Publié le 06.02.2009 • Mis à jour le 02.10.2015

Quand la famine n’est pas une fatalité

Depuis un siècle, le Sahel, large bande de désert, steppes et savanes, allant de l’Afrique de l’Ouest à la mer Rouge, progresse vers le Sud. Burkina Faso, Mali et Niger, 3 des 5 pays les plus pauvres du monde se trouvent dans cette région.

Les Sahéliens nourrissent le Sahel

Au départ, Afrique Verte est née de la volonté des ONG françaises qui avaient lancé la campagne "Pour une Afrique verte", ainsi que de celle de l’AFVP et du CCFD-Terre solidaire. Leur objectif était de soutenir les organisations paysannes céréalières qui opéraient dans les zones plus humides pour qu’elles puissent écouler leur production vers les régions du nord, agro-pastorales.
Petit à petit, les Sahéliens ont repris à leur compte cet objectif. En 2005, trois grandes associations nationales d’organisations paysannes sont fondées : APROSSA au Burkina Faso, AMASSA au Mali et ACSSA au Niger.
Trois ans plus tard, en décembre 2008, ces 3 associations se sont alliées à Afrique verte France, qui sensibilise l’opinion européenne aux enjeux alimentaires sahéliens, pour créer Afrique verte international ou AVI. Mamadou GoIta, président d’AMASSA, est secrétaire général d’AVI.

Le projet
Afrique Verte Internationale soutient les organisations paysannes céréalières dans les zones excédentaires et les aide à commercialiser leurs stocks vers les zones déficitaires. Cela permet aux paysans d’assurer durablement leur propre sécurité alimentaire et de ne plus dépendre de l’aide internationale. Avec AVI, il s’agit de « prolonger les activités nationales de ses membres à l’échelle internationale et d’étendre l’intervention à d’autres pays afin de renforcer l’impact du réseau dans son domaine d’actions ».

Les réalisations
Dans les trois pays d’intervention, les principales activités sont :

  • la formation technique et commerciale des responsables paysans,
  • l’appui à la commercialisation, y compris par le crédit,
  • la diffusion de l’information commerciale, notamment sur les prix et la disponibilité des céréales,
  • l’organisation de bourses aux céréales,
  • l’appui aux petites unités de transformation des céréales,
  • l’organisation de voyages d’échanges d’expériences entre organisations paysannes.

Nos projets

13 septembre 2018

Au Sénégal, la population vent debout contre la centrale à charbon de Bargny

Au Sénégal, la construction d’une centrale à charbon suscite une forte opposition locale. Outre son impact sur le réchauffement climatique (...)

26 juillet 2018

Le niébé, un haricot au coeur de la bataille pour les semences paysannes

Le niébé est un haricot très populaire en Afrique de l’Ouest, et particulièrement nutritif. Pour le promouvoir et le protéger, l’AOPP, une (...)

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

S’informer

8 October 2018

Rapport du GIEC 2018 : de profonds changements s’imposent ! (Vidéos)

Quels seront les impacts d’un réchauffement climatique supérieur à 1,5°C ? Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (...)

8 octobre 2018

Rapport du GIEC : 19 organisations catholiques de développement lancent un appel urgent pour le climat et une économie de la post-croissance

En réaction à la publication du rapport du GIEC, les dirigeants d’organisations catholiques de développement lancent un appel urgent. Il (...)

8 octobre 2018

Rapport du GIEC : le temps du sursaut (Communiqué)

Les résultats du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) rendu public aujourd’hui, nous indiquent (...)