Noël contre la faim

Publié le 20 mai 2009

Chronique(s) d’un curé de campagne… Colombien

Son auteur préféré, c’est Albert Camus. Mais quand il évoque la situation des fidèles de sa paroisse, c’est à Emile Zola que le Père Ubaldo Diaz fait volontiers référence. Fin lettré dans un corps robuste, visage d’indien au regard perçant, journaliste à ses heures… A 33 ans, dont dix de sacerdoce, le père de la paroisse de Rejidor, dans la région de Magdalena Medio, apprécie avant tout « l’aspect social » de son travail quotidien auprès des communautés où vivent les ouvriers agricoles qui travaillent dans les exploitations de palmes. Et à voir l’accueil dont il bénéficie en arrivant à Las Pavas, petit village de quelques centaines d’âmes, qui mène une lutte acharnée pour une terre que leur dispute une grande entreprise, on est surpris d’apprendre que le Père Ubaldo n’est là que depuis un an. « J’ai remplacé un prêtre qui avait reçu plusieurs menaces de mort parce qu’il soutenait les organisations de travailleurs ruraux, explique le Père Ubaldo Diaz. L’Evêque a donc jugé plus prudent de l’affecter au sein d’une autre paroisse et m’a demandé de le remplacer. » En lui assurant qu’il pourrait poursuivre le travail d’accompagnement des communautés paysannes.

« Rapidement, j’ai rencontré le maire de la commune, largement soutenu par les entreprises de palme de la région. » Et on ne peut pas dire que le contact ait été franchement cordial. Surtout lorsque l’Edile lui a demandé de quoi il avait besoin pour la paroisse. « J’ai répondu de l’eau courante potable pas pour moi, mais pour les paroissiens, a répondu le prêtre. Mais j’ai surtout besoin de liberté de continuer le travail entamé par mon prédécesseur. » C’est d’ailleurs ce même désir de liberté qui a poussé à le Père Ubaldo à refuser la protection 24h/24 que lui proposait la police. Et ce, même lorsqu’on lui a rapporté des menaces dont il serait à son tour victime. En fait, rien ne semble pouvoir ébranler sa détermination. D’ailleurs, la réponse n’a pas tardé. « J’ai contacté un avocat et lui ai demandé d’étudier en détail les décisions de justice qui ont été prises à propos des terres qui entourent la communauté de Las Palmas. » Alors, en attendant que le Droit parle, le Père Ubaldo relate en détail les difficultés par lesquelles passent les fidèles de sa paroisse. Des textes qu’ils publient régulièrement sous forme de chroniques, dont certaines ont même été primées. Comme jadis, ses auteurs préférés.

Coordinatrice du Programme Terre au sein du FIAN en Allemagne, une organisation qui travaille pour le droit à l’alimentation, Sonia Monsalve Suarez, évoque ses attentes mais aussi les émotions que lui procure la mission de vérification internationale qu’elle effectue dans son pays natal. Ecouter l’entretien

Nos projets

23 mars 2018

Cinq reportages de La Croix au Paraguay pour découvrir l’action du CCFD-Terre Solidaire

Cinq portraits ont été réalisés par le quotidien La Croix au Paraguay avec des associations partenaires du CCFD-Terre solidaire. Une série (...)

21 mars 2018

A Haïti, entre cyclones et sècheresses, assurer l’accès à l’eau

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, zoom sur Haïti. Dans un pays touché par des sècheresses de plus en plus longues et intenses, (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

S’informer

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

Selon la société civile, au moins 180 000 personnes sont portées disparues au Mexique. Démunies face à des autorités corrompues et liées au (...)

3 avril 2018

Déclaration de solidarité envers le père Amaro et la Commission pastorale de la terre

Le 27 mars 2018, le père Amaro Lopes de Sousa, agent de la Commission pastorale de la terre et curé au Brésil, a été arrêté et incarcéré. (...)

3 avril 2018

Au Brésil, le père José Amaro, défenseur des sans-terres, est jeté en prison

Le père José Amaro Lopes, prêtre à Anapu au Brésil, a été arrêté le 27 mars 2018 et incarcéré. Défenseur des droits des sans terres, il est (...)