Un avenir sans faim

Publié le 27.01.2011 • Mis à jour le 29.06.2012

La violence dans une capitale qui n’en peut plus.

Mots-clés :

2 Février 2011

La population de la capitale vit continuellement sous stress. Pas seulement les conditions de vie se sont fortement détériorées suite aux événements du 12 janvier et les intempéries, tout cela renforcé par l’apparente indifférence ou manque de communication de l’autorité. Pas seulement il y a le choléra et la crise électorale, il y a en plus un regain indéniable de la violence, surtout de la violence armée à travers les quartiers populaires de la capitale.

Les citoyens et citoyennes du pays subissent la violence de toute façon : la violence criminelle, la violence politique, la violence résultat de la mauvaise gestion de l’environnement. Elle fait partie du tableau de l’insécurité que connaît le pays en général et la zone métropolitaine en particulier.

Notre observation au cours du trimestre, se concentre sur la mort violente des citoyens et citoyennes à travers les rues de la capitale. Elle montre que les cas de meurtres par balles ne cessent pas, au contraire, ils sont en augmentation.

Pour le trimestre en question (octobre à décembre 2010), nous comptons 262 cas de personnes tuées par balles. Ceci est une augmentation de 49,7 % par rapport à la période précédente, où il y avait 175 cas.

Dans la même période, nous avons observé 39 cas de mort par arme blanche, contre 21 cas dans le rapport précèdent, soit une augmentation de 85,7 %.

Nous observons 49 cas de mort dans des accidents contre 28 dans le rapport précèdent, soit une augmentation de 75 %.

Indéniablement la violence fait son chemin. Les quartiers les plus touchés sont la zone de Grande Ravine et de Martissant ; Cité Soleil et la zone de Lasalines sont également très exposées.

Lire le rapport dans son intégralité (pdf)

Nos projets

15 septembre 2017 ITECA

Irma, Maria : solidaires avec les peuples des Caraïbes !

Au cours de leurs passages, les ouragans Irma et Maria ont causé des dégâts considérables dans les Caraïbes. A Haïti et à Cuba, les (...)

15 septembre 2017 ITECA

Haiti : La culture de la mangue m’a permis d’aller à l’école (témoignage)

Ovalson OVID a 24 ans et vit près de la ville de Gros Morne à Haiti. Il raconte tout ce que lui a permis de faire l’association locale (...)

10 janvier 2017 ITECA , Concert’Action

Trois mois après l’ouragan, des nouvelles d’Haïti

Les 3 et 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew a dévasté Haïti. Vous avez été nombreux à manifester votre solidarité avec les Haïtiens en (...)

S’informer

25 septembre 2017

Au Mexique, la disparition de 43 étudiants reste toujours impunie

Il y a trois ans, le 26 septembre 2014, 43 étudiants mexicains disparaissaient près de la ville d’Iguala. Une loi sur les disparitions est (...)

24 juillet 2017

Brésil : une mère obtient justice pour son fils, jeune noir des favelas, assassiné (témoignage)

Marcia de Oliveira Silva Jacintho a perdu son fils de 16 ans assassiné en 2002 par des policiers de Rio de Janeiro. Accompagnée par la (...)

9 juin 2017

Crise oubliée : la guerre fait rage dans le nord de la Birmanie dans les Etats Kachin et Nord Shan depuis six ans (CP)

Six ans après la reprise du conflit dans l’État Kachin (le 9 juin 2011), nos organisations se solidarisent avec le peuple Kachin pour (...)