| |
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire

Conférence : décryptage de la loi sur l’Etat-nation en Israël

Publié le 11.01.2019 Mis à jour le 06.02.2019

Le 19 juillet 2018, Israël adoptait une loi controversée sur l’Etat nation. Jugée discriminatoire, elle affirme l’hégémonie des communautés juives au sein de l’Etat. Le 15 janvier 2019, Hassan Jabareen et Rina Rosenberg, directeur général et directrice du plaidoyer de l’association Adalah, alliée du CCFD-Terre Solidaire, seront à la Sorbonne pour décrypter les implications de cette nouvelle loi.

Conférence d’Adalah sur la loi sur "l’Etat-nation" israélienne Mardi 15 janvier 19:00-20:30 Centre Panthéon – Paris 1 Panthéon Sorbonne

12 place du Panthéon, 75231 Paris Cédex 5

Conférence : décryptage de la loi sur l'Etat-nation en Israël
Marché couvert de la vieille ville de Saint Jean d'Acre. Les Palestiniens d'Israël représentent 32% de la population de la ville et souffrent de discriminations.© Sandra Mehl/CCFD-Terre Solidaire

« La terre d’Israël (Erez Israel) est la patrie historique du peuple juif dans laquelle l’État d’Israël a été créé ». « L’État d’Israël est le foyer national du peuple juif, dans lequel il remplit son droit naturel, culturel, religieux, historique à l’autodétermination ». Voilà ce qu’on peut lire dans l’article 1 de la loi sur l’Etat-nation. Plus loin, elle fait perdre également à la langue arabe son statut de langue officielle aux côtés de l’hébreu, ne lui octroyant qu’un « statut spécial ».

Pour ses partisans, l’objectif est de garantir l’identité juive de l’État d’Israël pour les générations à venir. Ses détracteurs soulignent qu’elle ne fait nulle part mention de la démocratie ni des minorités, réduites à des citoyens de seconde zone.

L’association israélienne de défense des droits humains Adalah, comme d’autres organisations et citoyens israéliens souligne le caractère raciste de la loi. En octobre 2018, le chercheur Sami Cohen expliquait pour notre magazine Faim et développement que « les juges devront dorénavant privilégier les droits des Juifs sur ceux des Arabes ».

Lire aussi : Israël : l’abandon des fondements démocratiques ?

Plusieurs plaintes, dont deux d’Adalah, ont été déposées à la Cour Suprême pour demander l’annulation de cette loi. Le texte sera donc réexaminé le 28 janvier prochain, une lueur d’espoir pour la démocratie israélienne.

D’ici là, rendez-vous le 15 janvier à la Sorbonne, où Hassan Jabareen et Rina Rosenberg seront présents, à l’invitation du CCFD-Terre Solidaire et de la Fédération internationale des droits de l’homme, afin de faire part de leur analyse des conséquences de la loi sur l’Etat-nation.

Pour en savoir plus et s’inscrire, rendez-vous sur la page Facebook de l’événement

Nous suivre
Passer à l'action
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066