Publié le 01.11.2003 • Mis à jour le 12.07.2012

Victor Quintana

Interview de Victor Quintana, délégué du Front démocratique paysan (Mexique) suite à la Conférence de l’OMC de Cancun. (2003)

La recette de la pauvreté

> Depuis 1994, les échanges commerciaux entre le Mexique, les États-Unis et le Canada sont régis par un traité de libre commerce pour l’Amérique du Nord (l’Alena). Quelles leçons en tirent les paysans du Chihuahua ?
Victor Quintana : L’expérience de l’Alena a donné aux paysans du Chihuahua une vision très concrète et pragmatique de la politique de l’Omc : « Si avec l’Alena, disent-ils, les choses vont déjà si mal, qu’est-ce que ce sera avec un monde régi par l’Omc, qui sera une sorte de super traité de libre commerce ? »
Et c’est vrai, la signature de l’Alena a porté un coup très dur à l’agriculture mexicaine. Nos produits ne se vendent plus et nous sommes envahis par la production étatsunienne. Le Mexique importe désormais 40 % des aliments qu’il consomme et sa sécurité alimentaire n’est plus assurée. Conséquence de la concurrence déloyale, la valeur réelle des produits agricoles s’est effondrée (entre 1985 et 1999, le maïs a perdu 64 % de sa valeur) et ne couvre même plus les coûts de production… sans que cela se traduise par une baisse des prix pour les consommateurs. Au contraire, entre 1994 et 2002, le prix du panier de la ménagère a augmenté de 257 %. Résultat : les deux tiers de la population rurale vivent dans une situation d’extrême pauvreté ; le nombre d’emplois en zones rurales diminue et les mouvements migratoires vers les États-Unis s’accentuent ; nos habitudes alimentaires se transforment, on achète de plus en plus d’aliments préparés, les soupes en sachets font fureur et nos tortillas sont désormais préparées avec du maïs importé, souvent produit de cultures transgéniques…

> L’introduction des Ogm au Mexique préoccupe-t-elle les agriculteurs du Chihuahua ?
V. Q. : C’est une question qui génère beaucoup d’inquiétudes. Ne risquons-nous pas d’assister à la disparition des variétés natives qui seront remplacées par des semences génétiquement modifiées, brevetées par des multinationales, et nous serons vendues avec tout leur kit d’engrais d’herbicides et de pesticides chimiques ? Qu’il s’agisse de semences génétiquement modifiées ou simplement d’organismes vivants devenus, par la magie d’accords sur la propriété intellectuelle, propriété privée de Monsanto, Bayers, Cargill ou Dupont de Nemours, les agriculteurs deviendraient alors totalement dépendants de ces firmes.
D’autre part, nous craignons des effets possibles sur la santé des aliments élaborés à partir des produits de cultures transgéniques. Or, dans ce domaine comme dans tout ce qui concerne les négociations à l’intérieur de l’Omc, l’information disponible est très insuffisante et le manque de transparence total.

> Deux délégués du Fdc sont présents à Cancun. Que représente pour vous ce sommet de l’Omc ?
V. Q. : Il y a loin du Chihuahua à Cancun, ce qui explique que notre délégation soit aussi réduite ; mais notre mobilisation ne se limite pas à cela : le 12 septembre, des centaines de familles paysannes bloqueront le pont international entre Ciudad Juarez et El Paso pour, symboliquement, interdire le libre commerce… Au-delà, Cancun est une étape dans une lutte plus large qui vise à mettre en échec non seulement l’Omc, mais aussi le Plan Puebla Panama et l’Accord de libre-échange des Amériques, dont la signature est prévue pour 2005.

 

Propos recueillis par Cécile Raimbeau

Paru dans Faim Développement Magazine, n°189, novembre 2003

 

Front démocratique paysan
Fondé en 1984, le Fdc (Frente democratico campesino) du Chihuahua, État du nord du Mexique, regroupe aujourd’hui quelque 4 500 paysans pauvres qui, pour la plupart, vivent de l’agriculture non irriguée (maïs, haricots, avoine) et de l’élevage bovin.

Nos projets

3 mai 2018

A Haïti : 6 stratégies pour s’adapter au changement climatique

Avec le réchauffement de la planète, les phénomènes climatiques observés à Haïti sont de plus en plus extrêmes et destructeurs. Les (...)

5 avril 2018

Au Mexique, les familles de disparus témoignent et s’organisent (vidéo témoignage)

A la veille de l’élection présidentielle au Mexique, n’oublions pas les personnes disparues. Selon la société civile, au moins 180 000 (...)

21 mars 2018

A Haïti, entre cyclones et sècheresses, assurer l’accès à l’eau

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau, zoom sur Haïti. Dans un pays touché par des sècheresses de plus en plus longues et intenses, (...)

S’informer

19 octobre 2018

Brésil, une démocratie en péril

15 ans seulement après l’espoir suscité par l’élection de Lula, le Brésil a finalement élu Jair Bolsonaro à la tête du pays. Un candidat (...)

6 juillet 2018

Brésil : Le père Amaro, défenseur des sans terres, est libéré !

Le père José Amaro Lopes, prêtre et défenseur des droits des sans terres au Brésil, arrêté et incarcéré depuis trois mois, a été libéré le 29 (...)

3 July 2018

Succès au Pérou : une entreprise renonce à son contrat minier face à la pression citoyenne

Une entreprise canadienne vient de renoncer à un contrat d’exploitation minière dans la région de Cuzco. Cette décision fait suite à une (...)