Un avenir sans faim

Régulation

Régulation et transparence pour une économie au service du bien commun

Alors que gouvernements des pays de l’OCDE ont les yeux rivés sur l’humeur des marchés financiers et des agences de notation, le CCFD-Terre Solidaire affirme que des solutions innovantes existent pour relever les défis actuels. Pour nous, plus que jamais, la solidarité internationale n’est pas un acte de bonne conscience de pays riche. Elle constitue une nécessité pour répondre aux défis financiers, alimentaires, économiques et sociaux, où les intérêts des peuples du Nord comme du Sud se rejoignent.

Le nouveau Président de la France devra agir dans un contexte de grave crise budgétaire…L’austérité, version européenne de l’ajustement structurel qu’ont bien connu de nombreux pays du Sud, ne constitue en aucun cas une réponse satisfaisante. Elle fait peser injustement le coût de la crise sur les plus pauvres, contractant l’économie et l’emploi à long terme, sans exiger de juste contribution des principaux responsables de la crise financière et économique. Celui ou celle qui accédera à l’Elysée devra reprendre la main, réaffirmer la primauté du Politique sur l’Economique et replacer l’intérêt général au dessus des intérêts particuliers.

Pour cela, il faudra réorganiser les marchés financiers et imposer les indispensables règles de responsabilité aux acteurs économiques, afin d’impulser une dynamique vertueuse au bénéfice de la France et des français. Ces mesures constitueront aussi le socle d’une nouvelle organisation des relations internationales avec les pays émergents et en développement : des relations fondées dès lors sur la justice, la coresponsabilité et la solidarité. Cette solidarité ambitieuse est nécessaire à la construction concertée d’un futur positif. Elle seule est à même de rassembler les peuples dans la recherche du bien commun, de mettre fin au scandale de la pauvreté et du mal développement et finalement de répondre aux grands défis de notre monde.

Pour remettre l’économie et la finance au service des peuples, les décideurs politiques devront faire preuve de courage et d’imagination. Nous avons identifié trois pistes de travail essentielles :

Dès son élection le nouveau Président de la République devra être au rendez vous. Avec la majorité que les français lui auront confié à l’Assemblée nationale, avec les partenaires européens et au niveau international (aux Nations Unies, lors du Sommet de la Terre de Rio, lors du G8 ou lors du G20) il devra s’engager de manière déterminée et ambitieuse.

Le monde ne peut plus attendre, l’urgence économique, sociale et environnementale impose d’agir de façon responsable et juste.

Nos projets

15 septembre 2017 ITECA

Irma, Maria : solidaires avec les peuples des Caraïbes !

Au cours de leurs passages, les ouragans Irma et Maria ont causé des dégâts considérables dans les Caraïbes. A Haïti et à Cuba, les (...)

15 septembre 2017 ITECA

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au Pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)

S’informer

20 octobre 2017

Birmanie : l’UE privilégie ses intérêts financiers à l’instauration de la paix

Un collectif d’organisations birmanes et européennes, dont le CCFD-Terre Solidaire, publie, le 4 octobre 2017, un rapport intitulé « (...)

20 octobre 2017

Le CCFD-Terre Solidaire engagé pour un traité Onu contre l’impunité des multinationales

« Se battre contre les injustices est dans l’ADN du CCFD-Terre Solidaire ». Carole Peychaud, chargée de plaidoyer Régulation des (...)

20 octobre 2017

Impunité des multinationales : les victimes de ProSavana au Mozambique représentées à l’Onu

Au Mozambique, des entreprises de l’agrobusiness, impliquées dans le projet ProSavana, font passer leurs intérêts avant ceux des (...)