation de carburant dans les pays riches. Et ils sont incontrôlables : comment l’Union européenne va-t-elle s’assurer que les droits fonciers sont respectés dans des pays où la majorité des communautés locales dépendent de droits coutumiers non écrits ? Ce n’est pas la certification qui répondra aux enjeux, mais la réduction des transports ».
 
Le CCFD, Oxfam France et les Amis de la Terre s’opposent à tout objectif chiffré d’incorporation des agrocarburants dans les transports. Ils lanceront début octobre une campagne publique dans ce sens.
 
 

Lisez le communiqué du Parlement européen.

S’informer

8 October 2018

Rapport du GIEC 2018 : de profonds changements s’imposent ! (Vidéos)

Quels seront les impacts d’un réchauffement climatique supérieur à 1,5°C ? Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (...)

19 juillet 2018

Les terres, variable d’ajustement des politiques climatiques ? (interview)

FDM n°305

L’agriculture commence enfin à être prise en compte dans les négociations climatiques internationales. Mais le péril grandit de voir des (...)

30 mai 2018

Projet de loi Agriculture et Alimentation : poudre de perlimpinpin ! (Communiqué)

Ce mercredi 30 mai 2018 à partir de 15h, le tant attendu projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation est voté en première lecture à (...)

Nos projets

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

16 novembre 2017

Au Mali, 6 manières de faire face aux changements climatiques

Au Mali, la saison des pluies est durablement perturbée par la crise du climat. Ces changements affectent en particulier la période des (...)