Échos du monde

Entretien

Article mis en ligne le 15 décembre 2021

Entretien avec Jean Ziegler : la voix des sans voix

Jean Ziegler a été le premier rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation entre 2000 et 2008. Il est actuellement vice-président du comité consultatif du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. À 87 ans, cet homme, au regard aiguisé sur le monde et à l’optimisme débordant, encourage la société civile à continuer à lutter contre l’« ordre cannibale du monde ».

Entretien avec Jean Ziegler : la voix des sans voix

Échos du monde : Dans Le capitalisme expliqué à ma petite-fille (2018), vous abordez le concept de « société civile planétaire ». Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

« L’inhumanité infligée à un autre détruit l’humanité en moi. » - Le philosophe Emmanuel Kant

Jean Ziegler : Les mouvements sociaux sont composés d’organisations non gouvernementales qui s’opposent à l’ordre cannibale du monde.

Cette société civile est apparue pour la première fois en 1999, à Seattle aux États-Unis, lors de la conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Ce rendez-vous incarnait l’idéologie néolibérale de la domination des oligarchies du capital financier. Et pour la première fois, la société civile a paralysé la conférence. Elle a dû s’arrêter, car des dizaines et des dizaines de milliers de personnes, de tous les partis, de toutes les religions, de tous les âges… ont bloqué la ville. Depuis, la société civile a imposé sa présence partout, car ses mouvements ont un seul moteur : celui de l’identité, c’est-à-dire : « je suis l’autre et l’autre est moi ». Le philosophe Emmanuel Kant (1724-1804) a eu cette phrase déterminante qui doit guider la société civile planétaire : « L’inhumanité infligée à un autre détruit l’humanité en moi. » J’ajoute dans mon livre que « l’impératif moral est en chacun de nous. Il s’agit de le réveiller, de mobiliser la résistance, d’organiser le combat ». Après Seattle, la société civile planétaire s’est constituée de façon annuelle au Forum social mondial à partir de 2001 à Porto Alegre.

Une société civile n’a aucun programme, aucune ligne de parti, elle ne cherche pas de résolution finale ; elle veut être la voix de celui qui n’en a pas pour se défendre. Chaque mouvement qui la compose lutte là où il est : pour la terre, contre l’emprisonnement politique arbitraire, pour le droit d’être soigné et d’avoir accès aux médicaments.... Ces mouvements échangent et se coordonnent, sans aucune contrainte. C’est cela que j’appelle une « fraternité de la nuit ».

Mais il faut des éléments déclencheurs pour que la société civile s’éveille et grossisse, comme le mouvement Black Lives Matters, la lutte pour l’écologie et la justice sociale. En voyez-vous d’autres ?

J.Z : Ceux qui concernent les femmes bien sûr !

La société civile est le nouveau sujet de l’histoire, elle a fait des progrès considérables dans différents pays : la lutte contre les discriminations faites aux femmes sur la question des salaires, les associations contre l’excision… Les syndicats agricoles africains sont d’une puissance magnifique ! Le mouvement Via Campesina, avec ses 42 millions de personnes à travers le monde a imposé aux Nations unies les droits des paysans. Maintenant, il y a un droit à la semence, à la propriété de la terre, à l’irrigation, à l’alimentation. Ces droits de l’homme sont ancrés à jamais dans le catalogue des Nations unies !

Fierté, Femme, Noire , Agricultrice... scandent ces femmes qui participent à la « 10e Marche pour la vie des femmes et pour l’agroécologie », le 14 mars 2019 dans l’État Paraíba, au Brésil. © Jean-Claude Gerez.

Le sommet de l’ONU sur les systèmes alimentaires qui s’est tenu en septembre 2021 à New York ne semble pas prendre cette direction… Des ONG l’ont critiqué pour la part belle qu’il fait au secteur agro-industriel.

