| |
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire

Agrocarburants

Publié le 09.08.2013 Mis à jour le 06.02.2019

Pour répondre aux enjeux du réchauffement climatique et à l’épuisement des énergies fossiles, les agrocarburants pour le transport ont été présentés comme une solution et une alternative contribuant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Le CCFD-Terre Solidaire alerte sur les impacts néfastes des productions agricoles à grande échelle destinées aux agrocarburants. Il reconnait cependant, que la production d’agrocarburants à petite échelle, pour une consommation au niveau de l’exploitation, est utile pour l’indépendance énergétique des petits producteurs.

Ce phénomène encourage le développement de monocultures intensives à vocation exportatrice (canne à sucre, palmier à huile, soja, jatropha etc.), qui viennent concurrencer l’agriculture familiale et vivrière, entrainent l’accaparement des terres fertiles, des déplacements de populations, atteintes aux droits (droits de l’Homme, droit à l’alimentation, droits économiques, sociaux et culturels) et accentuent la dégradation des ressources naturelles (pollutions, déforestation). De plus, ces nouveaux marchés en détournant une partie de la production à des fins énergétiques, déséquilibrent l’offre et la demande alimentaire, ce qui accentue la spéculation et participe à la hausse des prix. Ce schéma de production intensive principalement destiné à l’exportation ne bénéficie donc pas aux populations locales, et ne créent pas beaucoup d’emplois.

D’autre part, compte tenu du niveau actuel de consommation mondiale d’énergie pour les transports, et de l’augmentation prévue, la conversion des terres cultivées pour la production des agrocarburants ne suffit pas pour répondre aux besoins. Pour le CCFD-Terre Solidaire la remise en cause du mode de développement, du niveau de consommation et de nos modes de vie doit être posée.

Le CCFD-Terre Solidaire remet en cause la viabilité et l’efficacité de deux « remèdes » aux impacts négatifs des agrocarburants :

- La question du progrès technologique en la matière : le passage à une 2ème et même 3ème génération utilisant les matières végétales non-alimentaires n’apporte pas de réponse à court et moyen terme à ces problèmes.

- La question de la certification : le projet de « labellisation » pour des agrocarburants durables ne garantit pas que leurs impacts négatifs disparaissent.

Lors du débat sur l’adoption de l’objectif de 10% d’agrocarburants utilisés dans les transports d’ici 2020, la Commission européenne avait répondu aux critiques en annonçant des critères « sociaux et environnementaux » de durabilité applicables aux agrocarburants, notamment ceux issus de l’importation. Un rapport commandité par le CCFD-Terre Solidaire soulevait cependant des interrogations sur la faisabilité de telles conditionnalités, au regard des règles du commerce mondial. De tels critères peuvent en effet être considérés comme facteur de discrimination et faire objet de panel devant l’OMC. Et de fait, les critères sociaux tels que l’emploi, les conditions de travail ou le respect des modes de vie et des cultures autochtones ne font pas l’objet aujourd’hui de propositions de la part de la Commission européenne.

Le CCFD-Terre Solidaire remet en question la pertinence des politiques française et européenne actuelles en matière de développement des agrocarburants comme alternative énergétique. L’association défend la primauté d’une part, de la satisfaction des besoins alimentaires sur les besoins énergétiques dans les transports, pour lesquels des politiques de régulation/réduction de la consommation énergétique doivent être menées, et d’autre part, du droit à l’alimentation sur les logiques de profits économiques des Etats et firmes de biotechnologies, de commerce et d’agro-industrie. L’association demande aux Etats européens de :

- Mettre fin aux incitations fiscales à la production d’agrocarburants.
- Revenir sur les objectifs obligatoires d’incorporation et les ajuster aux capacités de production domestique.
- Mettre en place des études approfondies avant toute décision législative sur les mandats flexibles.

Nous suivre
Passer à l'action
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066