Publié le 28.02.2011 • Mis à jour le 18.11.2013

La Fédération des Organismes pour l’Assistance Sociale et Educative, se mobilise contre le « Belo Monte »

Le projet de construction du barrage hydroélectrique, le Belo Monte, sur la rivière Xingu dans l’état du Para en pleine forêt amazonienne, suscite toujours autant de réactions de la part de la société civile brésilienne.

Entériné le 26 août dernier par l’ancien président Lula, et ce, malgré les cris d’alarme des associations sur les impacts environnementaux, économiques et sociaux. Le « Belo Monstro », comme le surnomment ses détracteurs, est de nouveau au cœur de l’actualité.

Le 26 janvier dernier, l’Institut brésilien de l’Environnement (Ibama) a accordé son autorisation pour la déforestation de 238 hectares où seront installées les futures infrastructures du chantier. Une décision critiquée par la FASE, partenaire du CCFD-Terre Solidaire et membre actif du « Movimento Xingu Vivo para Sempre », un collectif regroupant plus de 250 organisations qui luttent pour les droits des peuples indigènes, la protection de l’environnement, la sauvegarde de la diversité biologique...

« Cette décision n’est pas recevable car le projet n’a pas obtenu toutes les autorisations légales, déclare Graça Costa, Coordinatrice de la FASE pour la région amazonienne. En autorisant la construction du projet, c’est une manière de mettre les communautés du fleuve Xingu devant le fait accompli. Nous savons que la question ne se résume pas qu’au Belo Monte, mais que le gouvernement entreprend bel et bien une course vers un modèle de développement non viable. »

Pour donner davantage de poids à ses revendications, la FASE a décidé de relayer largement la diffusion de la pétition, remise le 7 février dernier à l’actuelle présidente Dilma Roussef. « Nous demandons à la nouvelle présidente du Brésil de réexaminer le dossier du Belo Monte et d’ouvrir un vrai dialogue avec la société civile, les populations locales ainsi que la communauté scientifique, explique Graça Costa. Cette pétition compte plus de 600 000 signataires.

Elle représente une stratégie parmi d’autres pour sensibiliser l’opinion publique sur un dossier qui nous touche localement mais dont les enjeux pour le développement sont planétaires.  »

Nos projets

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

21 mars 2018

A Haïti, entre cyclones et sècheresses, assurer l’accès à l’eau

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, zoom sur Haïti. Dans un pays touché par des sècheresses de plus en plus longues et intenses, (...)

1er décembre 2017

L’agriculture paysanne et l’agroécologie en Afrique : un pari gagnant

301 - Septembre-Octobre

Le soutien à une agriculture paysanne et l’agroécologie peuvent-ils améliorer les conditions de vie et la cohésion des populations rurales (...)

S’informer

11 septembre 2018

Hausse de la faim et de l’insécurité alimentaire dans le monde : il est temps de s’attaquer aux causes (communiqué)

Le constat du rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde, publié le 11 septembre 2018 par cinq agences (...)

28 août 2018

Démission de Nicolas Hulot : L’urgence climatique ne s’accommode pas de la « politique des petits pas »

En présentant sa démission, Nicolas Hulot - jusqu’alors ministre de la Transition Ecologique et Solidaire – dresse un bilan sans concession (...)

19 juillet 2018

Les terres, variable d’ajustement des politiques climatiques ? (interview)

FDM n°305

L’agriculture commence enfin à être prise en compte dans les négociations climatiques internationales. Mais le péril grandit de voir des (...)