Mots-clés :

Des conditions de travail indignes

L’éthanol, miracle économique brésilien ? Certes, mais à quel prix ? Celui de la misère humaine et du maintien de « politiques sociales » archaïques. Quant à la paye, elle est faible. En moyenne, un coupeur de canne perçoit 1 euro par tonne coupée.

Le « minimum » admis dans la profession est de 8 à 10 tonnes par jour. La pression est telle que certains ouvriers parviennent à couper jusqu’à… 15 tonnes par jour ! Une pression qui ressemble fort à une épée de Damoclès : les employeurs n’hésitent plus à menacer les coupeurs de les remplacer par… des machines.

Quant aux avancées obtenues par les rares organisations syndicales « indépendantes », elles concernent plus la nourriture et le logement que les conditions de travail.

Selon la Fédération des travailleurs de l’agriculture, un demi-million d’hommes sont embauchés chaque année dans le secteur de la canne à sucre. La plupart viennent de la région Nord-Est, la plus pauvre du Brésil. Jeune et corvéable à merci, cette main-d’œuvre est recrutée par les « gatos »,. Ces contremaîtres sont rémunérés « par tête » recrutée ou par pourcentage sur les salaires des coupeurs.

3 juin 2008

« Ne pas mourir dans les champs »

Dossier : Les faces cachées de l’éthanol au Brésil

« Je m’appelle Oswaldo dos Santos Souza. Je suis né il y a 28 ans dans un village du Pernambuco, au nord-est du Brésil. Je travaille dans (...)

3 juin 2008

« Nos seuls droits : se taire et travailler »

Dossier : Les faces cachées de l’éthanol au Brésil

« Je m’appelle Antonio Carlos Queiroz Nunez. J’ai 32 ans. Je suis né dans l’état du Paraïba, dans le Sertao, la région de la Sècheresse au (...)

3 juin 2008

Au milieu de la canne, le travail esclave

Dossier : Les faces cachées de l’éthanol au Brésil

Loin de l’image de modernité et de boum économique et social, le secteur de la canne à sucre engendre trop de travail inhumain et (...)

Nos projets

11 janvier 2019

Mexique : sur les routes de l’exil, une femme et deux hommes témoignent

Manolo, Octavio, et Malvina ont trouvé refuge à la Casa Mambré, un point d’accueil créé par les sœurs scalabriniennes au Mexique et soutenu (...)

30 novembre 2018

Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

5 novembre 2018

Après le séisme et le tsunami sur l’île de Sulawesi en Indonésie, l’aide s’organise

Un violent séisme suivi d’un tsunami ont durement frappé l’île de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre dernier. Les organisations (...)

S’informer

15 janvier 2019

Elections présidentielles en RDC : "un processus électoral dévoyé et des institutions décrédibilisées" (communiqué)

Le résultat provisoire de l’élection présidentielle en République Démocratique du Congo, donnant vainqueur M. Tshisekedi, est terni par un (...)

8 janvier 2019

Brésil : forte inquiétude de l’Eglise et de la société civile sur le devenir des terres indigènes (témoignage)

Au Brésil, le nouveau président Jair Bolsonaro vient déjà d’annoncer le transfert de la responsabilité de la démarcation des terres indigènes (...)

20 décembre 2018

Pourquoi promouvoir l’agroécologie paysanne ?

Améliorer les conditions de vie socio-économiques et écologiques des populations rurales, c’est possible ! Le CCFD-Terre Solidaire fait le (...)