Publié le 22 janvier 2013

Nous sommes tous des oiseaux migrateurs

Fiche 2 : Dossier enseignant en primaire

Comprendre la complexité du monde (thème de la population), notamment à travers la problématique des migrations internationales
- Savoir définir une migration.
- Découvrir les différentes causes de migrations (pauvreté, guerre, catastrophes naturelles, famine…).
- Connaître les conditions d‘immigration en France.

Séance 1 : Les migrations et leurs causes
Étape 1 : Introduction du thème

Demander aux élèves de donner des exemples d’oiseaux migrateurs et d’expliquer le mot « migration ».
« Nous sommes tous des oiseaux migrateurs », que peut signifier cette expression ? Après avoir laissé s’exprimer les élèves, l’enseignant formule une définition commune pour les mots « migration » et « migrant » (éventuellement « émigré » et « immigré »).
Notes pour l’enseignant : « Migrant » se dit d’une personne qui quitte son pays d’origine pour s’installer durablement dans un autre pays. Du point de vue du pays de départ, il est émigré. Dans le pays d’accueil, il est immigré.

Étape 2 : Découverte de familles de migrants : jeu de cartes (annexe 1)
« Deux journalistes ont enquêté en Afrique sur l’histoire de quatre migrants. À l’aéroport, ils se sont fait voler leur matériel et retrouvent les feuilles de leur carnet de reportage éparpillées. Vous allez devoir remettre de l’ordre en reconstituant les quatre récits. »
Par groupe de 4 (ou de 8 si les élèves sont en doublons) et en autonomie, les élèves jouent sur le principe du traditionnel jeu de familles.
Notes pour l’enseignant : quand on met en ordre les 7 cartes d’une même famille, celles-ci relatent un parcours de migrant. Les quatre histoires se déroulent en Afrique. Deux associations d’aide aux migrants sont évoquées : Aresta, partenaire du CCFD-Terre Solidaire qui agit pour l’intégration des réfugiés et demandeurs d’asile en Afrique du Sud, et Caritas, réseau international dont le Secours Catholique est membre.

Étape 3 : Mise en commun avec toute la classe
Quand toutes les familles ont été reconstituées, les récits sont lus un par un, à voix haute, devant toute la classe. Pour chaque récit, la classe repère les pays évoqués et les visualise sur le planisphère des migrations (annexe 4) (on remarque que peu d’Africains migrent vers les pays du Nord, les migrations ont principalement lieu dans d’autres pays d’Afrique). On rappellera quels étaient les pays colonisateurs (l’Italie pour la Somalie, la France pour le Sénégal et le Mali et la Belgique pour la RDC). On abordera les langues parlées (le Somali et l’arabe pour la Somalie, le français est la langue officielle des 3 autres pays qui font partie de la francophonie).
Les différentes causes de migration sont reformulées par les élèves et écrites au tableau.

Séance 2 : Immigrer en France
Rappel de ce qui a été fait précédemment.

Étape 1 : Questionnement personnel
« Si tu devais quitter ton pays, qu’est-ce qui serait le plus difficile pour toi ? ». « Qui pourrait t’aider à mieux vivre cette situation ? De quelle manière ? »

Étape 2 : Faire le lien avec les migrants en France
« En France, y a-t-il des migrants ? »
« Que peuvent-ils nous apporter ? » (Culture, langue, savoir-faire, cuisine…).

Étape 3 : Témoignage
Plusieurs pistes :
- > inviter un migrant et/ou une association locale de solidarité avec les migrants,
- > lire le poème de Fameck, jeune migrante vivant à Marseille, et le commenter (annexe 2),
- > s’appuyer sur des cas d’enfants de migrants de la classe.

Étape 4 : Partager une conviction : mise en œuvre des arts du langage et des arts visuels (annexe 3)
Étude d’une peinture de Folon (par exemple : la colombe – À rechercher sur Internet).
Puis fabrication d’un oiseau en papier sur lequel chaque élève sera invité à écrire 2 à 4 vers sur le thème. Ces oiseaux pourront être exposés à l’école en les accrochant, par exemple, à des branches sèches ou sur un fond à la manière de Folon.

Fiche 2 : Nous sommes tous des oiseaux migrateurs

Nos projets

11 janvier 2019

Mexique : sur les routes de l’exil, une femme et deux hommes témoignent

Manolo, Octavio, et Malvina ont trouvé refuge à la Casa Mambré, un point d’accueil créé par les sœurs scalabriniennes au Mexique et soutenu (...)

30 novembre 2018

Accorder l’humain et la planète, les initiatives qui marchent ! (carte interactive)

Il peut sembler difficile d’articuler écologie et droits humains. Pourtant, le CCFD-Terre Solidaire accompagne ses partenaires dans le (...)

5 novembre 2018

Après le séisme et le tsunami sur l’île de Sulawesi en Indonésie, l’aide s’organise

Un violent séisme suivi d’un tsunami ont durement frappé l’île de Sulawesi en Indonésie le 28 septembre dernier. Les organisations (...)

S’informer

15 janvier 2019

Elections présidentielles en RDC : "un processus électoral dévoyé et des institutions décrédibilisées" (communiqué)

Le résultat provisoire de l’élection présidentielle en République Démocratique du Congo, donnant vainqueur M. Tshisekedi, est terni par un (...)

8 janvier 2019

Brésil : forte inquiétude de l’Eglise et de la société civile sur le devenir des terres indigènes (témoignage)

Au Brésil, le nouveau président Jair Bolsonaro vient déjà d’annoncer le transfert de la responsabilité de la démarcation des terres indigènes (...)

20 décembre 2018

Pourquoi promouvoir l’agroécologie paysanne ?

Améliorer les conditions de vie socio-économiques et écologiques des populations rurales, c’est possible ! Le CCFD-Terre Solidaire fait le (...)