Noël contre la faim
Mots-clés :

Publié le 2 juin 2008

Diaporama : "Coups de fouets invisibles"

"Coups de fouets invisibles" Le prix de ce « miracle » économique brésilien, ce sont les coupeurs de canne qui le paient. Souvent à peine majeurs, ces travailleurs sont choisis pour leur force de travail par des "gatos" (chats), sorte de contremaîtres. Les propriétaires leur versent une prime pour chaque ouvrier engagé (25 euros en moyenne) ou leur allouent un pourcentage (2 à 5%) sur les salaires. Chaque année 500 000 personnes sont recrutées pour couper manuellement la matière première permettant de produire ce carburant « vert ». Plus de la moitié de ces ouvriers viennent du Nordeste, la région la plus pauvre du Brésil. Les ouvriers sont payés à la tâche. Ils perçoivent en moyenne 1 euro par tonne coupée. Blessures fréquentes, crampes, douleurs dans la colonne vertébrale, tendinites, convulsions... Les cadences et les conditions de travail provoquent évidemment de sérieux problèmes de santé. Impossible de se plaindre. Car les ouvriers sont menacés d'être remplacés par des machines, capables d'effectuer le travail de 80 coupeurs. Les propriétaires des champs de canne à sucre renâclent sur tout. Malgré l'aiguisage régulier, ces outils s'émoussent vite. Malgré ce contexte, les rares organisations syndicales indépendantes luttent pour obtenir de meilleures conditions de travail Un logement décent, un suivi médical correct, de l'eau fraîche à volonté pour les coupeurs de canne dans les champs... Depuis janvier 2008, la loi oblige les propriétaires à accorder aux ouvriers une heure de pause déjeuner « dans un lieu ombragé ». La tendance est d'ailleurs loin de s'inverser avec l'arrivée de la canne génétiquement modifiée Pas ceux des travailleurs : ils devront couper deux à trois fois plusde canne à sucre pour parvenir à une moyenne quotidienne de 12 tonnes. 120 ans après l'abolition de l'esclavage au Brésil, les coupeurs de canne travaillent souvent dans des conditions exécrables et dégradantes.

Nos projets

30 janvier 2017

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)

23 janvier 2017

Au Brésil, des agriculteurs familiaux résistent depuis 50 ans à un agro-business destructeur

Alors qu’elle a fêté en 2016 son demi-siècle d’existence, l’association Assesoar, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, peut s’enorgueillir (...)

30 septembre 2016

A Rio, des potagers bios améliorent la vie des plus modestes

Depuis 1999, l’AS-PTA, association brésilienne soutenue par le CCFD-Terre Solidaire, développe un programme d’agriculture urbaine. A la clé (...)

S’informer

1er février 2018

Au Brésil, le port industriel de Suape est une zone de non droits

Dossier : Vers un traité Onu contre l’impunité des multinationales

Depuis 1975, les ONG brésiliennes se battent contre la construction puis l’extension du complexe industriel portuaire de Suape, devenue (...)

29 novembre 2017

Henri Burin des Roziers, grand avocat des paysans sans terre au Brésil, nous a quittés

Henri Burin des Roziers est mort le 26 novembre 2017 à Paris à l’âge de 87 ans. Frère dominicain français épris de justice et de liberté, (...)

8 septembre 2017

Brésil : en Amazonie, une réserve naturelle sauvée du désastre minier

Le gouvernement Temer est contraint d’annuler le décret qui abrogeait une réserve naturelle en Amazonie. La forte mobilisation de la (...)