Publié le 13.11.2009 • Mis à jour le 29.06.2012

Le CCFD-Terre Solidaire participe au Sommet mondial sur la sécurité alimentaire à Rome

Pour le CCFD-Terre Solidaire, l’urgence de passer des paroles aux actes

Paris, le 13 novembre

Première Ong française de développement, le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD-Terre Solidaire) participera au Sommet de Rome au sein de la délégation française. Le CCFD-Terre Solidaire se félicite de la tenue de ce Sommet, qui maintient la lutte contre la faim à l’agenda international. Il reste néanmoins extrêmement mobilisé pour que ce rendez-vous n’en reste pas aux déclarations d’intention, mais débouche sur des décisions concrètes.

En effet, la faim dans le monde qui touche aujourd’hui une personne sur six n’est pas une fatalité, mais le résultat d’un manque d’engagement concret de la communauté internationale, et de politiques nationales et internationales inadaptées, voire contraires à la sécurité alimentaire.

Pour le CCFD-Terre Solidaire la réussite du Sommet de Rome passe nécessairement par :

  •  la création d’un mécanisme de suivi des engagements financiers. La FAO estime par exemple, que 10% seulement des 22 milliards pour la sécurité alimentaire annoncés en juin 2008 à Rome ont été déboursés.
  • un engagement des États du Sud à augmenter la part du budget consacrée à l’agriculture (atteindre 10% contre 4% aujourd’hui) et des États du Nord à consacrer 17% de l’Aide publique à ce secteur. Ce renforcement des moyens doit impérativement profiter aux agricultures familiales et au développement des cultures vivrières, incontournables pour lutter contre la faim.
  • la remise à plat des politiques nationales et internationales, qui doivent être reconsidérées au filtre de l’impératif de la sécurité alimentaire et du droit à l’alimentation. A cet égard, le CCFD-Terre Solidaire soutient la construction du Partenariat mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire qui, en réunissant l’ensemble des acteurs autour de la table - y compris la société civile - est une opportunité d’aller enfin vers une plus grande cohérence entre les politiques agricoles, commerciales, énergétiques et de coopération, dans un objectif de sécurité alimentaire. Mais l’efficacité d’une telle initiative dépendra du degré d’engagement des dirigeants pour mettre en œuvre ce Partenariat face à une urgence historique.

Téléchargez le communiqué de presse (pdf)

S’informer

8 novembre 2018

RDC : 9 villages portent plainte contre une banque de développement allemande (communiqué)

Neuf communautés de la République démocratique du Congo ont accompli un geste historique cette semaine : elles ont porté plainte contre la (...)

5 novembre 2018

Après le séisme et le tsunami sur l’île de Sulawesi en Indonésie, l’aide s’organise

Un violent séisme suivi d’un tsunami ont durement frappé l’île de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre dernier. Les organisations (...)

8 octobre 2018

Rapport du GIEC 2018 : de profonds changements s’imposent ! (Vidéos)

Quels seront les impacts d’un réchauffement climatique supérieur à 1,5°C ? Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (...)

Nos projets

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

26 juillet 2018

Le niébé, un haricot au coeur de la bataille pour les semences paysannes

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Pour le promouvoir et le protéger, l’AOPP, une (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)