Noël contre la faim

Publié le 30.03.2006 • Mis à jour le 13.02.2013

Des alternatives pour les perdants du libre-échange

La Colombie a signé le Traité de Libre échange avec les États-Unis. Son impact sera dévastateur pour les petits paysans.

La Colombie a signé un Traité de libre-échange (TLC) avec Washington le 26 février 2006. Représentant d’une droite très conservatrice, le président Alvaro Uribe a voulu à tout prix signer ce traité. On disait alors que ne pas le signer serait une catastrophe. Mais les discussions ont été uniquement axées sur les grands secteurs économiques du pays : qui allaient gagner ou perdre parmi les cultivateurs de fleurs, de canne à sucre ou les éleveurs de poulets ?

Chacun de ces puissants secteurs a négocié de son côté cherchant à tirer des privilèges. Les aviculteurs ont perdu parce que les USA vont nous envoyer les mauvais morceaux de poulets qu’ils ne consomment pas, à très bas prix. Les secteurs du maïs, du blé, de la canne sont aussi en mauvaise posture. En revanche, ce qui va se passer avec les cultures paysannes a peu compté.

Les petits paysans n’ont pas eu accès aux discussions.

Ils vont être touchés par les brevets sur les semences hybrides et transgéniques qui vont menacer leurs semences traditionnelles. Le gouvernement étant favorable au développement des cultures OGM, nous risquons de perdre les ressources génétiques de générations de paysans.

D’autre part, les USA subventionnent certains produits d’exportation, comme le maïs, qui arrivera moins cher que celui produit par nos paysans. D’une manière générale, le traité va fortifier la Révolution verte avec son paquet technologique.

Les Indiens ont réagi
Beaucoup de paysans ne savent pas bien ce qu’est le TLC. Plus sensibles aux impacts culturels du traité sur leurs traditions, les indiens ont réagi. Dans le Cauca, ils ont organisé un travail de conscientisation qui s’est soldé par un référendum populaire. 90% ont dit non au TLC ! Mais ce résultat n’a aucune importance pour le gouvernement.

IMCA défend une proposition de développement régional durable et intégral, expérimentée et validée dans notre ferme agro-économique. L’IMCA travaille depuis 44 ans avec les paysans de Vallée du Cauca qui ont été repoussés dans les montagnes. Ils sont ouvriers agricoles ou petits propriétaires, cultivant surtout du café, mais aussi des fleurs, des fruits, des tubercules pour l’alimentation, de la canne pour fabriquer à domicile des pains de sucre.

Nous avons renforcé cette économie paysanne par des formations, encourageant un développement économique, social et politique de ces communautés. Après la crise du café, il nous a semblé indispensable de développer des alternatives à cette production, pas seulement à cause de la baisse de cours, mais aussi à cause de la manière de cultiver cette plante en utilisant beaucoup de produits chimiques. Nous avons ainsi accompagné des communautés à produire du café biologique qu’ils exportent. Notre modèle consiste à diversifier la production, fortifier l’auto-consommation, produire sain et propre.

Quand les paysans vont vendre et acheter au marché, ils perdent beaucoup dans la transaction. Depuis que les Argentins nous ont montré les possibilités du troc, nous travaillons à des petites expériences d’échanges sans argent ou à l’aide d’une sorte de monnaie sociale. Récupérer l’importance de cette tradition paysanne est une alternative. C’est aussi un apprentissage pédagogique de la solidarité. Nous tentons maintenant de développer des échanges entre des producteurs ruraux et des consommateurs urbains de quartiers populaires.

Propos recueillis par Cécile Raimbeau

Alfredo Ferro est directeur de l’institut paysan colombien IMCA.
Implantée dans 13 municipalités de la vallée du Cauca, cette organisation jésuite soutient directement 1200 familles.

Voir le site de l’IMCA

Lire la présentation de l’IMCA

Nos projets

1er octobre 2015

Colombie : Machisme et conflit, la spirale infernale

FDM n°288

Si des avancées législatives significatives ont été conquises en Colombie pour les droits des femmes, ces dernières sont encore victimes de (...)

9 décembre 2014

Face à l’agro-industrie, une ONG Colombienne se bat en faveur de la transformation sociale

Partenaire du CCFD-Terre Solidaire depuis 2009, l’ONG colombienne Censat Agua Viva appuie les capacités des communautés menacées par des (...)

17 octobre 2014

En Colombie, appuyer les conseils communautaires et veiller à la restitution des terres

Situé entre mer des Caraïbes et Pacifique, à la frontière avec le Panama, le département du Chocó est une poudrière où se croisent, (...)

S’informer

5 février 2018

La terre, enjeu d’une paix durable en Colombie

FDM n°302

Le problème foncier, déjà à l’origine de la guerre qui a déchiré une partie du territoire pendant plusieurs décennies, constitue toujours l’un (...)

5 janvier 2018

Edito : La paix demeure l’espérance de millions de Colombiens

FDM n°302

L’espoir de voir la paix s’installer demeure, malgré d’énormes freins au processus. Dans les zones délaissées par les anciens guérilleros (...)

1er janvier 2018

En Colombie, une commission pour faire la vérité sur le conflit- Francisco De Roux

FDM n°302

Responsable de la communauté jésuite de Colombie depuis 2008, ancien directeur du Cinep/PPP, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, (...)