| |
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire

Amazonie : le peuple Arara menacé par les invasions de forestiers illégaux

Publié le 29.10.2019 Mis à jour le 13.11.2019

Dans la région d’Altamira, au cœur de l’Amazonie brésilienne, le peuple indigène Arara est menacé par les invasions incessantes de forestiers illégaux. Une situation plus inquiétante encore depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro.
Le Cimi, mandaté par l’Eglise Catholique brésilienne, les accompagne dans leur lutte pour la protection de leurs terres et leur dignité.

Amazonie : le peuple Arara menacé par les invasions de forestiers illégaux
© Jean-Claude Gerez/CCFD-Terre Solidaire

Le Cacique (chef) Tulu Arara s’est arrêté au milieu de la piste de terre rouge pour constater les dégâts. De part et d’autre, s’offre à lui le spectacle désolé d’arbres plusieurs fois centenaires abattus. Il raconte :
« Des forestiers illégaux sont rentrés ici il y a deux ou trois jours à peine. Ils ont fait ça la nuit, comme d’habitude. Généralement, ils viennent en groupe, une douzaine d’hommes lourdement armés. Ils arrivent par la route puis s’enfoncent dans la forêt en ouvrant une traverse avec un puissant bulldozer ».

La suite du scénario est classique :
« Ils ont coupé les essences les plus nobles et, pour pouvoir les extraire de la forêt, ils n’ont pas hésité à abattre les arbres autour. Puis ils ont tracté les grumes jusqu’à la route où les attendaient des camions pour les charger. Depuis que Bolsonaro a été élu, les invasions de ce type ont doublé ».


Bienvenue sur la terre, ou plutôt ce qu’il en reste, du peuple Arara Laranjal, au cœur de l’Amazonie brésilienne. Cette réserve de 65 000 hectares est située à 120 km à l’ouest de la ville d’Altamira, dans l’État du Para.
Le territoire Arara Laranjal est compris entre la route transamazonienne, au nord, et la rivière Iriri au sud, un affluent du fleuve Amazone. C’est le long des rives de ce cours d’eau que vit la plupart des 1300 indiens Arara.
Leurs moyens de subsistance ? La chasse, la pêche et quelques cultures vivrières. Mais cette vie en harmonie avec l’environnement est aujourd’hui gravement mise en danger par les invasions de forestiers illégaux qui se sont multipliées ces derniers mois.

« Impunité totale »

Le cacique le rappelle : « Notre terre est démarquée et homologuée depuis 2016. Donc, légalement, personne ne peut pénétrer dans cette réserve sans notre accord. Pourtant, en moins de six mois, plus de trente traverses de ce type là, longue de plusieurs centaines de mètres, ont été ouvertes sur nos terres ».

L’œuvre de forestiers clandestins, qui ne sont pour autant pas totalement inconnus, comme l’explique le cacique Tulu :« La plupart des gens qui massacrent notre forêt travaillent pour de grandes scieries de la région. Jusqu’à présent, ils étaient employés sur le chantier de construction du barrage du Belo Monte ». Ce barrage est le 3ème plus grand complexe hydroélectrique du monde, dont la construction, débutée en 2012, est sur le point de s’achever. « Comme il n’y a plus de travail dans la région, certains acceptent de couper du bois illégalement pour un salaire de misère ».

Ils disent : "plantez du soja"

Le cacique Motibi Arara est venu s’installer lui aussi dans un campement précaire près de la route Transamazonienne pour tenter d’éviter les invasions illégales. Mais la volonté de résister a tourné court : « Comment peut-on lutter avec nos arcs et nos flèches face à des hommes lourdement armés ? » .

Lui aussi considère que les choses ont empiré depuis l’arrivée du nouveau gouvernement. « Bolsonaro lui-même l’a dit : « l’indien doit être riche » ! Mais riche de quoi ? Ils disent : « Plantez du soja », « Créez des fermes ». Mais nous ne voulons pas laisser détruire la forêt. Nous ne voulons pas ça. On a besoin de la forêt ».

Pour tenter d’endiguer le fléau, et en l’absence de réponses des autorités, le chef Arara s’est tourné vers une des rares structures capables de le soutenir dans cette lutte inégale. Le CIMI organisme mandaté par l’Eglise catholique brésilienne et soutenu par le CCFD-Terre Solidaire, les soutient dans leur résistance.

« Le CIMI nous aide. Ils filment les aires saccagées, envoient des rapports aux administrations pour dénoncer les faits. » Mais avec le changement de gouvernement les recours tournent courts. « Ils n’ont pas le pouvoir de prendre des mesures pour faire cesser ces invasions de forestiers illégaux. Donc ça ne donne rien et pendant ce temps la forêt disparaît sous nos yeux ».

Lire aussi  : Au Brésil, forte inquiétude de l’Eglise et de la société civile sur le devenir des terres indigènes

Le Père Patricio Brenan, membre du CIMI alerte : « L’État ne fait rien pour que les droits des peuples indigènes soient respectés. La situation, qui a pourtant toujours été difficile pour les peuples indigènes de la région, a commencé à nettement se dégrader quelques mois avant l’élection de Jair Bolsonaro. Il a soufflé alors comme un vent d’impunité totale dans la région. Au point que les invasions illégales ont explosé avant même le second tour du scrutin. »

La pire violence contre les indigènes est la destruction de leurs territoires

Chaque année, le Cimi prépare un Rapport annuel sur les violences contre les peuples indigènes. S’appuyant sur des statistiques de 2018, le document révèle que les peuples indigènes font face à une augmentation substantielle d’occupations illégales de terres, de vol de bois, d’extraction illégale d’or, et même de développement de colonies au cœur-même de leurs territoires traditionnels.
Ainsi, en 2018, 109 cas « d’invasions et d’accaparements de terres, d’exploitation illégale de ressources naturelles et de dommages divers au patrimoine » ont été enregistrés. En 2017, 96 cas avaient été comptabilisés.
Pour 2019, selon des données partielles du CIMI, déjà 160 occurrences ont été recensées entre janvier et juillet.
Avec 135 victimes en 2018, le nombre d’assassinats d’indigènes est également en hausse par rapport à 2017 (110 cas).
D’après le CIMI, de nouvelles méthodes, plus violentes, ont vu le jour concernant l’invasion de terres indigènes : « Généralement, les envahisseurs entraient sur les terres, volaient le bois, les minerais, détruisaient la biodiversité, etc… mais, à un moment ou un autre, finissaient par partir. Désormais, et ce dans de nombreuses régions, ils envahissent les terres avec l’intention d’y rester. Certains ont même été jusqu’à morceler les terres indigènes en lots pour les vendre. Or, l’usufruit de ces terres, qui appartiennent à l’État fédéral, est exclusivement destiné aux peuples indigènes. Donc, on peut dire que c’est toute la société brésilienne qui subit un préjudice et qui, d’une certaine manière, est victime d’extorsion, sans oublier les dommages irréversibles à l’environnement », a expliqué Antônio Eduardo Cerqueira de Oliveira, secrétaire exécutif du CIMI.

A lire aussi  :En Amazonie, lutter contre le désespoir et le suicide des jeunes indigènes Madiha

Synode pour l’Amazonie : et si nous changions notre rapport à l’Eglise et à l’écologie ?

Nous suivre
Passer à l'action
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
CCFD-Terre Solidaire
Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement – Terre Solidaire
4 rue Jean Lantier
75001 Paris
France
Tel (+33)1 44 82 80 00
N° SIREN 775 664 527
N° RNA W759000066