Réactive - A quelques jours de la clôture de la COP26, l’intégrité de l’Accord de Paris et l’objectif de ne pas dépasser un réchauffement de 1.5 degré est clairement menacé

Publié le 10.11.2021 Mis à jour le 10.11.2021

La présidence britannique a publié cette nuit un premier projet de décision de la COP26. Malgré les alertes répétées ces derniers mois sur l’urgence d’agir rapidement et structurellement pour assurer une trajectoire de réchauffement climatique ne nous amenant pas vers des conséquences irrévocables, le document proposé ainsi que les autres négociations en cours portent le risque de nous éloigner un peu plus des objectifs fixés par l’Accord de Paris.

Selon Myrto Tilianaki – Chargée de plaidoyer au CCFD-Terre Solidaire :

«  A quelques jours de la clôture de la COP26, l’intégrité de l’Accord de Paris et l’objectif de ne pas dépasser un réchauffement de 1.5 degré est clairement menacé. Il reste 48h aux Etats pour radicalement changer de position et ne pas dérouler le tapis rouge aux fausses solutions au risque de mettre en péril notre planète et des millions de vies.

Le projet de texte de décision de la COP26 ne donne pas d’objectifs clairs assurant une rehausse de l’ambition sur les engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Pire, en l’état ce brouillon intègre des pratiques telles que "les solutions fondées sur la nature" censées bénéficier tant à la biodiversité qu’au climat. Or le flou autour de ce concept l’amène à être associé à un large éventail de pratiques dont certaines néfastes à l’environnement et aux droits humains ( geo-inginerie, combustion de biomasse à l’échelle industrielle, agriculture intelligente face au climat, compensation carbone via les terres etc...). Des entreprises polluantes comme celles du secteur des énergies fossiles ou de l’agro-industrie se servent de ce concept pour détourner l’attention d’une politique climatique ambitieuse qui irait de pair avec la réduction de leurs émissions à la source.

Ce mauvais signal est confirmé par les pressions actuelles autour de l’adoption de l’article 6 du Manuel d’application de l’Accord de Paris. Cet article s’apprête à faire de la compensation carbone un levier de l’action des états et des entreprises. Cela sans prendre mesure des risques que ces mécanismes de marchés et les projets associés feront peser sur les droits humains, les peuples autochtones, la biodiversité mais aussi sur le climat. En effet la compensation carbone détourne de l’objectif prioritaire de réduction stricte des émissions de GES en laissant croire que l’on peut remettre le carbone émit dans les sols. Il est le levier privilégié aujourd’hui par de nombreux acteurs pour ne pas mettre en place de mesures réelles et tirer profit de la crise climatique, comme le prouve la multitude d’annonces de "neutralité carbone" ces dix derniers jours.  »

Auteur(s): Sophie Rebours
À lire
Donner
Suivez-nous
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim
et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066