Publié le 9 mars 2015

Écrivez à vos euro-députés pour un règlement sur les « minerais des conflits »

Dans les zones du monde marquées par les conflits, l’exploitation et le commerce des ressources naturelles permettent à de nombreux acteurs armés, coupables de graves exactions à l’encontre des populations, de se financer. Nous pouvons tous agir afin de mettre fin à cette violence…

Ecrivez à vos parlementaires européens pour les en convaincre

En s’approvisionnant en ressources issues de ces zones de conflit ou à haut risque, les entreprises européennes sont susceptibles d’alimenter la violence au détriment des droits humains, de la paix et du développement. Ainsi, des minerais de sang se retrouvent dans nos ordinateurs, nos téléphones, nos voitures…

Alertée par les citoyens européens, la Commission européenne a proposé un texte de loi visant à assurer un approvisionnement responsable en minerais des entreprises lorsque celles-ci s’alimentent dans des zones en conflits.
L’objectif annoncé est de rompre le lien entre ressources naturelles et conflits, comme c’est le cas à l’Est de la République Démocratique du Congo depuis 15 ans où mutilations, massacres, viols, esclavage et déplacements massifs sont autant de souffrance perpétrées à l’encontre des populations par des acteurs armés se finançant largement à partir des richesses du sous-sol.

Le texte proposé est malheureusement largement insuffisant.

Volontaire et restreint, il n’impose qu’à un très petit nombre d’entreprises (19 fonderies et affineries) de faire la lumière sur leurs chaînes d’approvisionnement.
Pour les autres, le choix leur est laissé d’être ou non transparentes et responsables.
De plus, la Commission européenne se restreint à quatre minerais (or, étain, tantale et tungstène). Elle oublie qu’il y a pourtant de nombreuses autres ressources naturelles qui contribuent à des exactions dans le monde, comme par exemple le cuivre, le jade et le rubis en Birmanie, mais aussi le charbon en Colombie ou encore le diamant au Zimbabwe et en Centrafrique.
L’impact sur le terrain et sur les populations affectées risque d’être minime.

La commission du commerce international (INTA) a voté le 14 Avril pour une loi très faible. Mais tout n’est pas perdu étant donné que l’ensemble des eurodéputés devront voter sur ce projet de loi en séance plénière le 19 mai, et qu’il sera possible de renforcer le texte.

Trois principaux groupes politiques joueront un rôle clé : le Parti Populaire Européen (PPE, chrétiens-démocrates), l\’Alliance des démocrates et des libéraux pour l\’Europe (ALDE) et les Conservateurs et Réformistes Européens (ECR).

Exigeons des parlementaires européens qu’ils votent en faveur d’un règlement efficace contribuant au rétablissement de la paix !

Ecrivez aux parlementaires européens ici

Pour en savoir plus : http://www.justicepaix.be/minerais-des-conflits/

Plus de 130 dignitaires de l’église appellent à une législation plus ambitieuse.

Nos projets

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

23 mars 2018

Cinq reportages de La Croix au Paraguay pour découvrir l’action du CCFD-Terre Solidaire

Cinq portraits ont été réalisés par le quotidien La Croix au Paraguay avec des associations partenaires du CCFD-Terre solidaire. Une série (...)

S’informer

22 June 2018

Etats-Unis : une politique migratoire inhumaine (communiqué de la CIDSE)

La CIDSE (Coopération Internationale pour le Développement et la Solidarité), dont le CCFD-Terre Solidaire est membre, est une alliance (...)

21 juin 2018

Secret des affaires : un bâillon d’or pour les sénateurs

Ce jeudi 21 juin la proposition de loi Gauvain sur le secret des affaires a été adoptée par le Sénat. Malgré les alertes lancées depuis (...)

21 juin 2018

Brésil : l’Église au secours des migrants vénézuéliens

Chaque jour, des centaines de Vénézuéliens passent la frontière avec le Brésil. Ils fuient la misère économique et le régime répressif de (...)