Publié le 09.02.2009 • Mis à jour le 13.02.2013

Pour la reconnaissance des droits ancestraux

Vaste territoire de 46 530 kilomètres carrés à la frontière du Panama au nord-est de la Colombie, le département du Choco vit un conflit social et armé qui perdure.

Partenaire(s) :

Le para militarisme et les méga-projets d’exploitation des ressources de la forêt tropicale (palmiers à huile, élevage extensif, bananes, agro-industrie) ont créé une crise humanitaire : déplacements forcés de populations, blocus économiques et humanitaires, appropriation illégale de territoires collectifs, assassinats sélectifs et massacres. En 2005, le diocèse de Quibdo a obtenu le Prix national de la paix pour sa défense des droits des communautés locales.

Le partenaire
Créé en 1972 par la Compagnie de Jésus, le CINEP ou Centro de investigacion y educacion popular est à la fois un centre de recherche et une ONG d’appui aux secteurs populaires. Il appuie une centaine d’organisations locales par lesquelles il touche près de 500 000 personnes. Le CINEP travaille également dans la médiation sociale ; il dispose d’une base de données étendue sur les violences politiques et la défense des droits de l’homme.

Le projet
En 2006, en association avec le Forum inter ethnique solidarité Choco et avec les 3 diocèses du Choco, le CINEP a élaboré un agenda régional de paix pour le Choco. Il s’agissait de créer avec toutes les organisations de la société civile du Choco en coordination avec les institutions de l’Etat un plan concerté pour le développement économique et pour la paix dans la région, fondé sur le retour des communautés déplacées et sur la récupération de leurs territoires. Le CINEP coordonne ce projet dans un contexte qui, fin 2008, semble s’aggraver avec la reformation dans la région de 2 groupes paramilitaires. Ce projet bénéficie à 601 communautés afro colombiennes et métisses et à 150 communautés indigènes organisées au sein des 47 organisations du Forum inter ethnique solidarité Choco, soit près de 410 000 habitants. L’objectif final est de créer un environnement économique et politique garantissant aux communautés leur autonomie et la jouissance de leurs droits sur leurs territoires ancestraux.

Les réalisations
· 5 forums sous-régionaux de concertation et réalisation d’actions de plaidoyer vers les institutions de l’Etat ;
· Renforcement des droits des communautés affectées par les conflits, notamment pour les réparations et la vérité de la violation des droits humains, et application de la justice à l’égard des coupables ;
· Elaboration d’un plan de développement régional en concertation avec les autorités publiques ;
· Formation des dirigeants locaux aux problématiques des droits de l’homme et du droit humanitaire international.

Nos projets

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

6 mars 2018

Liban : à l’école avec les enfants réfugiés syriens (vidéo)

Aujourd’hui un enfant syrien sur deux réfugié au Liban n’a pas accès à l’enseignement. Le CCFD-Terre Solidaire appuie les initiatives de la (...)

15 décembre 2017

A Jérusalem, une association d’archéologues israéliens dénonce l’utilisation politique des fouilles

Créée par des archéologues, l’association Emek Shaveh est une organisation israélienne qui vise à sensibiliser le public, les journalistes et (...)

S’informer

6 August 2018

Promouvoir une « culture de la rencontre », au service de la paix

Dans un monde marqué par les tensions et les conflits, le Pape François prône une culture de la rencontre. Dans une émission spéciale, la (...)

24 juillet 2018

Au Niger : Soulagement après la libération de 6 acteurs de la société civile

Le CCFD-Terre Solidaire est heureux et soulagé d’apprendre la libération de 6 acteurs de la société civile nigérienne emprisonnés depuis (...)

20 juillet 2018

Niger : Les défenseurs des droits humains poursuivis à tort doivent être libérés (communiqué)

Alors que le verdict du procès des défenseurs des droits humains au Niger est attendu pour mardi 24 juillet, il est plus que temps pour (...)