Six mythes autour de la compensation carbone

Publié le 13.01.2021 Mis à jour le 07.07.2021

Plutôt que de privilégier la réduction des émissions de gaz à effet de serre, les politiques climatiques se tournent massivement vers les projets de compensation carbone. Mais l’impact de ces projets reste sujet à caution et ne permet pas de réduire les émissions.
Voici six mythes autour de la compensation carbone qu’il est temps de détricoter !

Six mythes autour de la compensation carbone

Nos systèmes agricoles et alimentaires représentent au niveau mondial un tiers des émissions de gaz à effet de serre.

Ces dernières années, les Etats et les entreprises multinationales à fort impact carbone ont montré un intérêt croissant à utiliser les marchés carbone volontaires dans le secteur agricole pour compenser leurs émissions.
Bon nombre de ces marchés sont créés ou soutenus par de grandes entreprises pétrolières ou agro-industrielles.

Avec les projets de compensation carbone, les entreprises fortement émettrices de gaz à effets de serre cherchent à parvenir à un statut quo. Mais au final elles font porter les efforts sur d’autres secteurs, notamment le secteur agricole, et elles ne réduisent pas leurs émissions.

En outre les mécanismes et projets de compensation carbone sont loin d’avoir faits leurs preuves :

Mythe n°1 : Les plantations d’arbres vont permettre de capter les excès de carbone

La plantation d’arbres est une pratique bien connue pour compenser les émissions d’un vol en avion. Il faudra cependant des années pour que les arbres puissent accumuler l’équivalent carbone. L’annulation d’une émission implique que les arbres séquestrant le carbone ne brûleront jamais dans des feux de forêts ni ne se décomposeront jamais. Elle suppose aussi que les pratiques de gestion resteront stables.
Aujourd’hui en Colombie ou en Amazonie, des forêts primaires sont détruites pour faire des plantations d’arbre financées dans le cadre de projets de compensation carbone. Or la préservation de ces forêts, qui captent le carbone non seulement dans les arbres, mais aussi dans l’humus lié à leur biodiversité exceptionnelle, est un enjeu essentiel. La destruction des forêts primaires, véritables puits de carbone, ne peut être compensée par des projets de plantations d’arbres.

Mythe n°2 : L’impact de ces initiatives de compensation sur le climat est prouvé :

- L’incertitude est grande autour des outils permettant de quantifier les réductions d’émission des projets mis en oeuvre.

- Les résultats des projets sont susceptibles d’évoluer au fil du temps, par exemple quand le carbone stocké dans les sols est relargué dans l’atmosphère en raison d’aléas climatiques ou de changement dans l’usage des terres.

Lire aussi :
La séquestration du carbone dans les terres agricoles, miracle ou alibi ?

Mythe n°3 : Les projets qui génèrent des crédits carbone diminuent forcément les émissions

Dans le secteur agricole, certains projets génèrent des crédits carbone alors qu’ils accroissent les émissions.
Pourquoi ? Parce qu’ils mesurent "l’intensité carbone" des produits agricole au lieu de mesurer les émissions absolues de l’ensemble de l’activité agricole.

Prenons l’exemple du projet agroforestier et laitier Mont Elgon au Kenya, soutenu par Danone et Mars Inc , deux entreprises cherchant à compenser leurs émissions carbone. Même si le cheptel augmente, et qu’il génère donc globalement plus d’émissions de gaz à effets de serre, le projet est considéré comme performant dans la mesure où il réduit les émissions produites par unité.

Mythe n°4 : Pour agir sur les émissions du secteur agricole, il suffit d’agir sur le bilan carbone des exploitations

Presque tous les projets visent à réduire les émissions au niveau de l’exploitation agricole alors que plus de la moitié de ces émissions ont lieu en amont et en aval de la production agricole, et sont largement imputables aux acteurs de l’agribusiness :

Mythe n°5 : Les mécanismes de compensation carbone sont peu couteux comparés aux autres alternatives

Non seulement les mécanismes de compensation carbone ont un coût élevé, mais ils tendent à s’intégrer dans des modèles agricoles industriels privilégiant les grosses exploitations qui ont un impact environnemental et climatique particulièrement désastreux.
La promotion des mécanismes de compensation, dont se sont entichées la finance et l’agroindustrie, détourne les décideurs politiques de la mise en œuvre d’alternatives comme l’agroécologie, plus soutenable, moins coûteuse et beaucoup moins émettrice de gaz à effet de serre.

Mythe n°6 : Les mécanismes de compensation agricole sont une opportunité pour les agriculteurs et les agricultrices

Certaines initiatives restreignent l’autonomie des agriculteurs car elles incitent à l’adoption de pratiques spécifiques, et restreignent leur accès aux terres agricoles. Ce type de projets accroit également la financiarisation des terres, et avec celle-ci les risques d’accaparement.

Vous voulez plus de précisions sur les risques liés à la compensation carbone ? Consultez notre note et nos recommandations envers les politiques publiques

Marchés carbone : fausse solution pour un vrai problème
À lire
Donner
Suivez-nous
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim
et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066