Noël contre la faim

Publié le 9 mars 2015

Écrivez à vos euro-députés pour un règlement sur les « minerais des conflits »

Dans les zones du monde marquées par les conflits, l’exploitation et le commerce des ressources naturelles permettent à de nombreux acteurs armés, coupables de graves exactions à l’encontre des populations, de se financer. Nous pouvons tous agir afin de mettre fin à cette violence…

Ecrivez à vos parlementaires européens pour les en convaincre

En s’approvisionnant en ressources issues de ces zones de conflit ou à haut risque, les entreprises européennes sont susceptibles d’alimenter la violence au détriment des droits humains, de la paix et du développement. Ainsi, des minerais de sang se retrouvent dans nos ordinateurs, nos téléphones, nos voitures…

Alertée par les citoyens européens, la Commission européenne a proposé un texte de loi visant à assurer un approvisionnement responsable en minerais des entreprises lorsque celles-ci s’alimentent dans des zones en conflits.
L’objectif annoncé est de rompre le lien entre ressources naturelles et conflits, comme c’est le cas à l’Est de la République Démocratique du Congo depuis 15 ans où mutilations, massacres, viols, esclavage et déplacements massifs sont autant de souffrance perpétrées à l’encontre des populations par des acteurs armés se finançant largement à partir des richesses du sous-sol.

Le texte proposé est malheureusement largement insuffisant.

Volontaire et restreint, il n’impose qu’à un très petit nombre d’entreprises (19 fonderies et affineries) de faire la lumière sur leurs chaînes d’approvisionnement.
Pour les autres, le choix leur est laissé d’être ou non transparentes et responsables.
De plus, la Commission européenne se restreint à quatre minerais (or, étain, tantale et tungstène). Elle oublie qu’il y a pourtant de nombreuses autres ressources naturelles qui contribuent à des exactions dans le monde, comme par exemple le cuivre, le jade et le rubis en Birmanie, mais aussi le charbon en Colombie ou encore le diamant au Zimbabwe et en Centrafrique.
L’impact sur le terrain et sur les populations affectées risque d’être minime.

La commission du commerce international (INTA) a voté le 14 Avril pour une loi très faible. Mais tout n’est pas perdu étant donné que l’ensemble des eurodéputés devront voter sur ce projet de loi en séance plénière le 19 mai, et qu’il sera possible de renforcer le texte.

Trois principaux groupes politiques joueront un rôle clé : le Parti Populaire Européen (PPE, chrétiens-démocrates), l\’Alliance des démocrates et des libéraux pour l\’Europe (ALDE) et les Conservateurs et Réformistes Européens (ECR).

Exigeons des parlementaires européens qu’ils votent en faveur d’un règlement efficace contribuant au rétablissement de la paix !

Ecrivez aux parlementaires européens ici

Pour en savoir plus : http://www.justicepaix.be/minerais-des-conflits/

Plus de 130 dignitaires de l’église appellent à une législation plus ambitieuse.

Nos projets

16 janvier 2018

Birmanie : se former aux pratiques alternatives pour s’émanciper des grandes entreprises étrangères

En Birmanie, le Gaia Sustainable Management Institute (GSMI), organisation partenaire du CCFD-Terre Solidaire, développe des pratiques (...)

15 décembre 2017

A Jérusalem, une association d’archéologues israéliens dénonce l’utilisation politique des fouilles

Créée par des archéologues, l’association Emek Shaveh est une organisation israélienne qui vise à sensibiliser le public, les journalistes et (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

S’informer

15 février 2018

Comprendre et lutter contre la faim dans le monde (Infographie)

Pourquoi plus de 800 millions de personnes souffrent-elles encore de la faim aujourd’hui dans le monde ? Face à ce drame, des solutions (...)

5 février 2018

La terre, enjeu d’une paix durable en Colombie

FDM n°302

Le problème foncier, déjà à l’origine de la guerre qui a déchiré une partie du territoire pendant plusieurs décennies, constitue toujours l’un (...)

1er février 2018

Philippines : La terre est un bien commun, pas une marchandise

Dossier : Vers un traité Onu contre l’impunité des multinationales

Mary Ann Manahan est directrice du programme sur les biens communs à Focus on the global South (https://focusweb.org), basée à Manille. (...)