Publié le 10.12.2005 • Mis à jour le 23.07.2012

6ème Conférence de l’OMC, Hong Kong

Décryptages et analyses

Du 13 au 18 décembre 2005 s’est tenue à Hong Kong la sixième Conférence interministérielle de l’OMC, l’Organisation mondiale du commerce.
Elle devait être décisive dans le cycle de négociations ouvertes à Doha en décembre 2001 dont l’objectif est d’étendre les règles de l’OMC, la libéralisation des échanges, à l’agriculture, aux services et à la propriété intellectuelle, ainsi que de garantir le libre accès aux marchés nationaux des produits non-agricoles.
Le cycle de Doha est censé favoriser le développement des pays émergents et des pays pauvres.

Les organisations de Solidarité internationale estiment que l’intégration des pays pauvres n’est pas en soi une garantie de développement. Bien au contraire, elle peut creuser gravement les inégalités, appauvrir des pans des sociétés (notamment les petits paysans) laminés dans une compétition inégale.
En définitive, la libéralisation profiterait essentiellement aux pays riches et aux plus grosses entreprises.
La compétition est d’autant plus inégale que les pays riches (Union européenne et États-Unis en particulier), tout en exigeant l’accès de leurs marchandises aux marchés des pays en développement, continuent de soutenir leur production, en particulier leur agriculture, par des dispositifs d’aides et de subventions.
L’agriculture constitue le volet les plus tendu des négociations.

Depuis la conférence de Seattle en décembre 1999, les pays du Sud sont de plus en plus en mesure de faire entendre leur voix dans le cadre de l’OMC, tandis que de nouvelles puissances agricoles (le Brésil, l’Inde...) plaident pour une ouverture des marchés américain et européen aux produits des pays en développement.

Les avancées de la Conférence de Hong Kong ont été minces.

Les documents

Décryptage des négociations agricoles à l’OMC, par la CIDSE et Caritas Internationalis.

Agriculture
Pour une régulation du commerce mondial

Le dossier de Coordination Sud

Vulnérabilité et durabilité,
le défi manqué du Cycle pour le développement à l’OMC

Le bilan de la Conférence par la CIDSE et Caritas Internationalis

L’analyse des résultats de la conférence de Hong kong de l’OMC par le CCFD et le CMR

Les liens

Le site officielle de la Conférence de l’OMC

S’informer

6 de julio de 2018

Pozos de cárbono en las tierras agrícolas, ¿milagro o coartada? (informe)

La agricultura puede ser considerada igual como responsable o víctima de los cambios climáticos. Unos piensan que convertir las tierras (...)

18 juin 2018

En Amérique latine, l’agroécologie est une lutte politique

En Amérique latine, se développe une approche politique de l’agroécologie. Au-delà de la seule question de l’agriculture, elle prend en (...)

1er juin 2018

La séquestration du carbone dans les terres agricoles, miracle ou alibi ? (Rapport)

L’agriculture est tour à tour considérée comme responsable ou victime des dérèglements climatiques. Certains voient en elle des solutions (...)

Nos projets

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

23 mars 2018

Cinq reportages de La Croix au Paraguay pour découvrir l’action du CCFD-Terre Solidaire

Cinq portraits ont été réalisés par le quotidien La Croix au Paraguay avec des associations partenaires du CCFD-Terre solidaire. Une série (...)

1er décembre 2017

Burundi : Les femmes au coeur de la transition écologique et sociale

301 - Septembre-Octobre

Porté par le CCFD-Terre Solidaire dans six pays africains, le programme PAIES au Burundi a notablement contribué à inclure les femmes au (...)