Publié le 22 janvier 2013

Manger équilibré au Nord et au Sud

Fiche 1 - Dossier enseignants au primaire

Faire découvrir aux élèves, sur le mode de la comparaison, les habitudes alimentaires (contenu du repas) d’un pays du « Nord » et d’un pays du « Sud »
- Montrer qu’il existe différents types de repas équilibrés en fonction des ressources agricoles.
- Faire découvrir que les risques de la malnutrition (carences ou obésité) existent au Nord et au Sud.

Cette activité invite les élèves à composer un repas équilibré en France et un repas équilibré au Sénégal à partir de la liste d’aliments proposés.

Étape 1 : Découvrir les aliments (15 mn)
L’enseignant présente les 20 aliments de l’annexe 1, un par un. Pour se faire, il peut faire une photocopie A3 de celle-ci ou faire une recherche de photos de ces aliments sur Internet. Il présente chaque dessin/photo d’aliment à la classe entière et demande aux élèves d’en donner le nom. Pour rendre l’activité plus vivante, on peut aussi apporter les produits d’origine sénégalaise pour les faire découvrir aux élèves à partir des différents sens : vue, goût, toucher, odorat.

Étape 2 : Équilibrer un menu (20 mn)
L’enseignant demande à chaque élève de choisir 5 éléments dans chaque menu pour former des repas équilibrés. Cocher les cases correspondantes.
Reprise avec toute la classe : l’enseignant propose à quelques élèves de présenter les menus composés.
Puis il lance une discussion sur le sujet suivant : qu’est-ce qu’une alimentation équilibrée ?

Étape 3 : Classer les aliments (15 mn)
L’enseignant demande aux élèves de classer les 20 aliments des menus d’Alice et Aminata au sein des 6 groupes d’aliments (annexe 2).
Reprendre ensuite les menus composés pendant l’étape 2 : quel regard portent les élèves sur les choix réalisés ?

Étape 4 : Les inégalités des choix alimentaires (10 mn)
L’enseignant propose un débat avec la classe à partir des questions suivantes :
- > Quels sont les risques d’une alimentation déséquilibrée ?
- > Pourquoi n’a-t-on pas toujours une alimentation équilibrée ?
Dans le débat, il peut introduire les notions de sous-alimentation et de malnutrition ; le fait que les besoins alimentaires varient suivant l’âge et l’activité. Il pourra aussi aborder la question des causes : manque d’éducation sur les questions alimentaires, mauvaises habitudes alimentaires liées à des questions culturelles, pas d’accès à certains produits pour des raisons financières ou de disponibilité de ces produits selon le lieu où l’on habite…
Enfin, l’enseignant pourra mettre aussi en valeur certains points positifs : dans les pays en développement, beaucoup de gens produisent encore leur propre nourriture (l’autoconsommation par les paysans et jardins potagers des familles).

Fiche 1 : Manger équilibré au Nord et au Sud

Nos projets

16 mai 2018

Bénin : l’association Sin Do donne la voix aux femmes

Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

S’informer

20 juillet 2018

Pour lutter efficacement contre la fraude fiscale, les députés doivent corriger le projet de loi (Communiqué)

Mardi 24 juillet, la Commission des Finances de l’Assemblée nationale examinera le projet de loi relatif à la fraude, adopté en première (...)

20 juillet 2018

Niger : Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort doivent être libérés (communiqué)

Alors que le verdict du procès des défenseurs des droits humains au Niger est attendu pour mardi 24 juillet, il est plus que temps pour (...)

19 juillet 2018

Les terres, variable d’ajustement des politiques climatiques ? (interview)

FDM n°305

L’agriculture commence enfin à être prise en compte dans les négociations climatiques internationales. Mais le péril grandit de voir des (...)