Noël contre la faim

Publié le 20 mai 2009

Chanter pour ne pas mourir

L’image aura marqué l’ensemble du groupe ayant visité la région du Magdalena Medio, au nord-ouest de la Colombie. A « Las Pavas », une communauté composée de 130 familles, cernée par les champs de palme, un vieil homme au visage émacié s’avance vers les membres de la délégation. Mauricio est l’un des plus anciens de la communauté. Il était déjà là avant que Pablo Escobar, le narco trafiquant le plus recherché au monde, vienne le déloger par la force pour y planter des feuilles de coca. Comme les autres, il a repris espoir lorsque « l’ennemi public n°1 » a été tué à Medellin, en 1993. Ses amis et lui allaient pouvoir revivre en paix sur leurs terres. C’était sans compter sur le « nouveau fléau » qui menace aujourd’hui des milliers de petits paysans colombiens : le développement de la mono culture de palme africaine, destinée à la production d’agro carburants. C’est tout cela qu’évoque Mauricio au milieu du cercle qui s’est formé autour de lui. Mais le vieil homme ne parle pas. Il chante. Dans un silence pesant, Mauricio entonne en effet les couplets qu’il a écrit et répété depuis qu’il a su « que des gens de l’extérieur » allait venir dans sa communauté. Des gens dont il attend beaucoup. « Vous devez expliquer à vos dirigeants quelle est notre situation ici. Vous devez leur raconter comment les grandes entreprises payent des milices armées privées pour nous menacer et nous faire partir, en nous assurant que si nous ne vendons pas, ce sont nos veuves qui vendront. Vous devez expliquer que nos enfants n’auront d’avenir que si nous pouvons continuer à vivre ici, en cultivant de quoi nous nourrir. »

Des témoignages comme celui de Mauricio, chacun des membres des cinq délégations qui ont parcouru le pays en avait à profusion, en rentrant à Bogota. Familles déplacées, travailleurs exploités, leaders syndicaux menacés de mort, représentants des pouvoirs publics résignés devant la toute puissance d’un Etat colombien centralisé et étroitement lié à l’agro industrie… Les contacts avec les « institutionnels » (représentants de différents ministères, d’ambassades européennes et acteurs économiques) ont également permis, les deux derniers jours, de compléter une immersion sur le terrain qui a laissé des traces dans les cœurs et les esprits. Une mission de vérification internationale qui va désormais donner lieu à de nombreuses initiatives, notamment à l’égard de l’Union Européenne. C’est en tout cas ce qu’espère Mauricio, à Las Pavas. Une communauté qui, le 14 juillet dernier, soit moins d’une semaine après le passage de la délégation, a été expulsée de ses terres par la force. Ecouter

Jean-Claude Gérez, journaliste

Nos projets

23 mars 2018

Cinq reportages de La Croix au Paraguay pour découvrir l’action du CCFD-Terre Solidaire

Cinq portraits ont été réalisés par le quotidien La Croix au Paraguay avec des associations partenaires du CCFD-Terre solidaire. Une série (...)

21 mars 2018

A Haïti, entre cyclones et sècheresses, assurer l’accès à l’eau

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, zoom sur Haïti. Dans un pays touché par des sècheresses de plus en plus longues et intenses, (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

S’informer

20 April 2018

Au Niger : demande de libération immédiate pour les représentants de la société civile arrêtés

Au Niger, deux vagues d’arrestations viennent de cibler des acteurs de la société civile protestant contre la nouvelle loi de finance 2018 (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

Selon la société civile, au moins 180 000 personnes sont portées disparues au Mexique. Démunies face à des autorités corrompues et liées au (...)

3 avril 2018

Déclaration de solidarité envers le père Amaro et la Commission pastorale de la terre

Le 27 mars 2018, le père Amaro Lopes de Sousa, agent de la Commission pastorale de la terre et curé au Brésil, a été arrêté et incarcéré. (...)