Publié le 6 décembre 2006

Les objectifs

Les objectifs de la campagne Le Soja contre la vie sont :

1. d’obtenir de la France qu’elle modifie sa position au sein de la Société financière internationale sur la question du financement de l’expansion de la culture du soja en Amérique latine
2. d’obtenir d’entreprises de la filière soja qu’elles prennent mieux en compte l’impact social et écologique de la culture extensive du soja.

À long terme l’objectif des mobilisations en France et en Amérique du Sud est d’obtenir une réorientation des politiques agricoles et commerciales.
Appuyer la culture familiale du soja  : constitution de coopératives de production et de commercialisation pour des gains d’échelle et une moindre dépendance à l’agro-industrie, production bio (sans chimie ni Ogm, diversifiée), notamment pour l’élevage d’animaux, à plus forte valeur ajoutée que la vente du grain.
Réorienter les politiques nationales  : appui à l’agriculture et les Pme familiales, taxation de l’exportation des grains, pour favoriser leur transformation et la concentration de la valeur ajoutée dans le pays, et entraver l’extension des cultures, abandon des monocultures, révision des priorités de recherche.
Peser sur les négociations internationales  : au lieu de lutter pour gagner des parts de marchés à l’exportation, promouvoir le droit de protéger et stimuler une économie locale soucieuse de justice sociale et environnementale, souveraineté nationale sur les investissements directs, restriction des droits de propriété intellectuelle (rente des Ogm), déconnecter les engagements de paiement de la dette externe de la nécessité d’exporter des biens intensifs en ressources naturelles
Sensibiliser le public à la qualité globale des aliments consommés, par leur impact sur la santé, la sécurité alimentaire, la justice économique, la création d’emplois, l’environnement et le bien-être animal.

Nous n’avons rien contre le soja, c’est une logique économique que nous critiquons. Nous souhaitons avant tout interpeller les acteurs économiques et financiers qui appuient un modèle agricole fondé sur la concentration, la spécialisation, et tourné vers l’exportation au détriment de la sécurité alimentaire locale.

Nous soutenons les stratégies de consolidation des débouchés pour le soja non-Ogm issu de l’agriculture familiale sud-américaine. Mais à terme l’objectif est de l’encourager à produire avant tout pour le marché local, et d’appuyer les éleveurs européens à la recherche d’alternatives au soja.

C’est une approche globale cohérente : si les paysans brésiliens peinent à se reconvertir, par exemple, dans la production laitière quand ils veulent renoncer au soja, c’est aussi parce qu’ils sont concurrencés par le lait en poudre importé, faute de mécanismes de protection des productions vivrières locales. Les politiques agricoles et commerciales doivent soutenir l’agriculture familiale diversifiée, pourvoyeuse d’emplois et respectueuse des écosystèmes.

Catherine Gaudard, chargée du programme Souveraineté alimentaire au CCFD-Terre Solidaire.

Nos projets

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

26 juillet 2018

Le niébé, un haricot au coeur de la bataille pour les semences paysannes

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Pour le promouvoir et le protéger, l’AOPP, une (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

S’informer

28 août 2018

Démission de Nicolas Hulot : L’urgence climatique ne s’accommode pas de la « politique des petits pas »

En présentant sa démission, Nicolas Hulot - jusqu’alors ministre de la Transition Ecologique et Solidaire – dresse un bilan sans concession (...)

19 juillet 2018

Les terres, variable d’ajustement des politiques climatiques ? (interview)

FDM n°305

L’agriculture commence enfin à être prise en compte dans les négociations climatiques internationales. Mais le péril grandit de voir des (...)

31 de mayo de 2018

Pozos de cárbono en las tierras agrícolas, ¿milagro o coartada? (informe)

La agricultura puede ser considerada igual como responsable o víctima de los cambios climáticos. Unos piensan que convertir las tierras (...)