Un avenir sans faim

Publié le 2 avril 2005

La Charte des droits fondamentaux : une avancée incontestable

Adoptée lors du traité de Nice en 2000, la charte des droits fondamentaux a désormais une valeur constitutionnelle (Partie II de la Constitution). Elle reprend les acquis des précédents traités et de la Convention européenne des droits de l’homme ainsi que les jurisprudences de la Cour de justice européenne et de la Cour européenne des droits de l’homme .

Elle consacre sur un pied d’égalité les droits civils et poltiques (liberté d’expression, de réunion...) et les droits de deuxième génération (droits sociaux comme le droit à des conditions de travail justes et équitables, II-91) et troisième génération (protection de l’environnement, II-97 ; protection des consommateurs, II-98... ).

La Charte inclut également de nouveaux droits, absents des traités précédents : droits de l’enfant (II-84)...

Observations

La constitutionnalisation de la Charte (dotée d’une valeur juridique) est un progrès selon la Comece (Commission des Episcopats de la Communauté européenne) qui note par ailleurs les évolutions positives des valeurs de l’Union (I-2) : plus étendues, elles comprennent notamment la dignité humaine, le respect des droits de l’homme y compris le droit des personnes appartenant à des minorités. La Comece se félicite que le respect de ces valeurs soit une précondition pour l’adhésion.

Mais de nombreux observateurs pointent également les limites de la Charte. Sur certains points, elle est en retrait des législation nationales (par exemple sur le droit de vote des étrangers) note le Gisti.

« C’est moins son contenu que son champ d’application et ses modalités d’interprétation qui posent problème », relèvent A. Le Chevalier et G. Wasserman (La Constitution européenne, dix clés pour comprendre, Paris, 2005, La Découverte). Elle ne s’applique en effet qu’aux actes de l’Union et aux actes des Etats qui mettent en oeuvre le Droit de l’union (II-112.5). Les droits et principe énoncés par la Charte ne priment pas sur les politiques mises en œuvre par ailleurs (II-112.2), les droits sont donc subordonnés aux objectifs politiques définis dans le Traité constitutionnel. Cette portée limitée peut donc apparaître comme un recul comparé à la valeur juridique supérieure acquise par les déclarations des droits de l’homme citée en préambule de la Constitution française.

Nos projets

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au Pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)

21 août 2017 Kuchub’al

Au Guatemala, les petits producteurs s’émancipent (témoignage)

La communauté La Florida au Guatemala produit du chocolat, du café et de nombreux produits agricoles. Après avoir conquis leurs terres, (...)

21 juin 2017 Gwénaëlle Lenoir , Adel

En Cisjordanie, l’agroécologie porteuse d’alternatives

299 Juin

En Cisjordanie l’agriculture paysanne palestinienne est entravée par le poids de l’occupation, l’accaparement des terres les plus fertiles (...)

S’informer

20 octobre 2017

Birmanie : l’UE privilégie ses intérêts financiers à l’instauration de la paix

Un collectif d’organisations birmanes et européennes, dont le CCFD-Terre Solidaire, publie, le 4 octobre 2017, un rapport intitulé « (...)

16 octobre 2017

10 ans après les émeutes de la faim, où en sont les engagements internationaux ? (rapport)

Dans son rapport intitulé « La faim justifie les moyens ! », le CCFD-Terre Solidaire constate la montée de l’insécurité alimentaire dans le (...)

6 octobre 2017

Etats généraux de l’alimentation : appel à la mobilisation

Alors que les Etats généraux de l’alimentation arrivent à mi-parcours, 50 organisations, dont le CCFD-Terre Solidaire, souhaitent que les (...)