Publié le 09.02.2009 • Mis à jour le 13.02.2013

Quand les populations indigènes prennent le pouvoir

Depuis 1985, la Bolivie subit des politiques d’ajustement structurel qui frappent les populations les plus vulnérables, indigènes et paysans en particulier.

Dans ce contexte, les mouvements indiens et paysans ont centré leurs revendications sur leurs droits collectifs -terre, langue et culture- et sur l’accès aux sphères des prises de décisions. Quatre structures sont particulièrement importantes sur ces questions en Bolivie :

  • la CSUTCB, en zone andine,
  • la CIDOB en Amazonie,
  • la CSCB,
  • la FNMCBS.

Ces organisations s’articulent pour peser sur les politiques nationales (nationalisation des hydrocarbures, mines...) ou changer la donne politique (« guerre du gaz »...). Organisées au sein du réseau UNITAS, elles ont fait bénéficier leurs dirigeants du programme de formation politique et sociale. Lors des élections de décembre 2005, une majorité indigène est arrivée au Parlement, un président aymara, Evo Morales, est parvenu à la présidence. Ce dernier ainsi qu’une vingtaine d’élus sont passés par le programme Nina. 

Le partenaire
UNITAS ou Union nacional de institutciones para el trabajo de accion social est un réseau d’associations et organisations de la société civile formé en 1976. Elle est responsable légale du programme Nina. En quechua et aymarao, Nina signifie « feu », symbolisme choisi pour représenter l’énergie qui donne, fait et maintient la vie en chaque être humain. 

Le projet
Par le biais de Nina, UNITA soutient le développement et le renforcement du mouvement paysan et indigène à travers la formation de ses leaders. Après avoir lancé en 2002 un projet triennal de formation et de génération de propositions, le réseau apporte une attention particulière au processus d’assemblée constituante.

Les réalisations
450 dirigeants, nationaux et régionaux, d’organisations paysannes et indigènes, sont parvenus à des fonctions politiques en 2005.
Couverture nationale par les associations membres d’UNITAS. 5 zones géographiques ont été définies : Oruro et La Paz, puis Cochabamba, ensuite Potosi et Chuquisaca, Tarifa et, enfin, Beni, Pando et Santa Cruz. Ces régions d’intervention correspondent aux affinités linguistiques Aymara, Quechua et Orient (Guarani, Chiquitanos, Guarayos...).
Relations permanentes avec les instances publiques et politiques, afin de travailler la relation entre gestion publique et participation des organisations paysannes et indigènes et pour identifier les besoins des pouvoirs publics.

Nos projets

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

23 mars 2018

Cinq reportages de La Croix au Paraguay pour découvrir l’action du CCFD-Terre Solidaire

Cinq portraits ont été réalisés par le quotidien La Croix au Paraguay avec des associations partenaires du CCFD-Terre solidaire. Une série (...)

1er décembre 2017

Burundi : Les femmes au coeur de la transition écologique et sociale

301 - Septembre-Octobre

Porté par le CCFD-Terre Solidaire dans six pays africains, le programme PAIES au Burundi a notablement contribué à inclure les femmes au (...)

S’informer

6 de julio de 2018

Pozos de cárbono en las tierras agrícolas, ¿milagro o coartada? (informe)

La agricultura puede ser considerada igual como responsable o víctima de los cambios climáticos. Unos piensan que convertir las tierras (...)

3 July 2018

Succès au Pérou : une entreprise renonce à son contrat minier face à la pression citoyenne

Une entreprise canadienne vient de renoncer à un contrat d’exploitation minière dans la région de Cuzco. Cette décision fait suite à une (...)

18 juin 2018

En Amérique latine, l’agroécologie est une lutte politique

En Amérique latine, se développe une approche politique de l’agroécologie. Au-delà de la seule question de l’agriculture, elle prend en (...)