Publié le 15.04.2009 • Mis à jour le 14.08.2012

Fonds d’investissement pour l’agriculture africaine : la France ne tient pas ses promesses.

Lutte contre la faim

Communiqué de presse - le 15 avril 2009

Pour le CCFD-Terre solidaire la création du Fonds d’investissement pour l’agriculture africaine ne répond pas aux objectifs de lutte contre la faim. Il s’inquiète du rôle assigné à l’Agence française de développement de garantir les investissements privés et s’interroge sur les orientations de la coopération française en matière de développement agricole.

Ce mercredi 15 avril, le Secrétaire d’Etat M. Joyandet signera une déclaration d’intention avec le Président de la Banque africaine de développement pour la création du Fonds d’investissement pour l’agriculture africaine. Avec la création de ce fonds, l’Agence française de développement (AFD) se propose de capter des fonds privés et des fonds souverains pour financer des projets agricoles en Afrique. L’AFD s’engage ainsi à assurer un retour sur investissement - financier ou en nature - de 5% minimum à ces investisseurs.
Loin de profiter aux petits producteurs les plus vulnérables, cette logique privilégie des projets tournés vers l’industrie agroalimentaire ou des monocultures peu pourvoyeuses d’emplois. Pour Antoine Malafosse, délégué général du CCFD-Terre solidaire, « le rôle de l’Agence française de développement n’est sûrement pas de garantir de bons placements à des fonds d’investissement en quête de profit, ni de participer à l’accaparement des terres en Afrique par des investisseurs étrangers au détriment des plus pauvres

Lors du sommet de la FAO à Rome en juin 2008, consacré à la crise alimentaire, Nicolas Sarkozy avait appelé à « mettre le paquet » sur l’agriculture vivrière. Le Président de la République avait alors annoncé un milliard d’euros pour l’agriculture africaine sur les 5 prochaines années. Ces annonces avaient été saluées par les acteurs de terrain qui œuvrent depuis des décennies pour assurer la sécurité et la souveraineté alimentaire de l’Afrique.

Presqu’un an après, la France a gelé ses subventions à l’agriculture, le milliard annoncé reste une promesse ! Et l’AFD s’apprête à servir de caution financière à des fonds d’investissement sur des projets dont les agricultures familiales seront les grandes absentes.

Le CCFD-Terre solidaire rappelle que le soutien aux agricultures familiales constitue la clé de la lutte contre la faim. Ces agricultures familiales représentent en effet aujourd’hui 40% de la population mondiale, mais faute de soutien public et de protection, une majorité de ces petits producteurs sont contraints à une logique de survie. Ils constituent plus des deux tiers des affamés de la planète.

Contact presse :
Nathalie Perramon
01 44 82 80 67
n.perramon@ccfd.asso.fr

Téléchargez le communiqué de presse (format pdf)

S’informer

8 October 2018

Rapport du GIEC 2018 : de profonds changements s’imposent ! (Vidéos)

Quels seront les impacts d’un réchauffement climatique supérieur à 1,5°C ? Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (...)

20 juillet 2018

Niger : Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort doivent être libérés (communiqué)

Alors que le verdict du procès des défenseurs des droits humains au Niger est attendu pour mardi 24 juillet, il est plus que temps pour (...)

19 juillet 2018

Les terres, variable d’ajustement des politiques climatiques ? (interview)

FDM n°305

L’agriculture commence enfin à être prise en compte dans les négociations climatiques internationales. Mais le péril grandit de voir des (...)

Nos projets

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)