Publié le 12 janvier 2005

Témoignages

Khadi Diouf, productrice de poulets sénégalaise

« Il y a quinze ans, les commerçants venaient jusqu’à mon village pour s’approvisionner. Aujourd’hui, non seulement nous nous déplaçons jusqu’au marché, mais ils n’achètent plus. Où sont les acheteurs ? S’il n’y en a pas, ma journée risque d’être compromise, le déjeuner de mes enfants aussi. »

Idrissa Kama, directeur commercial du Complexe de Mbao, au Sénégal

"Avec ces importations, tout le monde étouffe et perd en chiffre d’affaires : les industriels, les cabinets vétérinaires, les producteurs d’aliments de volailles, les distributeurs et les petits revendeurs."

Jean Wakap, producteur à Bangoua, au Cameroun

« C’est au début de 1999 que j’ai constaté qu’à l’approche des grandes cérémonies, les organisateurs ne nous sollicitaient plus trop pour les ravitailler en poulets. Pourtant, au cours desdites cérémonies, ils servaient bien des poulets, des poulets constitués exclusivement de cuisses. C’est là que j’ai vraiment connu les poulets importés. En quelques temps, j’ai eu à vivre moi-même l’invasion des congelés dans mon village. Les femmes les apportaient dans des cartons de Douala ou de Yaoundé. Je peux dire que j’ai assisté impuissant à la mort de l’élevage dans mon village. Je n’ai rien pu faire. J’ai vu beaucoup d’éleveurs cesser leur activité mais j’ai persévéré en espérant que le vent des congelés allait cesser de souffler d’un moment à l’autre. Mais au contraire, ils ont gagné du terrain. Telle une gangrène, un cancer, ils se sont imposés sur le marché à la grande désolation de nous les producteurs. »

Julienne Faha, commerçante de poulets au Cameroun

« Depuis 1987 que je suis en activité je n’ai jamais connu la mévente que je vis actuellement. Et dire qu’un temps, j’ai aménagé une baraque derrière ma maison où j’ai élevé jusqu’à 500 poulets. Ca me permettait de compléter ceux que me livraient d’autres éleveurs pour la vente. Aujourd’hui je n’arrive même pas à écouler les 300 poulets que je prends. Et le pire c’est qu’il faut continuer à les nourrir. C’est vraiment grave. Il faut faire quelque chose. »

Nos projets

26 juillet 2018

Le niébé, un haricot au coeur de la bataille pour les semences paysannes

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Pour le promouvoir et le protéger, l’AOPP, une (...)

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

S’informer

20 juillet 2018

Niger : Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort doivent être libérés (communiqué)

Alors que le verdict du procès des défenseurs des droits humains au Niger est attendu pour mardi 24 juillet, il est plus que temps pour (...)

6 de julio de 2018

Pozos de cárbono en las tierras agrícolas, ¿milagro o coartada? (informe)

La agricultura puede ser considerada igual como responsable o víctima de los cambios climáticos. Unos piensan que convertir las tierras (...)

18 juin 2018

En Amérique latine, l’agroécologie est une lutte politique

En Amérique latine, se développe une approche politique de l’agroécologie. Au-delà de la seule question de l’agriculture, elle prend en (...)