Publié le 10 décembre 2014

Cameroun : Monoculture de l’huile de palme

SUR LE TERRAIN / Cameroun

La SOCAPALM est le premier producteur d’huile de palme camerounais. Des hectares de forêt ont été défrichés et remplacés progressivement par des monocultures de palmier à huile, réduisant ainsi les surfaces sylvicoles dont les populations locales tiraient leur subsistance.

Mots-clés :

L’accroissement des surfaces cultivées a entraîné une pression sur le foncier, grignotant les jardins privés des paysans installés dans des villages à proximité des plantations et rendant les conditions de vie des populations pygmées Bagyéli de plus en plus précaires. En effet, pour ce peuple autochtone, l’extension des plantations signifie des contraintes accrues sur leur mode de vie, et la destruction de leurs espaces de cueillette et de chasse. En un mot : un risque de disparition.

Les activités de la Socapalm privent également les populations locales d’une bonne partie de leurs ressources piscicoles et les exposent à des risques sanitaires, car les huiles usagées émanant des huileries se déversent dans les cours d’eau situés à proximité des habitations villageoises.

Les populations et des organisations de la société civile locales se mobilisent sans relâche depuis plus de 15 ans1. A l’échelle internationale, le cas attire l’attention de plusieurs chercheurs et journalistes.

De son côté, la SOCAPALM a reçu à deux reprises le soutien de PROPARCO – filiale de l’Agence française de développement (AFD). Jusqu’en 20072, PROPARCO a également été actionnaire du groupe Intercultures (actionnaire majoritaire de la société qui détient la plus grande part de capital de SOCAPALM).

Des ONG françaises, allemandes et camerounaises enquêtent et, en décembre 2010, amènent le cas devant les Points de contacts nationaux (PCN) de l’OCDE - organismes chargés de veiller au respect des principes directeurs de l’OCDE à l’attention des entreprises multinationales3 - dans trois pays (France, Belgique et Luxembourg). Le PCN français est formel : les activités de la SOCAPALM contreviennent à certains principes directeurs de l’OCDE. Il constate notamment "que l’activité de la SOCAPALM (...) ne contribue pas suffisamment au développement durable des communautés riveraines du fait de la diminution de certains de leurs moyens de subsistance et de leur espace vital sans compensation réelle et du fait d’un recours insuffisant à l’emploi local".

En septembre 2014, la SOCAPALM est à nouveau secouée par une grève dans les plantations. Les revendications des travailleurs portaient notamment sur les conditions de logement et les salaires. Ces derniers accusent l’entreprise de "gommer et ravaler au folklore les lois de la République du Cameroun".

Considérant que le monde touchera de toute façon à sa fin, peu importe les conséquences des activités des entreprises multinationales sur la santé des populations et l’environnement. Ecouter

En savoir + :
Investissements agricoles : sécurité alimentaire ou financière ? (rapport, octobre 2013)
Huile de palme, quelle contribution au développement ?

Nos projets

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

S’informer

20 juillet 2018

Pour lutter efficacement contre la fraude fiscale, les députés doivent corriger le projet de loi (Communiqué)

Mardi 24 juillet, la Commission des Finances de l’Assemblée nationale examinera le projet de loi relatif à la fraude, adopté en première (...)

20 juillet 2018

Niger : Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort doivent être libérés (communiqué)

Alors que le verdict du procès des défenseurs des droits humains au Niger est attendu pour mardi 24 juillet, il est plus que temps pour (...)

19 juillet 2018

Les terres, variable d’ajustement des politiques climatiques ? (interview)

FDM n°305

L’agriculture commence enfin à être prise en compte dans les négociations climatiques internationales. Mais le péril grandit de voir des (...)