Publié le 17.04.2009 • Mis à jour le 15.03.2013

Le CCFD-Terre solidaire appelle la communauté internationale face au fléau de la faim

Un an après les « émeutes de la faim » qui ont ébranlé différentes régions du monde, le CCFD-Terre solidaire attend du G8 agricole qu’il concrétise ses engagements en faveur du soutien à l’agriculture des pays du Sud. Il demande que les discussions autour du Partenariat mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire soient poursuivies.

Communiqué de presse - le 16 avril 2009

Tenir les engagements financiers
Seul 10% des 22 milliards de dollars annoncés lors du Sommet de la FAO à Rome en juin 2008 pour faire face à la crise alimentaire ont été décaissés jusqu’à présent. Pour le CCFDTerre solidaire, les pays du G8, et la France en particulier qui avait annoncé 1 milliard d’euros pour l’agriculture africaine, doivent aujourd’hui tenir leurs engagements.

Soutenir les agricultures familiales, clé de la lutte contre la faim.
Le CCFD-Terre solidaire rappelle que pour lutter durablement contre la faim, les sommes investies doivent avant tout soutenir les agricultures familiales. En effet, celles-ci représentent aujourd’hui 40% de la population mondiale mais faute de soutien public et de protection, des centaines de millions de petits producteurs à travers le monde sont contraints à une logique de survie. Ils constituent plus des deux tiers des affamés de la planète.

Relancer les discussions autour du Partenariat mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire.
Au-delà des engagements financiers, il est nécessaire de stimuler une action cohérente, durable et efficace pour faire face à l’insécurité alimentaire. C’est l’ensemble des politiques agricoles, commerciales, énergétiques et de coopération qui doivent être révisées. C’est pourquoi, le CCFD-Terre solidaire attend que les pays du G8 poursuivent les discussions autour d’un Partenariat mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire. Et demande que les organisations de la société civile (organisations de producteurs et ONG) soient véritablement associées à ce processus.

Contact presse :
Nathalie Perramon
01 44 82 80 67
n.perramon@ccfd.asso.fr

Téléchargez le communiqué au format pdf

S’informer

8 janvier 2019

Brésil : forte inquiétude de l’Eglise et de la société civile sur le devenir des terres indigènes (témoignage)

Au Brésil, le nouveau président Jair Bolsonaro vient déjà d’annoncer le transfert de la responsabilité de la démarcation des terres indigènes (...)

20 décembre 2018

Pourquoi promouvoir l’agroécologie paysanne ?

Améliorer les conditions de vie socio-économiques et écologiques des populations rurales, c’est possible ! Le CCFD-Terre Solidaire fait le (...)

17 décembre 2018

Souveraineté alimentaire : « La Tunisie a perdu le contrôle de son modèle agricole »

307 - DECEMBRE

Pour des raisons historiques, le modèle tunisien est fondé sur l’exportation et la dépendance. Décryptage avec Habib Ayeb, géographe et (...)

Nos projets

30 novembre 2018

Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

5 novembre 2018

Après le séisme et le tsunami sur l’île de Sulawesi en Indonésie, l’aide s’organise

Un violent séisme suivi d’un tsunami ont durement frappé l’île de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre dernier. Les organisations (...)

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)