Journée mondiale de l’alimentation : la lutte contre la faim à l’épreuve du climat

Publié le 15.10.2021

En 2020, ce sont 768 millions de personnes qui ont souffert de la faim. Un chiffre qui risque d’augmenter à cause de la hausse des dérèglements climatiques, si nous n’agissons pas rapidement. Explications.

Lutter contre le dérèglement climatique, c’est lutter contre la faim dans le monde

Les dérèglements climatiques à répétition –sécheresses, inondations, températures extrêmes etc. – représentent l’une des causes croissante de la faim dans le monde. Ces changements impactent l’accès à une alimentation en quantité et en qualité suffisante.

Les dérèglements climatiques participent à une raréfaction de ressources indispensables, comme l’eau. Ils commencent aussi à impacter les rendements agricoles dans certaines régions.

Cette situation risque d’empirer si nous n’agissons pas rapidement, car ces événements climatiques sont de plus en plus nombreux et intenses.

52% des pays ont été confrontés à 3 ou 4 types de dérèglements climatiques extrêmes sur la période 2015-2020, contre 11% sur la période 2000-2004 [1]

C’est aussi la qualité de notre alimentation qui est en jeu, car l’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère risque d’impacter la qualité nutritive de certaines productions, comme le blé ou le riz [2].

La compensation carbone menace la souveraineté alimentaire

Face à une situation climatique déjà critique, les multinationales privilégient la compensation carbone au lieu de chercher à baisser leurs émissions de CO2. A l’approche de la COP26, le CCFD-Terre Solidaire se mobilise contre cette fausse solution qui met à mal la souveraineté alimentaire.

La compensation carbone consiste à stocker les émissions de carbone par les arbres et les terres.

Mais rien que pour séquestrer l’ensemble des émissions du secteur des énergies fossiles d’ici 2050, il faudrait 500 millions d’hectares, soit un tiers des surfaces arables dans le monde [3].

Cette solution entre donc inévitablement en concurrence avec les terres cultivables et menace d’accroître la faim dans le monde et les déplacements de population.

Sur le terrain, nos partenaires agissent

Pour lutter contre la faim dans le monde et aider les populations à s’adapter au changement climatique, des solutions existent ! Partout dans le monde, l’agroécologie paysanne et solidaire fait ses preuves et les initiatives fleurissent.

- En Bolivie

Dans l’Amazonie bolivienne, les populations sont menacées par les déforestations, les dérèglements climatiques qui mettent à rude épreuve la souveraineté alimentaire.

Notre partenaire, CIPCA, soutient les agriculteurs familiaux et les forme à l’agroforesterie : un mode de culture pour permettre de « bien vivre » tout en préservant l’environnement.

« On se demande pourquoi les saisons ont changé. Cela a un impact fort sur les populations, car cela affecte non seulement notre alimentation, mais également notre économie. Parfois, on ne produit pas ce que l’on devrait pour pouvoir survivre parce qu’il ne peut pas », Paul Miki Ananguinguri Rora, membre du village indien de la nation Guaraya.

- En Haïti

Avec les dérèglements climatiques, les catastrophes naturelles en Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les populations doivent s’adapter afin d’assurer leur sécurité alimentaire. Notre partenaire Concert’Action travaille avec les communautés locales à la mise en œuvre d’alternatives au système agricole actuel.

« L’objectif est de renforcer la résilience des écosystèmes pour permettre aux familles de s’adapter », Jean-Marie Joinville et Jean-Zenny Bazile Coffy, de l’association Concert’Action.

JE FAIS UN DON

[1Source : rapport SOFI, 2021.

[2Source : Environmental Health Perspective, 2017.

[3Source : Pas si net, OXFAM, 2021.

À lire
Donner
Suivez-nous
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim
et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066