Noël contre la faim

Publié le 16.06.2008 • Mis à jour le 13.02.2013

La Bolivie réagit à la directive européenne "retour"

Evo Morales, président de Bolivie, adresse une lettre à l’Union européenne sur la question des migrations.

Comme son ministre des affaires étrangères David Choquehuanca, Evo Morales est passé par le programme Nina. Soutenu de longue date par le Comité catholique contre la faim et pour le développement, ce programme a formé des générations de leaders paysans et indigènes boliviens.

La lettre ouverte d’Evo Morales a été publiée le 9 juin en réaction au processus d’adoption de la « directive retour ».
Ce texte sera soumis le mercredi 18 juin au Parlement européen. Il prévoit notamment l’enfermement des migrants "sans papier" jusqu’à 18 mois avant leur « éloignement ».

Evo Morales souligne combien ce texte viole la Déclaration universelle des droits de l’homme, notamment l’article 13 :
"1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat.
2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays."

Le président bolivien poursuit : « Si cette "directive retour" devait être approuvée, nous serions dans l’impossibilité éthique d’approfondir les négociations avec l’Union européenne et nous nous réservons le droit d’imposer aux citoyens européens les mêmes obligations de visas qui nous ont été imposées le 1er avril 2007, selon le principe diplomatique de réciprocité ».
Rappelons que l’Union européenne souhaite signer avec la Communauté Andine des Nations -Bolivie, Colombie, Équateur, Pérou- un "Accord d’association". Cet accord inclut un traité de libre-échange.

Evo Morales conclut : « Au nom de la "protection juridique", on nous reproche notre processus de nationalisation de l’eau, du gaz et des télécommunications réalisés le Jour des travailleurs. Je demande, dans ce cas : où est la "sécurité juridique" pour nos femmes, adolescents, enfants et travailleurs qui recherchent un horizon meilleur en Europe ? »

Lisez la lettre ouverte, en français

Lisez la lettre ouverte, en espagnol

Lisez la lettre ouverte, en anglais

Nos projets

12 septembre 2017

En vacances avec des demandeurs d’asile au Pays basque (diaporama)

Inviter des familles de demandeurs d’asile à passer des vacances ensemble ? C’est le pari relevé au mois d’août par des bénévoles du (...)

28 octobre 2016

COP22 : "l’Odyssée des alternatives Ibn Battûta", une flottille pour la justice climatique

Plusieurs associations et mouvements citoyens d’Afrique et d’Europe ont choisi de faire de l’avant-COP22 un temps fort de la mobilisation (...)

8 août 2016 AZHAR

Au Mali, l’association Azhar soutient les initiatives Touaregs contribuant au vivre-ensemble

Assinamar Ag Rousmane est coordinateur de programme au sein de l’ONG Azhar, soutenue par le CCFD-Terre Solidaire depuis sa création en (...)

S’informer

8 décembre 2017

Au Mexique, le Prix National des Droits Humains 2017 décerné à notre partenaire Miguel Gandara, président de Serapaz

Avec tous les membres de Serapaz, le CCFD-Terre Solidaire se réjouit de voir le Prix National des Droits Humains au Mexique décerné à son (...)

7 novembre 2017

Paradise papers : les paradis fiscaux, comme l’île Maurice, sont une entrave aux droits humains (témoignage)

Dossier : Vers un traité Onu contre l’impunité des multinationales

Chaque année, l’Ile Maurice, véritable paradis fiscal, doit renoncer à des investissements dans le secteur de la santé et de l’éducation. (...)

25 octobre 2017

Droits humains : vers un règlement contraignant pour les multinationales ?

Dossier : Vers un traité Onu contre l’impunité des multinationales

Un projet de traité international pour en finir avec l’impunité des multinationales a été présenté fin octobre 2017 à l’Onu. Une étape (...)