Publié le 04.07.2008 • Mis à jour le 29.06.2012

G8 d’Hokkaido :
N’oubliez pas les engagements pris lors du sommet de la FAO.

A la veille du G8 d’Hokkaido : Le CCFD rappelle aux pays riches les engagements pris lors du sommet de la FAO.

Le G8 sera l’occasion pour les grands pays de prendre des mesures concrètes pour résoudre la crise alimentaire mondiale.

C’est du moins l’engagement pris lors de la conférence de la FAO de juin dernier.

A son terme, un consensus s’était dégagé sur le besoin de réinvestir dans le secteur agricole.
Le président français Nicolas Sarkozy rappelait la pertinence des agricultures familiales, vivrières et locales dans la réponse à cette crise. Et des promesses de don ont été faites…

Une première version d’un "plan d’action" devrait être présentée ce week-end à Hokkaido : aide aux petits agriculteurs en Afrique, levée des barrières commerciales, mesures de protection sociale.

Le G8 devrait être aussi l’occasion d’évaluer les promesses de dons annoncées à Rome :

  • 1,5 milliard de dollars de la part de la Banque de développement islamique (BID),
  • 1,2 milliard de dollars supplémentaires par rapport à ses prévisions du Programme alimentaire mondial (PAM),
  • 17 millions de dollars d’initiative d’urgence" de la FAO.

Aussi le Comité catholique contre la faim et pour le développement rappelle-t-il aux dirigeants des huit pays les plus riches du monde qu’ils doivent traduire en actes les engagements pris au Sommet de la FAO sur la crise alimentaire à Rome, le 5 juin 2008.

Les 8 pays les plus riches du monde auront-ils le courage politique de reconsidérer les orientations menées jusqu’à présent ?
Prendront-ils les décisions indispensables pour que leurs engagements ne restent pas lettre morte ?

En effet, pour développer leurs agricultures, les pays du Sud, en particulier les pays africains, doivent pouvoir intervenir sur leurs marchés agricoles et pouvoir les protéger.
Ces dispositions dépassent le cadre de la FAO. Elles nécessitent de :

  • consolider une gouvernance mondiale sur les questions agricoles et alimentaires.
  • réviser les règles du commerce mondial, fixées à l’OMC, fondées sur la seule libéralisation des échanges.
  • tourner la page des politiques d’ajustements structurels menées par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (BM et FMI).
  • associer systématiquement les sociétés civiles (ONG, organisations de producteurs…) aux prises de décisions et à la mise en œuvre des politiques.

S’informer

8 novembre 2018

RDC : 9 villages portent plainte contre une banque de développement allemande (communiqué)

Neuf communautés de la République démocratique du Congo ont accompli un geste historique cette semaine : elles ont porté plainte contre la (...)

11 septembre 2018

Hausse de la faim et de l’insécurité alimentaire dans le monde : il est temps de s’attaquer aux causes (communiqué)

Le constat du rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde, publié le 11 septembre 2018 par cinq agences (...)

18 juin 2018

En Amérique latine, l’agroécologie est une lutte politique

En Amérique latine, se développe une approche politique de l’agroécologie. Au-delà de la seule question de l’agriculture, elle prend en (...)

Nos projets

30 novembre 2018

Cop 24 : Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

5 novembre 2018

Après le séisme et le tsunami sur l’île de Sulawesi en Indonésie, l’aide s’organise

Un violent séisme suivi d’un tsunami ont durement frappé l’île de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre dernier. Les organisations (...)

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)