Publié le 20 mai 2014

Élections européennes : plus de 500 candidats répondent au CCFD-Terre Solidaire

Dernière minute : le 23 mai le CCFD-Terre Solidaire a reçu les réponses de l’ensemble de candidats UMP. Le nombre de candidats ayant répondu au CCFD-Terre Solidaire s’élève à plus de 500.
Le tableau des engagements des candidats mis à jour est disponible ici

Le 20 mai 2013 - Le CCFD-Terre Solidaire, avec son réseau de bénévoles dans toute la France, a interpellé les candidats au Parlement européen pour qu’ils s’engagent sur les propositions du « Pacte pour une Europe exemplaire et respectueuse des droits humains ».

Les engagements portent sur 10 propositions concrètes, réunies autour de 5 thèmes :

- Lutter contre l’opacité financière et l’évasion fiscale des entreprises multinationales,
- Rendre les multinationales européennes responsables de leurs impacts sociaux et environnementaux dans les pays du Sud,
- Exiger l’exemplarité de l’Union européenne dans ses investissements portés au nom de la sécurité alimentaire,
- Rompre le lien entre l’exploitation des ressources naturelles et les conflits,
- Construire une gouvernance alternative des migrations, respectueuse des droits des migrants.

420 candidats de six partis (Parti socialiste, EELV, Front de gauche, L’Alternative (UDI-MODEM), Nouvelle Donne, Europe Citoyenne) ont répondu à l’interpellation du CCFD-Terre Solidaire, notamment :

- circonscription Est : Edouard Martin (PS), Sandrine Bélier (EELV), Gabriel Amard (Front de Gauche), Dany Dietmann (Europe Citoyenne), Isabelle Maurer (Nouvelle Donne),
- circonscription Ouest : Yannick Jadot (EELV), Emmanuel Poilane (Nouvelle Donne),
- circonscription Sud-Ouest : Robert Rochefort (l’Alternative UDI-MODEM),
- circonscription Ile de France : Marielle de Sarnez (UDI), Pascal Durand (EELV), Eva Joly (EELV), Pervenche Bérès (PS),
- circonscription Massif Central – Centre : Jean-Paul Denanot (PS),
- circonscription Sud Est : Vincent Peillon (PS), Michèle Rivasi (EELV).

L’UMP n’a à ce jour pas répondu à l’interpellation du CCFD-Terre Solidaire.

Les propositions portées de longue date par le CCFD-Terre Solidaire visent à renforcer les règles internationales pour lutter contre une forme de mondialisation qui accroit la pauvreté et les inégalités. Nos préoccupations notamment en matière de lutte contre l’évasion fiscale et de régulation des activités des acteurs économiques, rencontrent un écho de plus en plus fort dans les différents partis. Et au-delà du constat, les candidats s’engagent pour mettre en œuvre des solutions concrètes sur ces enjeux-clés pour les populations des pays du Sud. Le CCFD-Terre Solidaire sera vigilant sur la mise en œuvre de ses propositions. Il attend des futurs élus qu’ils tiennent leurs engagements et continuera à les interpeller au sein des Commissions parlementaires traitant de ces enjeux au sein du Parlement européen. L’engagement devra désormais se traduire en actes.

- Une première analyse des retours des candidats est disponible ici
- Les réponses des candidats sont disponibles ici

Pourquoi cette interpellation ?

Le CCFD-Terre Solidaire considère que l’influence politique et économique de l’Europe sur la scène internationale lui confère une responsabilité vis-à-vis des populations des pays du Sud : elle se doit d’être exemplaire. Alors que les entreprises européennes sont nombreuses à investir dans les pays du Sud, insuffisamment encadrées, leurs activités riment trop souvent avec droits humains bafoués, dégradation de l’environnement et pillage des ressources. L’Europe joue également un rôle important dans le financement du développement, notamment en matière de lutte contre l’insécurité alimentaire, mais elle s’appuie de plus en plus sur les mêmes méthodes que le secteur privé, sans poser d’exigences suffisantes pour s’assurer de leur contribution réelle au développement et de leur cohérence avec ses engagements internationaux. Il est donc indispensable de mettre en place des règles, notamment dans les domaines financier, fiscal et économique. Enfin, face au phénomène migratoire, l’Union européenne n’a pour l’instant apporté qu’une réponse sécuritaire et répressive sans construire de véritable politique, les Etats faisant encore des migrations une prérogative nationale. L’Europe a un rôle majeur à jouer pour proposer une politique alternative des migrations, respectueuse de la dignité et des droits des personnes. C’est le sens de l’interpellation des candidats par le CCFD-Terre Solidaire dans le Pacte pour une Europe exemplaire et respectueuse des droits, qui se poursuivra jusqu’au 25 mai.

Contact presse : Karine Appy, 06 66 12 33 02 / 01 44 82 80 67 - k.appy@ccfd-terresolidaire.org

Nos projets

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

26 juillet 2018

Le niébé, un haricot au coeur de la bataille pour les semences paysannes

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Pour le promouvoir et le protéger, l’AOPP, une (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

S’informer

21 septembre 2018

Le projet de loi PACTE ne réconcilie pas l’entreprise avec les citoyens (communiqué)

La proposition de loi Pacte qui va être examinée à partir du 25 septembre par l’Assemblée nationale ne permet ni de réconcilier l’entreprise (...)

19 septembre 2018

Fin de l’examen du projet de loi contre la fraude fiscale à l’Assemblée Nationale (Communiqué)

Communiqué conjoint : Anticor, ATTAC, CCFD-Terre Solidaire, Oxfam, Sherpa, Syndicat de la Magistrature L’Assemblée a terminé ce (...)

14 septembre 2018

Examen à l’Assemblée nationale du projet de loi fraude fiscale

Ce lundi 17 septembre l’Assemblée nationale examine en plénière le projet de loi sur la fraude fiscale. A l’issue de l’examen en commission (...)