Publié le 11.04.2011 • Mis à jour le 19.09.2013

RDC : des ressources naturelles qui tuent

Des ressources naturelles qui tuent

Créée en 2007, la Cern, la Commission épiscopale ad hoc pour les ressources naturelles en République Démocratique du Congo, dénonce les conséquences de l’exploitation, souvent sauvage. Coco Mbangu, secrétaire adjoint de la Cern, nous parle plus particulièrement de celle des minerais, dans la région du Kivu.

Dans quel contexte se fait cette exploitation ?

La région du Kivu est parcourue par des bandes armées, arrivées après le génocide au Rwanda et qui ne sont jamais reparties. Il y a aussi des militaires congolais et des forces d’autodéfense populaire locales. Tous ces gens là ont compris qu’ils pouvaient se faire beaucoup d’argent très facilement avec les minerais (Ndlr : coltan, wolframite, cassitérite, or...). Lesquels seront ensuite revendus à des grandes firmes internationales qui en ont besoin pour fabriquer des téléphones, des ordinateurs ou des fusées. Et ces grands financiers, pour avoir le minerai à vil prix, préfèrent laisser la région dans cet état de non droit afin de mieux imposer leurs prix.

Quelles sont les problèmes soulevés par ces exploitations minières ?

C’est d’abord le problème de l’exploitation de l’homme. Imaginez-vous ces gens qui creusent des trous à la pelle et entrent sous terre pour y chercher ces ressources naturelles. Il y a des éboulements, des gens ensevelis. Il y a aussi la question de l’environnement. Là où il y a la forêt et qu’on a découvert le minerai, on déboise, on creuse des trous et, dès qu’on a les métaux, on va les laver dans les rivières, et les polluer. D’autre part, avec tous ces trous partout, il n’y a plus moyen de faire les champs et cela a également des répercussions au niveau agricole pour la population locale.

Le discours de l’Église sur cette question est-il entendu ?

L’an dernier, nous avons appris qu’il y avait une proposition de loi au Sénat américain dont certains articles sur les minerais issus des zones de conflits concernaient la RDC. Les évêques congolais se sont alors rendus aux États-Unis, où ils ont pu discuter avec des sénateurs et la loi Dodd-Frank est passée (Ndlr : le 15 juillet 2010). Normalement, au mois d’avril, les Américains devraient donc interdire l’importation de ces minerais. Quelque temps après, le président Kabila a pris l’initiative de suspendre l’exploitation minière à l’est du pays. L’appui de l’église a peut-être permis de faire bouger les choses. Il faut que les gens comprennent que ces minerais sont peut-être un trésor, mais un trésor qui tue.

Propos recueillis par Patrick Chesnet

Nos projets

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

21 mars 2018

A Haïti, entre cyclones et sècheresses, assurer l’accès à l’eau

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, zoom sur Haïti. Dans un pays touché par des sècheresses de plus en plus longues et intenses, (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

S’informer

13 de julio de 2018

¿Qué hacen los miembros de la Unión europea para que la ONU acabe con la impunidad de las empresas multinacionales?

Un colectivo de 36 organisaciones de la sociedad civil (asociaciones y sindicatos) interpeló a los Estados miembros de la Unión europea (...)

12 July 2018

What are the European Union and its individual Member States doing at the UN to stop corporate impunity?

On 11 July 2018, during the consultations taking place at the UN, a group of 36 civil society organisations called on the Member States (...)

12 juillet 2018

Que font les Etats membres de l’Union européenne à l’Onu pour mettre fin à l’impunité des multinationales ?

Ce 11 juillet 2018, un collectif de 36 organisations de la société civile (associations et syndicats) a interpellé les Etats membres de (...)