Publié le 18 janvier 2011

Etude du CCFD-Terre Solidaire sur les accords de libre-échange de l’UE

Dans un contexte d’enlisement du cycle de négociations de Doha à l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), on peut remarquer la multiplication des accords commerciaux de libre-échange au niveau mondial.

L’Union européenne (UE) n’échappe pas à ce constat et négocie de nombreux accords commerciaux, en particulier avec les pays de l’hémisphère Sud, souvent peu développés. La Commission européenne et les instances dirigeantes de l’UE maintiennent que l’objectif premier de ces accords commerciaux reste le développement, la réduction, et à terme l’éradication, de la pauvreté (Accord de Cotonou, article 1).

Cependant cette dynamique récente en faveur de la libéralisation des marchés du Sud n’est pas sans soulever certaines inquiétudes. Le Parlement européen soulignait en 2006 que « la libéralisation du commerce entre des partenaires inégaux à des fins de développement s’est révélée dans le passé inefficace et même contreproductive ».

L’étude du CCFD-Terre Solidaire vise précisément à analyser les accords de libre-échange de l’UE pour déterminer leur contribution au développement des pays du Sud, sous l’angle particulier de l’agriculture et du droit à l’alimentation. Il est désormais reconnu que l’agriculture est un levier extrêmement efficace pour réduire la pauvreté. Or à ce titre, les accords signés révèlent eux-mêmes la contradiction entre développement et commerce avec l’UE : « les parties reconnaissent que la suppression des obstacles aux échanges entre les parties, telle qu’elle est envisagée dans le présent accord, peut poser de graves problèmes aux consommateurs et producteurs […] présents dans les secteurs agricole, alimentaire et halieutique ».

Au regard de la méconnaissance et des approximations souvent caricaturales qui circulent autour des accords de libre-échange, ce rapport s’attache à expliciter de façon la plus objective possible la teneur des accords signés par les dirigeants européens au nom de la Communauté européenne.

Les effets des accords de libre-échange européens sont formulés comme des pistes de travail proposées aux acteurs de la société civile et aux décideurs politiques.

Il ne s’agit pas d’une étude d’impact à proprement parler mais plutôt d’une invitation à s’emparer du sujet pour remettre le débat sur la place publique et offrir des alternatives plus favorables au développement des pays du Sud.

Nos projets

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

26 juillet 2018

Le niébé, un haricot au coeur de la bataille pour les semences paysannes

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Pour le promouvoir et le protéger, l’AOPP, une (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

S’informer

8 October 2018

Rapport du GIEC 2018 : de profonds changements s’imposent ! (Vidéos)

Quels seront les impacts d’un réchauffement climatique supérieur à 1,5°C ? Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (...)

11 septembre 2018

Hausse de la faim et de l’insécurité alimentaire dans le monde : il est temps de s’attaquer aux causes (communiqué)

Le constat du rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde, publié le 11 septembre 2018 par cinq agences (...)

19 juillet 2018

Les terres, variable d’ajustement des politiques climatiques ? (interview)

FDM n°305

L’agriculture commence enfin à être prise en compte dans les négociations climatiques internationales. Mais le péril grandit de voir des (...)