Publié le 11 décembre 2015

COP 21 : Des négociations sans faim

Ne nous voilons pas la face, l’agriculture est l’un des premiers secteurs émetteurs de gaz à effet de serre. Paradoxalement, les agriculteurs, et en particulier les petits paysans sont aussi les premiers à souffrir des impacts des dérèglements climatiques. Faut-il par ailleurs rappeler que jusqu’à 600 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir de la faim dans le monde d’ici à 2080 à cause du changement climatique ?

Hier, les Etats ont décidé de supprimer de l’article 2 (objectifs de l’Accord) la mention de "sécurité alimentaire" et de se limiter à reconnaitre l’impact des dérèglements climatiques sur la "production alimentaire". Ce concept est désormais dépassé. Car oui, messieurs les ministres, nous produisons aujourd’hui suffisamment pour nourrir la planète ! En mentionnant uniquement la production alimentaire, les pays affirment en réalité le besoin d’accroitre la production agricole et se dédouanent ainsi de l’obligation de changer de modèle agricole.

Ce qui doit nous guider n’est pas la rhétorique du "produire plus", mais du "produire mieux" et à meilleur escient. Il faut prendre en compte l’accès, la qualité et la durabilité de l’alimentation. Cela implique une relocalisation, le développement de circuits courts et le soutien aux agricultures paysannes et aux pratiques d’agroécologie paysanne. Pourtant, les Etats refusent de prendre ce virage déterminant.

Le dernier brouillon d’Accord pose des bases d’investissements dans l’agriculture qui renforceront nos systèmes agricoles actuels. La porte est ainsi grande ouverte aux fausses solutions, avec la reconnaissance du Lima Paris Action Agenda (LPAA) dans le texte alors même que celui-ci ne dispose d’aucun critère clair permettant d’éviter les atteintes à l’environnement et aux droits des populations. Des initiatives telles que la Climate Smart Agriculture ou encore le 4 pour 1000 s’inscrivent dans l’esprit de produire toujours plus et de séquestrer plus de carbone.

Bienvenue aux OGM, au Round up et aux accaparements de terre ! Nous le savons, le secteur agricole est un sujet compliqué pour beaucoup, tabou pour certains. A l’inverse de la question des terres, au cœur de nombreuses convoitises, car perçues comme des puits de carbone et donc comme un outil de stockage et de compensation des émissions. Rien dans ce projet d’Accord ne permet d’éviter aux grands pollueurs d’accaparer des terres pour bénéficier de droits à polluer. Non, Messieurs les Ministres, les terres ne sont pas que des calculettes à carbone ! Des gens y vivent, en vivent et vous êtes en train de les oublier.

Sans garanties de protection des droits humains, dont le droit à l’alimentation, ce sont les plus vulnérables qui pâtiront non seulement des effets des dérèglements climatiques mais aussi des actions entreprises pour soi-disant lutter contre.

Il ne reste plus que quelques heures pour faire marche arrière : il faut supprimer la référence à la production alimentaire et remettre au cœur de l’accord les droits humains et la sécurité alimentaire.

Maureen Jorand, CCFD-Terre Solidaire et Peggy Pascal, Action contre la Faim.

Nos projets

30 novembre 2018

Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

5 novembre 2018

Après le séisme et le tsunami sur l’île de Sulawesi en Indonésie, l’aide s’organise

Un violent séisme suivi d’un tsunami ont durement frappé l’île de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre dernier. Les organisations (...)

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

S’informer

8 janvier 2019

Brésil : forte inquiétude de l’Eglise et de la société civile sur le devenir des terres indigènes (témoignage)

Au Brésil, le nouveau président Jair Bolsonaro vient déjà d’annoncer le transfert de la responsabilité de la démarcation des terres indigènes (...)

20 décembre 2018

Pourquoi promouvoir l’agroécologie paysanne ?

Améliorer les conditions de vie socio-économiques et écologiques des populations rurales, c’est possible ! Le CCFD-Terre Solidaire fait le (...)

17 décembre 2018

Souveraineté alimentaire : « La Tunisie a perdu le contrôle de son modèle agricole »

307 - DECEMBRE

Pour des raisons historiques, le modèle tunisien est fondé sur l’exportation et la dépendance. Décryptage avec Habib Ayeb, géographe et (...)