Publié le 24.07.2014 • Mis à jour le 24.07.2014

Brésil : Mettez un carton rouge au pillage des terres !

La grande fête du football ne doit pas détourner notre attention du drame qui se joue au Brésil : dans des zones de plus en plus nombreuses, des communautés entières sont menacées, expulsées. Des investisseurs sans scrupules s’accaparent les ressources et pillent les moyens de subsistance de milliers de Brésiliens.

A l’heure de la sortie de l’école, un 4x4 arrive et des balles sont tirées en l’air, aux cris de « tirez-vous d’ici ! » Les intimidations de ce type sont quotidiennes et les assassinats de syndicalistes ruraux ou de leaders paysans sont malheureusement très courants.

Nos partenaires Darlene, Cosme, Henri et Xavier ou encore José en photo ci-dessus sont ou ont été menacés de mort. Dans l’Etat de Acre, aux confins du pays, notre partenaire, la Commission Pastorale de la Terre a dénombré pas moins de 80 conflits opposant des communautés villageoises et indigènes à des investisseurs sans scrupules, grands propriétaires terriens, multinationales de l’agrobusiness, entreprises minières...

Cet accaparement des terres et des ressources est aujourd’hui une des causes structurelles de la faim, notamment des populations rurales.

Tout y passe : terres rares, minerais, terres agricoles pour les monocultures d’exportations…Le Brésil est soumis à la pression des investisseurs qui prétendent s’affranchir des droits des populations locales ! La diversité animale et végétale est menacée : 18% de la forêt amazonienne brésilienne est d’ores et déjà rasée. A ce rythme, le poumon vert de la planète ne sera bientôt plus qu’un souvenir.

Quant aux hommes…quel espoir leur reste-t-il ? A la frontière de l’Etat du Mato Grosso et du Paraguay, sévit aujourd’hui une épidémie de suicides parmi les jeunes hommes Guarani. Ils préfèrent mettre fin à leurs jours plutôt que de vivre sans terre, sans les ressources de leur forêt ancestrale.

Nous refusons ce pillage. Avec notre partenaire, la Commission Pastorale de la Terre, nous nous battons sur 3 terrains :

- foncier : nous aidons les populations locales à obtenir ou faire valoir leur titre de propriété.
- juridique : notre partenaire mobilise un réseau d’avocats qui défendent les paysans les plus faibles face aux situations d’abus et de conflit
- économique : nous finançons des formations à la production agricole en coopérative pour qu’ils puissent vivre dignement, chez eux, de leur travail.

Signez notre appel à soutien ici . En le diffusant autour de vous, vous nous aidez à leur apporter les moyens nécessaires à leur lutte pour la survie !

Yvonne Belaunde, chargé de mission Brésil au Comité catholique contre la faim et pour le développement – Terre Solidaire

Nos projets

23 mars 2018

Cinq reportages de La Croix au Paraguay pour découvrir l’action du CCFD-Terre Solidaire

Cinq portraits ont été réalisés par le quotidien La Croix au Paraguay avec des associations partenaires du CCFD-Terre solidaire. Une série (...)

16 août 2017

Karnataka : Les peuples de la forêt défendent leurs droits

FDM n°300

En Inde, les populations tribales du Karnataka sont expulsées des forêts où elles vivent depuis plusieurs décennies. Des milliers de (...)

12 juillet 2017

Sri Lanka : appuyer les pêcheurs face à l’accaparement du littoral

Développer le pays. Si le mot d’ordre du gouvernement sri lankais parait louable, les bénéfices de cette politique restent trop souvent (...)

S’informer

6 juillet 2018

Brésil : Le père Amaro, défenseur des sans terres, est libéré !

Le père José Amaro Lopes, prêtre et défenseur des droits des sans terres au Brésil, arrêté et incarcéré depuis trois mois, a été libéré le 29 (...)

3 July 2018

Succès au Pérou : une entreprise renonce à son contrat minier face à la pression citoyenne

Une entreprise canadienne vient de renoncer à un contrat d’exploitation minière dans la région de Cuzco. Cette décision fait suite à une (...)

21 juin 2018

Brésil : l’Église au secours des migrants vénézuéliens

Chaque jour, des centaines de Vénézuéliens passent la frontière avec le Brésil. Ils fuient la misère économique et le régime répressif de (...)