Mots-clés :

Publié le 15 novembre 2012

Egypte, des paysans unis pour défendre leurs droits

L’histoire contemporaine de l’Égypte est marquée par de grands bouleversements. Du modèle d’économie centralisée du président Nasser aux récentes révolutions populaires, le contexte égyptien est en perpétuelle mutation. Pas facile pour les paysans dans cette société très instable de se faire aujourd’hui une place et de se faire entendre. Alors que la faim rôde dans les familles, l’Association de Développement Intégré de Miniya (ADIM) met tout en œuvre pour que les petits paysans défendent leurs droits et participent à la reconstruction de ce grand pays.

Les dernières décennies ont été douloureuses pour de nombreux Égyptiens : le passage d’une économie nationalisée à une économie privatisée a largement affecté le secteur agricole, pourtant si essentiel. L’accaparement des terres est devenu une réalité pour les petits paysans, encore une fois victimes. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 1,6 million de paysans possèdent moins d’1 hectare ; soit 43 % de la population paysanne… pour seulement 8 % des terres cultivables.
Et le sort semble même s’en mêler. Plusieurs crises engendrées par la sécheresse ont frappé les paysans au cours des dernières années. Les familles rurales ne sont guère à l’abri de la famine : un tiers des enfants égyptiens de moins de cinq ans souffre d’un retard de croissance dû à la malnutrition.

Partenaire égyptien du CCFD-Terre Solidaire depuis près de 20 ans, l’ADIM est le bureau de développement du diocèse rattaché à l’évêque. Directement confrontée à ces enjeux, l’association concentre son action auprès de ces petits paysans, qui forment la population la plus pauvre du pays, pour qu’ils ne perdent pas espoir et puissent se structurer afin de revendiquer leurs droits.

Mobiliser les petits paysans pour les rendre davantage acteurs
Récemment, pour améliorer sa capacité d’action, l’ADIM a réalisé une vaste étude sur les conditions de vie des petits paysans et leurs besoins, en collaboration avec d’autres acteurs égyptiens liés à l’agro-écologie et à la défense des droits humains. Cette étude a abouti à la mise en place d’une nouvelle initiative, qui vise à permettre aux petits paysans de la région d’être davantage acteurs des changements, en étant plus impliqués dans la vie publique. L’ADIM joue donc aujourd’hui un rôle majeur afin de fédérer une dynamique associative et syndicale, enfin autorisée.

La capacité de médiation que l’ADIM met en œuvre repose sur sa légitimité à travailler avec les populations rurales et sur une neutralité à l’égard du politique, ce qui est particulièrement précieux dans un contexte de forte politisation de l’espace public.
À l’heure du repli et des tensions communautaires, son action paraît porteuse de sens et d’espoir. En effet, si l’ADIM a une dimension confessionnelle forte, elle offre aussi une ouverture pour dépasser les peurs et créer les conditions d’un dialogue. Une chance dans une région telle que la Haute-Égypte, où les chrétiens coptes sont nombreux et où les passerelles avec des organisations laïques ou d’autres
confessions doivent être défendues.

Beaucoup reste à faire pour accompagner le processus vers une transition démocratique, et le CCFD-Terre Solidaire tente de soutenir la mobilisation et la participation politique des communautés rurales de Miniya. D’autres partenaires en Égypte, comme Land Center for Human Rights, JBA (association des Jésuites et Frères pour le développement) et El Nahda (association de la renaissance scientifique et culturelle), travaillent en ce sens dans un contexte d’instabilité permanente. Il s’agit avant tout de permettre à l’Égypte de pouvoir se reconstruire, se développer et assurer à sa population les moyens de sa subsistance en revalorisant le monde paysan.

Nos projets

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

S’informer

13 de julio de 2018

¿Qué hacen los miembros de la Unión europea para que la ONU acabe con la impunidad de las empresas multinacionales?

Un colectivo de 36 organisaciones de la sociedad civil (asociaciones y sindicatos) interpeló a los Estados miembros de la Unión europea (...)

12 July 2018

What are the European Union and its individual Member States doing at the UN to stop corporate impunity?

On 11 July 2018, during the consultations taking place at the UN, a group of 36 civil society organisations called on the Member States (...)

12 juillet 2018

Que font les Etats membres de l’Union européenne à l’Onu pour mettre fin à l’impunité des multinationales ?

Ce 11 juillet 2018, un collectif de 36 organisations de la société civile (associations et syndicats) a interpellé les Etats membres de (...)