espaces
bénévole | presse | donateur
| |

COP 24 : quels enjeux pour notre planète et l’humanité ? (vidéos)

Publié le 30.11.2018 Mis à jour le 18.12.2018

Du 2 au 14 décembre 2018, les dirigeants du monde entier se réunissent à Katowice, en Pologne, à l’occasion de la COP24. Trois ans après l’Accord de Paris, la COP24 marque une nouvelle étape dans les négociations internationales pour lutter contre des dérèglements climatiques. Quels sont les enjeux de ce grand rassemblement pour le climat, alors qu’un compte à rebours irréversible s’enclenche ?

COP 24 : quels enjeux pour notre planète et l'humanité ? (vidéos)
© Pixabay

Qu’est-ce qu’une COP ?

Organisées dans le cadre de l’Organisation des Nations Unies, les négociations climatiques internationales – les COP – ont lieu une fois par an.

L’objectif ? Lutter contre les bouleversements climatiques et leurs impacts en obtenant une réduction mondiale des émissions de gaz à effet de serre.

Qui sera à la Cop 24 ?

La COP24 réunira :

  • les représentants de 190 Etats,
  • des ONG
  • certains acteurs privés (entreprises)

Le CCFD-Terre Solidaire sera représenté par Anne-Laure Sablé, chargée de plaidoyer climat et souveraineté alimentaire. Pour suivre les négociations au jour le jour, vous pouvez suivre son compte Twitter. @AnneLaureSable

Une accélération des dérèglements climatiques au-delà des prévisions initiales

Le 8 octobre 2018, les experts internationaux du GIEC ont sonné l’alarme de l’urgence climatique dans un nouveau rapport aux conclusions particulièrement préoccupantes.

L’ONU n’a pas tardé à se joindre à ce cri d’alerte en estimant à seulement deux années le temps qu’il nous reste pour rectifier notre trajectoire.

De nouveaux dirigeants mondiaux hostiles aux engagements de lutte contre le réchauffement climatique

Le président des Etats-Unis, Donald Trump, dont le pays est deuxième plus gros émetteur de gaz à effets de serre après la Chine, s’est retiré de l’Accord de Paris.

Au Brésil, le nouveau président Jair Bolsonaro, qui entrera en fonction en janvier, souhaite remettre en question la protection de la forêt amazonienne, vitale pour l’équilibre climatique de la planète.

Les autres pays devront donc être capables de s’allier pour ne pas renoncer à une lutte collective des Etats, indispensable contre les dérèglements climatiques

Les effets du réchauffement se font déjà sentir, particulièrement pour les populations les plus vulnérables.

Partout dans le monde, le CCFD-Terre Solidaire est témoin des difficultés des populations confrontées aux dérèglements climatiques et de leurs efforts pour y faire face.

La Cop 24, un bilan à mi-parcours préoccupant pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris

  • Des engagements insuffisants

En 2015, 196 Etats ont signé l’Accord de Paris. Son objectif est de limiter le réchauffement à 2°C. Sa mise en œuvre est prévue seulement à partir de 2020. Nous sommes donc à mi-parcours de la phase préparatoire.

Les Etats signataires ont, suite à l’accord de Paris, pris une première volée d’engagements. Problème : même si ces engagements sont respectés, le réchauffement global atteindrait 3,5°C d’ici 2100 ! Dans cette perspective, la COP24 doit conduire les Etats à revoir leurs ambitions à la hausse afin de respecter le cadre de l’Accord de Paris.

  • Une mise en œuvre qui se fait attendre

Or à ce jour, seuls 16 pays ont tenus leurs engagements de 2015. Comme l’écrasante majorité des pays riches, qui sont aussi les plus grands contributeurs aux dérèglements climatiques, la France ne fait pas partie de ces bons élèves. Elle a pris du retard dans les secteurs du transport, du bâtiment et de l’agriculture.

Lire aussi : le dossier de presse du Réseau Action Climat

COP 24 : Quels résultats attendus ?

  • Un premier bilan des progrès réalisés par les Etats
  • L’annonce de nouveaux engagements plus ambitieux.
  • L’adoption d’un manuel des règles d’application de l’Accord de Paris. C’est la crédibilité de l’Accord qui est en jeu à travers ce manuel qui va fixer les règles concernant la mise en œuvre opérationnelle des engagements de l’Accord. Les ONG, dont le CCFD-Terre Solidaire, demandent que ces règles incluent le respect des droits humains, de la sécurité alimentaire et de l’égalité hommes femmes.

La Cop 24 marque également le lancement du programme Koronivia sur l’agriculture

Pour le CCFD-Terre Solidaire c’est l’aboutissement d’un long travail de plaidoyer pour une meilleure prise en compte de l’agriculture dans la question climatique.

  • Au terme de la COP 21, le CCFD-Terre Solidaire s’était inquiété de la non prise en compte de la sécurité alimentaire et des droits humains dans les négociations.
  • Depuis 2015, il s’est mobilisé à travers un travail de plaidoyer pour que l’agriculture soit mieux prise en compte dans les négociations climatiques. Lors de la COP 23 de Marrakech, il s’est particulièrement mobilisé en faveur d’une proposition de programme de travail sur l’agriculture.
  • La COP24 va justement marquer le début du programme Koronivia sur ce thème, avec un premier atelier prévu le 3 décembre. Ce programme, résultat du plaidoyer porté ces dernières années par le CCFD-Terre Solidaire et ses alliés, va permettre de placer la question de l’agriculture au cœur des négociations. Le GIEC a notamment placé la question de l’agriculture au cœur de son dernier rapport, à travers la problématique de la séquestration du carbone dans les sols agricoles. Cette question de la séquestration est portée par le CCFD-Terre Solidaire depuis longtemps. Nous avons donc un rôle à jouer en tant qu’experts lors de l’atelier.


Rendez-vous le 8 décembre pour faire résonner l’alarme pour le climat !

Découvrez les initiatives qui marchent avec notre carte interactive !

Nous suivre
Passer à l'action
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066