Publié le 27.04.2012 • Mis à jour le 29.06.2012

« Face à la volatilité des prix, les vieilles recettes ne permettront pas de lutter contre la faim »

Paris, le 27 avril 2012

Alors que les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), et en particulier l’OMD 1 visant à réduire de moitié le nombre de personnes souffrant de la faim d’ici 2015, sont loin d’être atteints, un rapport conjoint de la Banque Mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) présenté le 24 avril à Paris souligne à juste titre que la volatilité des prix sur les marchés de matières premières agricoles constitue une menace supplémentaire à leur réalisation. Le CCFD-Terre Solidaire partage cette analyse : les factures alimentaires des plus pauvres sont de plus en plus élevées pour les pays importateurs. La spéculation provoque une baisse du pouvoir d’achat des consommateurs dans des zones où déjà 70% du budget des ménages est consacré à l’alimentation.
Cette crainte est confirmée par la publication hier du Food Price Watch d’avril qui montre que les cours alimentaires mondiaux ont gagné 8 % entre décembre 2011 et mars 2012. Le pic historique de février 2011 est en passe d’être à nouveau atteint, attestant que les tensions sur les marchés de matières premières agricoles sont loin de s’apaiser. Plus de détails : http://siteresources.worldbank.org/EXTPOVERTY/Resources/336991-1311966520397/Food-Price-Watch-April-2012.htm

« Il est regrettable que les pistes d’action préconisées ne modifient pas les orientations politiques et stratégiques de la Banque mondiale et du FMI, continuant à mettre en avant les « vieilles recettes », y compris une libéralisation accrue des échanges commerciaux », indique Maureen Jorand, chargée du plaidoyer pour la souveraineté alimentaire au CCFD-Terre Solidaire.

Par ailleurs, le CCFD-Terre Solidaire déplore que ce rapport néglige l’urgence d’allouer des ressources budgétaires suffisantes aux politiques de développement agricole dans les pays en développement. Avant même d’orienter les pays en précarité alimentaire vers les marchés internationaux et les échanges commerciaux, il est déterminant d’en assurer le développement rural via des modèles agricoles mettant au centre les petits producteurs et les pratiques agroécologiques.

Rappel des faits :
L’édition 2012 du Rapport de suivi mondial des Objectifs du Millénaire pour le développement dont le focus thématique porte cette année sur les prix alimentaires et la nutrition fait part de certains progrès notamment concernant la réduction de l’extrême pauvreté ou l’accès à l’eau potable. Mais il souligne de fortes inégalités dans les progrès effectués. Aujourd’hui plusieurs pays sont très en retard notamment en Afrique Sub-saharienne, qui a connu deux crises alimentaires majeures en l’espace d’une année.

Dans ce rapport, les institutions financières internationales ne tirent aucun véritable bilan de la crise alimentaire de 2008, notamment des réactions de la communauté internationale. Elles oublient d’évoquer les leviers qui pourraient atténuer la volatilité des prix alimentaires.... alors même qu’elles ont déjà travaillé sur le sujet notamment lors du G20 sous présidence française !

Or des propositions sont déjà sur la table, portées par de nombreuses organisations de la société civile : mise en place de stocks de régulation pour lisser les prix en cas de fortes variations, transparence des informations sur la production pour l’ensemble des acteurs (État et secteur privé) afin de mettre fin au contexte d’incertitude favorisant la spéculation, abandon des politiques sur les agrocarburants....

Autant de recommandations portées par le Pacte pour une Terre solidaire (http://ccfd-terresolidaire.org/pacteterresolidaire/Luttons-contre-la-speculation-sur ) qui ont été adressées aux candidats à l’élection présidentielle, afin que la France pousse ces propositions au niveau international.

Contact : Véronique de La Martinière : 01 44 82 80 64 - 06 0777 05 80

S’informer

30 mai 2018

Projet de loi Agriculture et Alimentation : poudre de perlimpinpin ! (Communiqué)

Ce mercredi 30 mai 2018 à partir de 15h, le tant attendu projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation est voté en première lecture à (...)

16 mai 2018

Projet de loi Agriculture et Alimentation : un texte sans grande ambition qui ne réglera pas les crises agricoles (Communiqué)

Depuis le début de l’année, plusieurs chantiers se sont ouverts dans la suite des Etats Généraux de l’Alimentation (EGA) : projet de loi, (...)

9 mai 2018

Négociations climat : service minimum sur les questions agricoles aux dépens de l’urgence climatique (Communiqué)

La session de négociations, débutée au sein de la Convention Climat des Nations Unies la semaine dernière, se termine sur un résultat peu (...)

Nos projets

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

16 novembre 2017

Au Mali, 6 manières de faire face aux changements climatiques

Au Mali, la saison des pluies est durablement perturbée par la crise du climat. Ces changements affectent en particulier la période des (...)