Publié le 2 avril 2005

« L’Europe forteresse » toujours solide sur ses bases

Dans son premier titre, la Constitution affirme : « toute discrimination exercée en raison de la nationalité est interdite » (I-4)

La Charte des droits fondamentaux stipule en outre (II-79) que les expulsions collectives sont interdites et que « nul ne peut être éloigné, expulsé ou extradé vers un État où il existe un risque sérieux qu’il soit soumis à la peine de mort, à la torture ou à d’autres peines ou traitements inhumains ou dégradants ».

Le droit d’asile est garanti (II-78).

Observations
Pour le Gisti (Groupement d’information et de soutien aux immigrés), malgré ces déclarations d’intention, la Constitution pose trois problèmes :
Les droits qu’elle défend sont en retrait par rapport à certaines législations nationales concernant les immigrés. Les rédacteurs du Traité n’ont pas retenu la notion de « citoyenneté de résidence », les droits attenants à la citoyenneté fondée sur la nationalité, exclut donc les étrangers vivant sur le territoire de l’Union européenne (alors que certains pays accordent le droit de vote aux élections municipales, aux étrangers résidants dans la commune).

Les garanties que la Charte offre aux immigrés ou candidats à l’immigration sont limitées car le respect de la Charte repose sur la vigilance des Etats-membres aujourd’hui peu enclins à faire respecter le droit des étrangers. En outre, selon le Gisti,« la gestion des flux migratoires prime sur les droits fondamentaux et les objectifs d’intégration des résidents étrangers » puisque l’article II-112 précise que l’application de la Charte est limitée par les dispositions des politiques de l’Union.

Le Gisti rappelle les ambiguïtés en matière de droit d’asile et les contradictions avec la Convention de Genève. Les rédacteurs du Traité ont en effet refusé d’imposer l’accès obligatoire au territoire de l’Union en faveur des demandeurs d’asile (ce qui laisse préfigurer une politique d’externalisation du traitement des postulants au droit d’asile).

Pour le Gisti, la gestion des flux migratoires par l’Union dénote avant tout d’une approche policière de la question au dépend d’une culture des droits de l’homme. Une situation qui n’est pas nouvelle et à laquelle la Constitution ne remédie pas.

Nos projets

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

26 juillet 2018

Le niébé, un haricot au coeur de la bataille pour les semences paysannes

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Pour le promouvoir et le protéger, l’AOPP, une (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

S’informer

11 septembre 2018

Hausse de la faim et de l’insécurité alimentaire dans le monde : il est temps de s’attaquer aux causes (communiqué)

Le constat du rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde, publié le 11 septembre 2018 par cinq agences (...)

21 août 2018

En Algérie, des relais solidaires pour les migrants sur la route du retour

FDM n°305

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire, Rencontre et Développement est un service social créé dans les années 1970 à Alger par l’Église pour (...)

19 août 2018

Migrations : « Le Maroc est une salle d’attente »

Malgré une politique d’ouverture à l’égard des migrants au Maroc, leur intégration dans le pays reste très précaire. Interview de Hicham (...)