J.Z : Ce sommet est un scandale pur et simple. Il est une plateforme pour les multinationales qui contrôlent, au niveau mondial, 85 % du stockage, du transport, de l’assurance, de la distribution des aliments de base, maïs, blé et riz, qui représentent 75 % de la consommation mondiale. Cette situation est totalement absurde. Le rapport annuel de la FAO [1] montre l’ampleur du scandale : toutes les cinq secondes, un enfant en dessous de dix ans meurt de faim. Un homme sur onze est en permanence sous-alimenté et se dirige vers la mort.

Toutes les quatre minutes, quelqu’un perd la vue à cause du manque de vitamine A. Plus de deux milliards d’humains sur les 7,4 que nous sommes n’ont pas un accès régulier à l’eau potable non nocive, et je peux multiplier les exemples. Ce même rapport de la FAO – et Dieu sait que ceux qui la composent ne sont pas des révolutionnaires – écrit noir sur blanc que l’agriculture mondiale, notamment grâce aux subventions agricoles, pourrait nourrir sans problème douze milliards d’êtres humains : presque le double de l’humanité, si la distribution était équitable !

Or, pour l’instant, elle dépend exclusivement du pouvoir d’achat du consommateur dans les pays riches. Le pape François emploie le terme de « déchets » concernant les très pauvres : « Avec l’exclusion est touchée, dans sa racine même, l’appartenance à la société dans laquelle on vit. Les exclus ne sont pas des exploités, mais des déchets. »

Un milliard de personnes sont tellement pauvres qu’elles sont hors de l’humanité ; elles n’auront jamais une vie normale avec la santé, un revenu, un travail, etc.

L’absurdité est telle que pour la première fois dans l’histoire des hommes, on sait que la faim pourrait être totalement vaincue sur cette planète. Mais l’ordre cannibale du monde tue sans nécessité. Parce que, pour moi, un enfant qui meurt de faim est assassiné. Et il y a des responsables précis dans ce massacre quotidien. Sur les 71 millions de personnes qui quittent l’humanité chaque année, toutes causes de mortalité confondues, 18 % meurent de faim ou de maladies de la faim. Autrement dit, sur une planète qui déborde de richesses, la faim est encore la première cause de mortalité. N’est-ce pas un monde totalement absurde ?

Comment la société civile devrait-elle s’engager sur ce sujet de la faim ?

J.Z : Je vois quatre mécanismes. D’abord la dette extérieure : écrasante des pays les plus pauvres doit être annulée pour qu’ils puissent investir dans l’agriculture. Le Mali, le Sénégal, le Bangladesh, le Guatemala… sont dans l’impossibilité d’investir le moindre sou dans l’agriculture. Les sept pays du Sahel, par exemple, ont, en moyenne, une productivité de 600 à 700 kg par hectare céréalier alors qu’elle est de 10 000 kg en Bretagne ou en Lombardie. Non pas parce que le paysan italien ou français est plus compétent ou travailleur que le béninois ou malien, mais parce qu’un paysan européen bénéficie de subventions agricoles. La société civile s’est déjà bien emparée de ce sujet.

Elle est aussi très active pour tenter de stopper le déversement de la surproduction agricole européenne, considérable, sur les marchés africains. Les surplus, autrefois brûlés, sont déversés, par exemple au marché central de Dakar, Sandaga. Sur ce marché coloré, bruyant, magnifique, vous pouvez acheter des fruits, des légumes, des poulets allemands, espagnols, français, au tiers ou à la moitié du prix du produit équivalent africain. Quelques kilomètres plus loin, sous un soleil de plomb, avec ses enfants et sa femme, le paysan sénégalais se crève au travail et n’a pas la moindre chance d’arriver à un minimum vital. Il s’enfuira sûrement en Europe avec sa famille au risque de périr en mer....

Le troisième front doit être la lutte contre la spéculation boursière. Le riz, le blé et le maïs sont des marchandises négociées en Bourse comme n’importe quelle autre marchandise créant des profits énormes aux spéculateurs des grandes banques. Si le prix du riz explose, la mère dans les bidonvilles de Manille, de Lima, de Dakar ou dans les favelas du Brésil ne pourra pas acheter la nourriture quotidienne, et ses enfants risquent de mourir.

