Un avenir sans faim

Publié le 28.02.2012 • Mis à jour le 14.03.2012

Lutte contre la spéculation et la régulation des marchés agricoles - François Hollande

« Il sera mis fin aux produits financiers toxiques qui enrichissent les spéculateurs et menacent l’économie. » Projet F. Hollande p9

« Maîtriser tous les facteurs de déstabilisation des marchés : préserver les mécanismes de régulation de l’offre avec des mécanismes d’intervention sur les marchés. » Propositions pour l’agriculture

« Dans le cadre des négociations nous défendrons le principe de la « relocalisation » des productions agricoles. Nous pensons que les terres cultivables des pays les plus pauvres doivent être destinées prioritairement aux cultures vivrières permettant d’assurer l’autosuffisance alimentaire des peuples. Concrètement, nous proposerons, aux côtés des pays producteurs, la mise en place de mécanismes de régulation protecteurs pour ces pays : reconstitution des stocks, lutte contre la spéculation, stabilisation des prix des denrées alimentaires, encadrement et régulation des achats internationaux de terres agricoles. » Projet PS p20

« Encourager la méthanisation, la valorisation des sous-produits et les agro-carburants de seconde génération, dans une proportion raisonnable. » Propositions pour l’Agriculture

Mots-clés :

Notre analyse

Aucune des 60 propositions de F. Hollande ne concerne l’agriculture. Son projet sur ce volet a été partiellement dévoilé lors du Salon de l’Agriculture.

Concernant la lutte contre la spéculation, François Hollande n’avance aucune mesure spécifique pour les marchés agricoles. Il fait des propositions en matière de régulation des marchés mais n’en précise ni l’ampleur ni les leviers.

Sur ce point, le projet du Parti Socialiste va plus loin en proposant des mesures concrètes comme la reconstitution des stocks. Cependant, l’expression « nous proposerons, au côté des pays producteurs » pose la question de l’espace de gouvernance dans lequel le Parti Socialiste souhaite voir cette question traitée. Les pays importateurs nets sont les premières victimes de la volatilité des prix des matières agricoles et doivent donc être directement associés à ces réflexions, comme le permet le Comité sur la Sécurité Alimentaire hébergé par la FAO.

Le projet de François Hollande comprend un soutien affiché aux énergies renouvelables mais aucune précision sur la politique d’incorporation d’agrocarburants. Dans le projet du PS, la mention de terres cultivables devant prioritairement assurer l’autosuffisance alimentaire sonne comme une remise en question des politiques énergétiques basées sur les productions agricoles.

L’action politque des sans terre

S’informer

9 mai 2017

Climat : premier test international pour Emmanuel Macron

Paris, mardi 9 mai 2017 - Alors que la France vient d’élire son nouveau président de la République, les négociations sur la mise en œuvre de (...)

18 avril 2017

Avis du Tribunal Monsanto : l’agrobusiness jugé responsable de violer des droits humains et l’environnement

Le 18 avril 2017, cinq juges de renommée mondiale ont rendu un avis consultatif, six mois après la tenue du premier tribunal citoyen (...)

18 novembre 2016

COP22 : les populations vulnérables attendront !

Après deux semaines de négociations, la COP22 se clôture ce 18 novembre 2016. Les discours des chefs d’Etat et autres personnalités se sont (...)

Nos projets

15 septembre 2017 ITECA

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

21 août 2017 Kuchub’al

Au Guatemala, les petits producteurs s’émancipent (témoignage)

La communauté La Florida au Guatemala produit du chocolat, du café et de nombreux produits agricoles. Après avoir conquis leurs terres, (...)

30 janvier 2017 Assesoar

Le rêve agronomique d’Ayrton au Brésil

Issu d’une famille de petits agriculteurs brésiliens dits "conventionnels", Ayrton Luis Rodrigues Freiré a choisi de se former à (...)