Publié le 27.03.2005 • Mis à jour le 18.07.2012

Javier Zarate, Bolivie

Depuis plusieurs années, les mouvements sociaux boliviens, parmi eux les mouvements indigènes, sont mobilisés pour affranchir la Bolivie de la tutelle économique.

Mettre fin au pillage

Paris, le 5 mars 2005

Pourquoi la population d’un pays regorgeant de richesses minérales et végétales est-elle pauvre ? La réponse est claire : depuis la colonisation, nous endurons une exploitation de nos ressources naturelles destinée à enrichir les Européens. Après l’indépendance, cette exploitation s’est poursuivie enrichissant l’oligarchie. Puis, il y a 20 ans, nous avons vécu une invasion d’entreprises transnationales. Elles sont les nouveaux colons en charge de ce pillage.
Leurs abus ont fatigué les Boliviens quand, en avril 2000, s’est produite « la guerre de l’eau », puis, en octobre 2003, la grande mobilisation baptisée « la guerre du gaz ». La législation n’imposait alors que de 18 % les bénéfices des transnationales. De plus, bien qu’elles jouissaient royalement de 82 % des gains, elles faisaient de la contrebande de ressources, omettant de tout déclarer !

La nouvelle loi sur les hydrocarbures

La rébellion populaire de 2003 a amené un nouveau gouvernement et une nouvelle conjoncture. Mais les mobilisations n’ont pas baissé d’intensité. Maintenant, les mouvements sociaux cherchent à obtenir les grands changements en exigeant l’application de la nouvelle loi sur les hydrocarbures et de la loi convoquant une Assemblée constituante. Celle-ci sera l’organe qui tranchera sur le devenir de la Bolivie !
Je crois, cependant, que nous ne devrions pas mettre tant d’espoirs dans cette Constituante. En Equateur ou en Colombie, en effet, ce type d’Assemblée n’a pas changer grand chose. On pourra obtenir la meilleure constitution imaginable, il faudra encore faire en sorte que les normes édictées s’accomplissent !

Diviser pour affaiblir

Si les lois n’amenaient pas de changements, de nouvelles grandes mobilisations surgiraient. Particulièrement dynamisé par le secteur paysan amérindien, le mouvement social bolivien est dans un état d’esprit de lutte. Il montre toutefois quelques signes de faiblesse : il manque de coordination et de consensus ; il y a beaucoup de disputes entre les organisations ; la division se propage aussi à l’intérieur de beaucoup d’organisations qui se sont scindées en deux. Ces faiblesses, malheureusement, sont très bien utilisées par les instances du gouvernement et par l’ambassade américaine qui dessine les stratégies de notre pays.
Ce qui s’est produit à Santa Cruz est révélateur : des mobilisations autonomistes ont été financées par les entreprises pétrolières. La vieille revendication indépendantiste de cette zone a tout bonnement été utilisée par les transnationales pour protéger leurs investissements. En effet, si l’autonomie était validée par référendum, chaque région aurait ses lois spécifiques. A Santa Cruz, cela garantirait les intérêts étrangers. Car les transnationales appréhendent la nouvelle loi nationale sur les hydrocarbures qui augmentent les impôts et l’Assemblée constituante qui pourrait bien nationaliser les ressources. Les pouvoirs économiques étrangers cherchent à diviser la Bolivie…

Propos recueillis par Cécile Raimbeau

Javier Zarate est membre de l’association Nina qui assure la formation de dirigeants du mouvement paysan indigène de Bolivie.

Nos projets

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

21 mars 2018

A Haïti, entre cyclones et sècheresses, assurer l’accès à l’eau

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, zoom sur Haïti. Dans un pays touché par des sècheresses de plus en plus longues et intenses, (...)

29 août 2016

Brésil : l’agriculture au service de l’éducation populaire

Acteur historique de l’Éducation Populaire au Brésil, le Centre d’Action Communautaire – partenaire du CCFD-Terre Solidaire – se sert de (...)

S’informer

19 octobre 2018

Brésil, une démocratie en péril (vidéo)

15 ans seulement après l’espoir suscité par l’élection de Lula, le Brésil a finalement élu Jair Bolsonaro à la tête du pays. Un candidat (...)

20 juillet 2018

Niger : Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort doivent être libérés (communiqué)

Alors que le verdict du procès des défenseurs des droits humains au Niger est attendu pour mardi 24 juillet, il est plus que temps pour (...)

6 juillet 2018

Brésil : Le père Amaro, défenseur des sans terres, est libéré !

Le père José Amaro Lopes, prêtre et défenseur des droits des sans terres au Brésil, arrêté et incarcéré depuis trois mois, a été libéré le 29 (...)