| |
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire

Pour la France, tous les moyens sont-ils bons pour lutter contre la faim ? (Communiqué)

Publié le 14.06.2019 Mis à jour le 14.06.2019

En 2018 et pour la troisième année consécutive, la faim a augmenté dans le monde. Avec 821 millions de personnes sous-alimentées et une personne sur trois souffrant de malnutrition, les chiffres de la faim sont à un niveau historiquement haut et devraient encore augmenter dans les années qui viennent. Si ce constat est global, la faim a augmenté partout, certaines régions comme l’Amérique latine et l’Afrique de l’Ouest sont particulièrement touchées.

Pour la France, tous les moyens sont-ils bons pour lutter contre la faim ? (Communiqué)
© CCFD-Terre Solidaire

Les causes de cette situation sont connues : impacts des dérèglements climatiques sur les capacités de production, accaparements des terres et des ressources, conflits, inégalités et dérégulation des marchés agricoles sont autant de facteurs de la faim dans le monde. Or cette situation touche majoritairement les petits producteurs, qui, bien qu’ils produisent 80% de l’alimentation mondiale, sont les premières victimes de la faim.

Les raisons de cette réalité sont structurelles et bien documentées et cela fait bientôt 60 ans que le CCFD-Terre Solidaire les martèlent : les systèmes agricoles et alimentaires ne sont pas construits en fonction des droits et des attentes de ceux qui souffrent de la faim. Si le monde à faim c’est principalement car les solutions proposées sont inadaptées à la réalité des petits producteurs et entrainent une augmentation de la faim au lieu d’y répondre.

Comme le montre le rapport du CCFD-Terre Solidaire « La vigilance au Menu » publié en mars 2019, la stratégie de standardisation opérée par les grandes entreprises semencières dégrade la biodiversité et augmente la faim en restreignant les possibilités à un nombre limité de semences industrielles. Cela réduit les possibilités d’adapter les écosystèmes aux causes structurelles de la faim. Par ailleurs, le rapport souligne que 30 % des pesticides vendus dans les pays en développement ne sont pas conformes aux standards de qualité internationaux, ce qui augmente les risques liés à l’environnement et à la santé.

Pour lutter efficacement contre la faim il est impératif de repenser en profondeur les modes de production agricole et de consommation alimentaire. Il est aussi indispensable d’être courageux dans les choix pour transformer en profondeur les pratiques et le cadre législatif.

Alors qu’en France et en Europe, les citoyens sont de plus en plus mobilisés sur la qualité, l’origine et les modes de production de leur alimentation, le CCFD-Terre Solidaire attend que la France pose des actes forts qui dépassent les symboles. Elle ne doit pas sacrifier le droit à l’alimentation des citoyens et citoyenne, partout dans le monde, sur l’autel des intérêts de ses entreprise privées.

Plusieurs échéances proches peuvent permettre au gouvernement de renverser la tendance. La future loi française sur le développement et la solidarité internationale doit faire du droit à l’alimentation et de la défense des agricultures paysannes un objectif prioritaire. Dans le même temps, elle doit permettre de mettre fin aux soutiens publics français aux entreprises agroindustrielle sous couvert de politique de développement et ainsi, enfin reconnaître que la lutte contre la faim n’est pas un business mais une priorité d’action nationale.

Le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
Acteur historique du changement dans plus de 60 pays, le CCFD-Terre Solidaire agit contre toutes les formes d’injustices. Nous œuvrons pour que chacun voie ses droits fondamentaux respectés : manger à sa faim, vivre dignement de son travail, habiter dans un environnement sain, choisir là où construire sa vie…
Un monde plus juste et plus fraternel est déjà en action, car chacun porte en lui une force de changement. Notre engagement pour plus de justice et de solidarité prend racine dans l’Évangile et la pensée sociale de l’Église. Par notre action individuelle et collective, nous proposons et soutenons des solutions politiques et de terrain.

+ de 500 organisations partenaires
681 projets internationaux dans 69 pays
15 000 bénévoles
2,5 millions de bénéficiaires

Contact presse : Sophie Rebours
s.rebours@ccfd-terresolidaire.org 07.61.37.38.65

Auteur(s): louis moreau
Nous suivre
Passer à l'action
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066