Publié le octobre 2008

Fiche 1 : Jeune entrepreneurs alternatifs

Pressions sur les ressources naturelles de la culture du coton

La culture du coton compte parmi les plus intensives au monde, nécessitant généralement de grande quantité d’eau et de pesticides : engrais, herbicides, insecticides, fongicides… Étant souvent cultivé en monoculture, c’est-à-dire seule plante sur le terrain, et de manière répétée d’une année à l’autre, le coton appauvri petit à petit les sols et encourage alors d’autant plus l’usage des fertilisants. La monoculture permet aussi aux mauvaises herbes et aux insectes nuisibles de se reproduire plus facilement et de développer plus aisément une capacité de résistance croissante, obligeant l’agriculteur à utiliser toujours plus de pesticides. Au niveau mondial, la culture du coton utilise 5 % des terres agricoles et 25 % des pesticides chimiques. Quant à l’utilisation intensive de l’eau, la culture du coton peut être dévastatrice lorsqu’elle monopolise l’eau dans les régions à faibles précipitations. (in Coton, des vies sur le fil).

Répartition de la richesse

Lorsqu’on achète un tee-shirt, un jean ou un pull, comment est réparti l’argent de notre achat entre les différents acteurs de la filière ? Combien pour financer le producteur de coton, l’ouvrier derrière sa machine à coudre, la star sur les affiches de pub ? Et à qui profitent l’ensemble des bénéfices réalisés ? Chez Wal-mart, géant de la distribution et plus grande entreprise mondiale en chiffre d’affaires, en 2003 le PDG, Lee Scott, gagnait en un mois l’équivalence de 1200 ans de salaire d’un ouvrier bangladais fabricant des chemises pour Wal-Mart dans l’usine Beximco. (in Coton, des vies sur le fil).

Conditions de travail dans les usines de confection textile :

« Jusqu’à 16 heures de travail par jour, six ou sept jour par semaine, heures supplémentaires non payées, frais de nourriture déduits des salaires, amendes pour avoir parlé à son voisin, sorties de secours condamnées, maniement sans protection de produits toxiques, syndicalistes licenciés ou violentés… » (in Altermondialistes, moi ? Ritimo 2005). Alors que de nombreuses multinationales de l’habillement et des équipementiers sportifs se sont engagés à être plus attentifs, sur tout le long de la chaîne de production, de nombreux exemples dénoncent encore régulièrement les violations des droits fondamentaux au travail, dans les usines textiles sous-traitant des grandes marques. Par exemple la non indemnisations de plus de 10 000 salariés chez divers fournisseurs d’Adidas en Indonésie, qui ont fermé leurs portes pour faillite (Adidas, des baskets à quel prix ? Peuples solidaires).

Monopole et diversité vestimentaire :

Gap, Zara, H&M, Diesel et autres Armani… sur quelle grande avenue, dans quelle capitale ? D’un bout à l’autre de la terre, les grandes enseignes de la confection monopolisent le marché, les vitrines et les affiches publicitaires de nos villes et s’affichent dans des centres commerciaux toujours plus grands et plus luxueux. Qu’en est-il alors de la survie des plus petits commerçants, des créateurs, designers et autres confectionneurs locaux ? Si au Sud les artisans du textile sont noyés sous les tonnes de fripes issues de la surconsommation vestimentaire du Nord, partout la diversité vestimentaire se fait peau de chagrin…

> Expérience de Gleda, Les Ptit’ Libellules du coton burkinabé

Nos projets

11 juillet 2016

Au Pérou, la résistance à l’industrie minière des communautés indiennes (vidéo)

Un documentaire de vingt minutes nous plonge au cœur des conséquences de l’exploitation minière sur les communautés paysannes et indiennes (...)

11 mars 2016

Les peuples indigènes d’Amazonie luttent pour leurs droits

Chercheur au sein du Centre Amazonien d’Anthropologie et d’Application Pratique (CAAAP) – soutenu par le CCFD-Terre Solidaire – Manuel (...)

2 février 2015

Un projet de gouvernance minière pour Madagascar

Améliorer la gouvernance dans l’exploitation des mines, gérer les recettes de manière plus transparente et veiller à ce qu’elles servent au (...)

S’informer

13 de julio de 2018

¿Qué hacen los miembros de la Unión europea para que la ONU acabe con la impunidad de las empresas multinacionales?

Un colectivo de 36 organisaciones de la sociedad civil (asociaciones y sindicatos) interpeló a los Estados miembros de la Unión europea (...)

12 juillet 2018

Que font les Etats membres de l’Union européenne à l’Onu pour mettre fin à l’impunité des multinationales ?

Ce 11 juillet 2018, un collectif de 36 organisations de la société civile (associations et syndicats) a interpellé les Etats membres de (...)

2 juillet 2018

Secret des affaires : associations, syndicats et sociétés de journalistes s’associent à la saisine du conseil constitutionnel

38 organisations (associations et syndicats) et 10 sociétés de journalistes déposent une contribution au conseil constitutionnel (sous (...)