Pour Jean Ziegler, la dette des pays pauvres doit être annulée pour qu’ils puissent notamment investir dans l’agriculture. Ici, un paysan éthiopien. © Thierry Brésillon

Il faut proscrire immédiatement la spéculation boursière sur les aliments de base. Comment ? C’est très simple, par la loi ; aucune Bourse au monde ne fonctionne sans loi. Le parlement d’un pays peut, si la pression de l’opinion publique est assez forte, introduire un article nouveau pour interdire les spéculations boursières ; des centaines de millions de personnes seraient sauvées en quelques mois…

Enfin, l’accaparement des terres doit être éradiqué. En 2020, 41 millions d’hectares de terres arables africaines ont été accaparés par la corruption ou loués par des multinationales, des fonds de pension européens et américains. Les familles de paysans sont expulsées. Sur ces terres, les multinationales font des plantations de canne à sucre et de palmier à l’huile pour produire du bio­ éthanol et du biodiesel, revendus en Occident. Le pire est que la Banque mondiale et les banques de développement, qui sont publiques, sont financées par le contribuable européen qui participe donc à cet accaparement ! La société civile a un rôle très important à jouer là-dessus.

Comment considérez-vous cette expertise de plaidoyer dont s’emparent de plus en plus les mouvements de la société civile ?

J.Z : Il est son arme centrale, car la société civile planétaire est une armée ! En 2021, selon la Banque mondiale, les 500 premières sociétés multinationales du monde ont contrôlé 52,8 % du produit mondial brut. Plus puissantes que les États, elles fonctionnent suivant un seul principe : la maximalisation du profit dans le temps le plus court possible et à n’importe quel prix humain. Ce sont les ennemis de l’humanité contre lesquels les mouvements de la société civile sont en lutte permanente, à travers l’arme du plaidoyer. Il permet de créer la transparence et de réveiller la conscience collective. Car la plupart des pays où sont basées ces multinationales sont des démocraties ! Les constitutions française, allemande, américaine, nous donnent tous les outils dont nous avons besoin, des élections à la grève générale, pour forcer nos gouvernements à changer radicalement de politique.

« L’émancipation collective de l’homme, préalable à l’insurrection des consciences, progresse. Elle aboutira à l’action collective. »

La crise du Covid-19 a renforcé les inégalités partout dans le monde, certains régimes autoritaires se sont renforcés… Restez-vous optimiste ?

J.Z : « La route est bordée de cadavres, mais mène à la justice », disait Jean Jaurès. Je suis persuadé que la vie, le combat, l’histoire ont un sens. La société civile, à travers ses combats, fait des progrès formidables et elle a mis en évidence ce que disait très justement Dostoïevski dans Les Frères Karamazov : « Chacun de nous est responsable de tout, devant tous. »

Donc optimiste, c’est faible ! Je vois que l’émancipation collective de l’homme progresse, préalable à l’insurrection de consciences, qui aboutira à l’action collective. Je tiens à terminer par cette phrase de Georges Bernanos : « Dieu n’a pas d’autres mains que les nôtres. » Ces mains, ce sont celles de la société civile partout dans le monde.

Pour découvrir l’ensemble de notre dossier sur les sociétés civiles abonnez-vous.

[1L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture publie un rapport annuel intitulé « L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde ».

À lire

Découvrir le magazine

S'abonner

En ligne
Je m'abonne
Par courrier

En téléchargeant et en renvoyant le formulaire d'abonnement

Je m'abonne

Que trouve-t-on dans Échos du Monde ?

Des dossiers thématiques pour penser autrement les enjeux sociaux, politiques, économiques d’un monde en pleine mutation.

Des sujets de reportage peu traités dans les grands médias qui donnent la parole aux actrices et acteurs du Sud mobilisés pour un autre monde.

Des rubriques originales comme « Bouger les lignes » qui explorent des alternatives citoyennes pour changer de cap.

Des pages Cultures du monde pour aller à la découverte de livres, musiques, films...

Donner
Suivez-nous
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim
et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066