Un avenir sans faim
Mots-clés :

Des conditions de travail indignes

L’éthanol, miracle économique brésilien ? Certes, mais à quel prix ? Celui de la misère humaine et du maintien de « politiques sociales » archaïques. Quant à la paye, elle est faible. En moyenne, un coupeur de canne perçoit 1 euro par tonne coupée.

Le « minimum » admis dans la profession est de 8 à 10 tonnes par jour. La pression est telle que certains ouvriers parviennent à couper jusqu’à… 15 tonnes par jour ! Une pression qui ressemble fort à une épée de Damoclès : les employeurs n’hésitent plus à menacer les coupeurs de les remplacer par… des machines.

Quant aux avancées obtenues par les rares organisations syndicales « indépendantes », elles concernent plus la nourriture et le logement que les conditions de travail.

Selon la Fédération des travailleurs de l’agriculture, un demi-million d’hommes sont embauchés chaque année dans le secteur de la canne à sucre. La plupart viennent de la région Nord-Est, la plus pauvre du Brésil. Jeune et corvéable à merci, cette main-d’œuvre est recrutée par les « gatos »,. Ces contremaîtres sont rémunérés « par tête » recrutée ou par pourcentage sur les salaires des coupeurs.

3 juin 2008

« Ne pas mourir dans les champs »

Dossier : Les faces cachées de l’éthanol au Brésil

« Je m’appelle Oswaldo dos Santos Souza. Je suis né il y a 28 ans dans un village du Pernambuco, au nord-est du Brésil. Je travaille dans (...)

3 juin 2008

« Nos seuls droits : se taire et travailler »

Dossier : Les faces cachées de l’éthanol au Brésil

« Je m’appelle Antonio Carlos Queiroz Nunez. J’ai 32 ans. Je suis né dans l’état du Paraïba, dans le Sertao, la région de la Sècheresse au (...)

3 juin 2008

Au milieu de la canne, le travail esclave

Dossier : Les faces cachées de l’éthanol au Brésil

Loin de l’image de modernité et de boum économique et social, le secteur de la canne à sucre engendre trop de travail inhumain et (...)

Nos projets

15 septembre 2017 ITECA

Irma, Maria : solidaires avec les peuples des Caraïbes !

Au cours de leurs passages, les ouragans Irma et Maria ont causé des dégâts considérables dans les Caraïbes. A Haïti et à Cuba, les (...)

15 septembre 2017 ITECA

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au Pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)

S’informer

16 octobre 2017

10 ans après les émeutes de la faim, où en sont les engagements internationaux ? (rapport)

Dans son rapport intitulé « La faim justifie les moyens ! », le CCFD-Terre Solidaire constate la montée de l’insécurité alimentaire dans le (...)

13 octobre 2017

En Irak, la société civile appelle fermement au dialogue

Des associations du Kurdistan, de Bagdad et d’autres régions en Irak s’inquiètent de voir monter les risques de guerre. Elles font entendre (...)

12 octobre 2017

Madagascar : Libération immédiate demandée pour le militant Raleva

M. Raleva, défenseur des droits environnementaux, est emprisonné à Madagascar depuis le 27 septembre 2017. Son tort : s’être opposé à un (...)